Le Kiosque Info
pub
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte



20e Salon AR(T)Cheval de Saumur : les œuvres primées.

Vous pouvez prendre connaissance des œuvres primées au XX° Salon Ar(T)Cheval de Saumurn et sélectionnées pour l’exposition au siège de l’Éperon du 19 novembre 2012 au 11 janvier 2013 à Paris, en consultant le pdf joint.
Ci-dessous les artistes récompensés. Vous pouvez aussi voter en ligne sur le site Cavadéos en cliquant ici.

 
Sinead Lucey -  Horse and Jockey .
Première sélection.  Peinture, 150x150 Huile sur toile. 
 

Née le 31/12/1968 à Cork (Irlande). Après des études de Droit, d’Histoire et de Sociologie au Trinity College de Dublin en Irlande, Sinead Lucey continue ses études à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts à Paris, principalement dans l’atelier de Jean-Michel Alberola. Elle enseigne actuellement le dessin.
En 1995 et en 1996, elle est récompensée par l’Académie des Beaux-Arts, à l’Institut de France, à Paris, en recevant le Prix de Portrait Paul-Louis Weller, puis l’année suivante, le Prix de Dessin David Weill.
Depuis 1994 elle réalise et conçoit des décors, peintures, illustrations… pour des sociétés, agences, spectacles, ou événements comme le Bal de la Rose à Monaco, ou encore, pour la Maison Louis Vuitton.
Depuis 1998, elle participe également à plusieurs expositions en France et en Irlande.
Horse and Jockey : « Ce tableau est une exploration spatiale ; le cheval est situé en profondeur, loin de la surface du plan pictural. Plusieurs perspectives sont présentes ; le cheval, vu de coté, le tout petit jockey, en contre jour, vu en contre plongée tandis que les sabots sont vus d’en haut. Malgré son immobilité, qui peut faire penser à une figurine animalière, dans la tradition anglaise, il prête à l’espace autour d’une sensation onirique ; de potentialité comme état permanent. »

 
 

Jeanne Marty -  Architecture du silence .
Photographie 50X150 - 2 photos en diptyque, tirage jet d’encre sur papier Baryté. Contre-collage sur dibond 2 mm.

Née le 20/07/1981 à Auch. Autodidacte, Jeanne Marty s’initie à la photographie en parcourant l’univers des pur-sang, d’hippodromes en écuries de course, de son Sud-ouest natal à la cité du cheval, Chantilly. Une ville qu’elle découvre au détour de sa formation en architecture menée à Paris, qui l’amène à travailler en 2006 sur son diplôme de fin d’études Habiter la cité du cheval
Durant cette année de formation dans cette ville, son paysage est façonné par l’industrie des courses et la sociologie de l’univers des cours, elle rassemble ses impressions instantanées et compose deux expositions, scènes-Coulisses présentée au gala des courses de Deauville avec l’aide de l’association des jockeys de France puis Chev(e)aux , une illustration du spectacle Battuta présentée au Théâtre équestre de Zingaro. A Chantilly, où elle vit alors pendant plusieurs années, elle fréquente l’élite du monde des courses et photographie les plus mythiques pur-sang. Premières expositions en 2006 au Gala des courses à Deauville, et au Palais des congrès de Versailles. En 2007, pour sa première sélection au Salon Ar(t)Cheval, elle reçoit le 1er Prix dans la section OEuvre Graphique pour son œuvre Ballet.
Aujourd’hui, elle présente sa nouvelle collection Ecrins, architecture et paysages équins, un extrait de ses matinées équines dans la cité du Cheval à Chantilly, mais aussi de quelques récits imaginaires dans des contrées éloignées : la terre des Gauchos, Torres del Paine au Chili, les écuries de polo de Lahore au Pakistan ou le Delhi Race Horse en Inde.
Le cheval, objet poétique et sacré, est mis en scène : il donne à voir l’architecture et le paysage qui l’enveloppe. Sujet éternel, l’animal y est évoqué tantôt entre les murs, dans le silence de l’architecture des cours tantôt face à l’immensité, dans une solitude abstraite. Au détour d’une ombre chimérique, c’est une invitation à découvrir les silhouettes délicates et fragiles de ces sculptures vivantes immobiles.
Architecture du silence - Théâtre du quotidien, le cheval est mis en scène dans la tranquillité de l'intérieur des cours, derrière les hauts murs blancs. Polo de Lahore, Pakistan, 2012.

 

Lukas Kandl - En attendant le déluge.
Peinture, Huile sur toile 195X130

Né le 29/11/1944 à Prague (République Tchèque).
Première sélection. Diplômé de l’Académie des Beaux-Arts de Prague en 1969, naturalisé français en 1975, Lukás Kándl est pendant plusieurs années l’affichiste officiel de la fête du Livre de saint Etienne. En 1985, il gagne le concours d’affiches du Trophée Lancôme. Depuis 1987, il est régulièrement sollicité pour mettre en valeur des projets artistiques en Australie, Allemagne et en France. En 2011 et 2012, des villes comme Saint Germain en Laye ou Vienne en Autriche, l’invitent pour des expositions personnelles.
Il réalise plus de 60 expositions personnelles à travers le monde et participe à près de 400 expositions de groupe. Ses peintures sont dans de nombreuses collections privées (Allemagne, Australie, Belgique, Egypte, Etats-Unis, France, Hollande, Hong Kong, Italie, Japon, Maroc, République Tchèque, Russie, suède, Suisse), et musées : Centre de l’Art fantastique du château de Gruyère (Suisse), Phantasten Museum Wien (Autriche), Centre d’Art et d’Histoire du Musée Michelin de Clermont-Ferrand, Château de Vascoeuil, Mouvement d’art contemporain de Chamalières, Musée de la carte à jouer d’Issy-les-Moulineaux, Musée de l’affiche de Chaumont en Champagne.
Il reçoit de nombreuses récompenses, entre autre la Palme d’or au Festival d’Art de Bruxelles (Belgique), le Prix du Conseil National au Prix International de Monte Carlo (Monaco), le Premier Prix au Festival d’Art d’Osaka (Japon). Il est élu Membre Honoraire de la Copley Society à Boston (U.S.A) et promu au Grade de Commandeur dans l’Ordre de l’Etoile de l’Europe dans le cadre du Prix de la Fondation Européenne.

En attendant le déluge : Noé construit son arche car il est prévoyant et il obéit à une injonction du Seigneur. Il est important de la remplir avec toutes les espèces qu’il connait, mais aussi avec des espèces inconnues, nées dans l’esprit d’un artiste à l’imagination débordante, qui joue à se prendre pour le créateur.

 

 

Vous avez aimé cet article ? Alors recevez gratuitement chaque dimanche soir et mercredi soir un résumé de notre actualité en cliquant ici. Merci de nous apporter vos informations ou d'écrire votre article en cliquant ici.

Merci aussi de contribuer par vos commentaires. Pour mémoire, la courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes. Informer, échanger, proposer des idées, voici le sens de cette rubrique commentaires. Les commentaires sont publiés tels qu'ils nous parviennent sans ajouts ni retouches ou corrections orthographiques.


> Lire la suite de l'article en cliquant sur le PDF joint.

Article du 27 octobre 2012 I Catégorie : Culture


Galerie photo : Art Cheval - dans l'ordre des oeuvres primées


 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !

page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur du cheval blanc d'Henri IV après qu'on l'ait peint en vert ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI