Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur | Doué-la-Fontaine | Longué | Baugé | Thouars | Loudun | Chinon | Avoine | Bourgueil
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte


Saint Cyr en Bourg : 30 000 euros pour sauvegarder des siècles d'histoire à la Bouchardière

Sortie de l'oubli dans les années 70 par un groupe de (moins) jeunes aujourd'hui, l'ancienne maison forte de St Cyr en Bourg, classée monument historique, va faire l'objet de travaux de sauvegarde d'un montant de 30 000 euros. Retour des siècles d'histoire.

Jean Tharreau à la Bouchardière


C'est le 1er mars que commenceront les travaux de sauvegarde de La Bouchardière. Ils se termineront au mois de juin prochain. Une première phase consiste à vérifier la tenue des deux tours fissurées, et à enlever la végétation envahissant les alentours. Ces travaux, réalisés par l'entreprise avoinaise Hory-Chauvelin, coûteront 3 900 euros. La deuxième phase, réalisée par l'entreprise saumuroise Hardouin, dégagera les parties de murs écroulés pour la somme de 23 000 euros. « A terme, l'objectif est de monter une clôture et de rouvrir le site au grand public. Cependant cette clôture, très coûteuse, sera donc mise en place au fur et à mesure des  moyens financiers de la commune », explique Dominique Sibileau,  maire de St Cyr en Bourg.
Le coût total des travaux se situe entre 26 et 30 000 euros. La région alloue la somme de 10 960 euros, la Fondation du Patrimoine subventionne 3 000 euros et le reste est à la charge de la commune.


Une roche et une maison forte.


« C'est au début des années 70 que des jeunes de Saint Cyr s'intéressent à ce lieu. Hervé Fourchereau, les frères Bonnin, Bernier... ont commencé à fouiller sous la houlette d'un archéologue patenté, André Héron », explique Jean Tharreau, passionné d'archéologie et mémoire du lieu. Celui-ci de continuer : « J'étais alors instituteur à Saint Georges sur Layon et je les ai rejoints rapidement. Plusieurs siècles d'histoire se sont ouverts à nous. La Bouchardière a d'abord été une Roche, un habitat souterrain, puis au 12e siècle, on y construit une maison seigneuriale qui devint plus tard une maison forte. On imagine qu'elle avait une position stratégique au carrefour de voies importantes Saumur-Loudun et Montreuil-Fontevraud. Elle était propriété des Dreux Brézé. Elle fut abandonnée en 1609. Le lieu vaut essentiellement par ses souterrains qui malheureusement ne sont pas sécurisés et ne peuvent être visités.

 

Vous avez aimé cet article ? Alors recevez gratuitement chaque dimanche soir et mercredi soir un résumé de notre actualité en cliquant ici. Et comme toujours, continuez à écrire vos propres articles (sans limitation de signes), et à nous faire parvenir des informations en cliquant ici.

Texte et photos Léo Fouet


Article du 26 février 2012 I Catégorie : Vie de la cité


Galerie photo : Bouchardière


 


4 commentaires :


Commentaire de jp Charolais

enlever la végétation envahissant les alentours, dit l'article. N'était-ce pas l'occasion de faire travailler une entreprise d'insertion du Saumurois ?



Commentaire de Michel BARANGER

Bravo belle initiative ! ce patrimoine si proche si sensible, une belle aventure pour ces passionnés, re-bravo. Je vois très bien où est situé ce batiment dans les bois sur l'axe de Fontevraud, jamais osé m'aventurer sur une propriété privée avec risques. Faites nous savoir comment découvrir ce lieu. Merci



Commentaire de Pierrot B.

Vers les annees 1955, écoliers de Varrains et de Chaintre, nous venions y jouer à Robin des bois , mini guerre des boutons. Nous accédions à une assez grande salle sans doute par l'entrée photografiée. ici. La descente était déjà à demi comblée par la terre.Nous évitions le donjon dont l'état était déja menaçant mais les lézardes me semblent s'être dangereusement agrandies. Faut-il "reconstruire" ces ruines témoins du passé ?,.En ces temps de récession il y a peut-être plus urgent à faire? En tout cas il est sans doute nécessaire de sécuriser un minimum.



Commentaire de Bernard

Toutes mes félicitations pour cette entreprise certes coûteuse mais excellente pour la sauvegarde de notre patrimoine. J’ai très bien connu ces souterrains et le château pendant les années 60 où nous jouions à explorer ces tunnels. Nous grimpions sur les tables creusées dans la roche qui se trouvent dans la grande salle, il y avait même plus loin dans la forêt un puits en cône (dangereux d’ailleurs) avec dans le fond un pieu au centre. J’aimerais d’ailleurs bien retourner sur ces lieux afin de replonger un peu dans cette agréable jeunesse que nous partagions avec de nombreux copains. Cordialement.


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur d'une cerise bleue ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI