Le Kiosque Info
pub
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte



Alerte à la bombe au lycée Bertin/Carnot : 1100 élèves à la rue. Infos et les photos du déminage

Un millier d’élèves ont été évacués du lycée Sadi-Carnot, à Saumur, jeudi 25 octobre matin, suite à une alerte à la bombe. La police a reçu un appel anonyme vers 5h du matin, d'une cabine téléphonique située dans le quartier des Ponts à Saumur. Forces de police, démineurs et chiens chercheurs d'explosifs ont été à pied d'oeuvre jusqu'en début d'après-midi (voir reportage photos ci-dessous).

 

 

Dans la nuit du mercredi 24 au jeudi 25 octobre, le commissariat de police de Saumur était prévenu d’une alerte à la bombe au lycée Sadi Carnot / Jean Bertin de Saumur. L’auteur anonyme de l’appel a indiqué qu’une bombe exploserait à 9h40. C'est seulement à 9h que l'évacuation a été décidée. Rapidement, les 1100 élèves présents (sur les 1350 que comptent l'établissement) se sont rendus compte que ce n'était pas pour un exercice ni encore pour une alerte incendie. De fait, il leur fut demandé de prendre toutes leurs affaires, ce qui n'est pas le cas pour une alerte incendie. Une alerte incendie a tout de même retentie, "au cas il serait resté quelqu'un dans les bâtiments", expliquait le responsable des forces de police sur site. Police nationale, police municipale et personnels de l'établissement ont encadré la légère panique et l'évacuation s'est passée sans ambages, les externes ont pour leur part été priés de rentrer chez eux. « Cela n’était pas évident : il fallait faire évacuer plus de 1000 élèves à plus de 100 m des bâtiments », a expliqué un responsable administratif du Lycée. « Or vu notre situation, cela signifiait mettre les élèves sur la chaussée ! Mais les forces de l’ordre ont su gérer la dangerosité. »
Puis une inspection préalable a été menée 20 mn avant l'heure fatidique (c’est la règle). 20 mn après 9h40, une fouille méthodique de l'établissement a été entamée.

 

Pourquoi une évacuation si tardive et pourquoi avoir laissé entrer les élèves ?
 

Le responsable des forces de police sur site : « En fait, le Parquet a jugé qu’il y avait 99% de chance pour que cette alerte soit fausse. Les propos de l’auteur de l’appel n’étaient pas clairs. En plus, l’administration du Lycée nous a confirmés que nous étions en période d’examens...C’est la raison pour laquelle il n’a pas été décidé d’entrer en action dès la suite de l’appel. L’établissement a donc ouvert ses portes normalement à 7h30 et les élèves ont rejoint leurs salles. Puis, après concertation avec Mme le Proviseur Roche, il a été décidé de faire évacuer, et ce à titre préventif. Il restait quand même le 1% et nous étions sur place, donc on a pris toutes les mesures. Bref, on peut parler d’une répétition en réel. »

 

Centre de déminage et brigade cynotechnique sur les lieux.
 

Quoiqu’il en soit, Christian Robert et Jean-Noël Bellavoine du Centre de déminage de Nantes qui couvre tous les départements des Pays de la Loire sont arrivés sur les lieux à 11h, suivis à 12h30 de 2 chiens et de leurs maîtres de la brigade cynotechnique de Rennes. « Nous avons été mis en alerte dès l’appel, comme c’est le cas lors de chaque alerte à la bombe. Mais nous n’avons été requis qu’à 9h45. Nous avons alors fait au plus vite. Notre rôle est de visualiser les locaux et de vérifier les quelques sacs « suspects » restés sur place». explique Jean-Noël Bellavoine. « "Les alertes à la bombe sont fréquentes, mais on nous demande rarement d’intervenir. Dans ce cas précis, même si l’alerte paraissait plus que douteuse, si nous sommes là, c’est parce que le coup était parti et le processus engagé.» «En plus, nous avons un rôle pédagogique, ne serait-ce que pour réconforter les élèves et personnels,» rajoutait Christian Robert.
Fin du processus : à 12h30, la brigade cynotechnique de Rennes arrivait sur les lieux, avec 2 chiens. Durant plus d’1h, ils ont inspecté les espaces de restauration de la partie formation hôtelière et les ateliers techniques, des lieux les plus enclins à regorger de toutes sortes de boîtes et autres recoins.

 

Un effet de panique bien réel.
 

Au final, une recherche vaine mais un effet de panique bien réel. «On n’était quand même pas très rassurés et on ne l’est toujours pas, » confiaient certains d’élèves en fin de matinée, internes pour la plupart et donc restés sur les lieux. «On ne nous dit rien. En plus, on ne comprend pas trop pourquoi on nous a laissés rentrer en cours à 8h alors que l’alerte a été donnée en pleine nuit. Et là on nous dit que les cours reprennent mais les profs sont partis !» Pascale Roche, proviseur, a assuré qu’une information pédagogique serait faite aux élèves. Les cours ont repris normalement en début d’après-midi.

 

Vous avez aimé cet article ? Alors recevez gratuitement chaque dimanche soir et mercredi soir un résumé de notre actualité en cliquant ici. Merci de nous apporter vos informations ou d'écrire votre article en cliquant ici.

Merci aussi de contribuer par vos commentaires. Pour mémoire, la courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes. Informer, échanger, proposer des idées, voici le sens de cette rubrique commentaires. Les commentaires sont publiés tels qu'ils nous parviennent sans ajouts ni retouches ou corrections orthographiques.


Article du 25 octobre 2012 I Catégorie : Vie de la cité


Galerie photo : Alerte Bombe Sadi Carnot

IMG_0127.JPG
IMG_0128.JPG
IMG_0129.JPG

 


10 commentaires :


Commentaire de lolive

Dans tous les cas, cette histoire a fait des heureux... les profs ont eu quartier libre... Bel exemple !! C'est inadmissible de voir une chose pareil !! Après les parents reçoivent un courrier pour prévenir que les enfants n'étaient pas en cours !! J’espère que ces profs vont aussi recevoir un courrier !!



Commentaire de lolita

tout a fait d accord lolive pourquoi les profs sont partit?ils auraient du reste pour l exemple et soutenir les élèves. mon fils est est rentré a la maison et y est resté la journée et pas intérait de reçevoir un courrier si non gare et pourqoi avoir laissé les élèves rentré en cours si ils étaient au courrant a 5h00 du matin si vraiment il y avait un bombe elle aurait pu exploser avant avec tout sa qu on voit maintenant se n est pas normal



Commentaire de Nini

Oui lolive à raison, je me demande si ce n'est pas un prof qui a déclenché l'alerte pour avoir sa journée...? En effet, je connais un élève qui voulait aller en cours mais son prof était rentré chez lui... C'est plutôt comique !



Commentaire de Pau.

En même temps, les élèves ont été prévenu que pour être sûr qu'ils est cours ou pas cet après-midi, il fallait appeler le lycée. Moi j'ai appeler et les cours étaient maintenu cet après-midi, donc logiquement tout les absents recevrons une lettre. Pas pour le matin, mais pour l'après-midi.



Commentaire de Lu.

J'y était personnellement, et je peu vous dire qu'après un choc pareil, on est bien content de pouvoir se poser sans réfléchir et sans s'embêter avec des cours dont le sujet serait sans doutes passé a la trappe !!



Commentaire de C'est un petit Paris , Saumur ...

Qu'est-ce que ça bouge à Saumur .....C'est ça le bastion !!!!



Commentaire de Stef

Une alerte a la bombe est toujours a prendre très au sérieux , avec tout ce que l'on voit sur cette planète Il y'a des incohérences certaines quand a la procédure de mise en sécurité des élèves . la copie est a revoir ...



Commentaire de Derpy derp

Connaissant très bien l'équipe de manches s'occupant des dits courriers. Je peux vous assurer que les déchirer à la réception n'entrainera strictement rien. Il n'est en aucun cas utile de s'inquiéter pour ce genre d’absences.



Commentaire de Ironis man

1% sur 1000 élèves, ça fait que 10 morts... Il n'y avait effectivement pas de quoi paniquer. J'espère que le sous préfet et le commissaire ont bien dormi.



Commentaire de Stef

Bien recu le courrier d'absence .....motif de l'absence ? ......aller ! on va marquer "Alerte a la bombe" ......... d'actualité non ? Bon ! ceci dit , le lycée ne nous a mème pas contactés du dit évènement ,(pourtant ils ont nos coordonnées , tél..) Les élèves demi-pensionnaires ont été priés de rentrer chez eux , imaginez le b...el quand les deux parents travaillent ! l'élève se retrouve a la rue..."sdf de la bombe" !..quoi de plus naturel ! 'zigomatique nerveux) ...crdlt


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quel est le nom du site où vous vous trouvez ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI