Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur | Doué-la-Fontaine | Longué | Baugé | Thouars | Loudun | Chinon | Avoine | Bourgueil
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte


Les petites histoires du collectionneur Yves Cornet : d'abord les photographes du Saumurois

 Yves Cornet, tire sur le fil de l'histoire de ses 2500 cartes postales sur Saumur. Les petites histoires qui font la grande. Il nous raconte ici l'histoire des photographes Saumurois  du moment. Balade à travers le temps. Relire l'article sur le décès du pilote Legagneux  ici et sur sa collection ici.

" Encouragé à poursuivre ces petites présentations, ces petites histoires…soit par leur commentaires, soit par leurs mails, ou leurs appels téléphoniques. Je tiens aussi à remercier Saumur-Kiosque pour cet accès au site et cette diffusion …"

" Je propose au cours de ces promenades dans le temps, de faire d’abord le tour de Saumur et des commerces qui en faisaient toute l’animation. Hélas ! Aujourd’hui, toute cette vie semble avoir du mal à persister… Beaucoup de commerces ayant « déménagé » en périphérie. Le « centre » n’en est pas moins vivant, mais disons que Saumur … change ! "

 

Premiers artistes

 

" Les premiers artisans (que dis-je ! les premiers artistes…) auxquels je vais m’intéresser sont ceux qui vont par la suite nous permettre de découvrir tous les autres… Ainsi qu’une grande partie de l’histoire de notre ville. Puisqu’il s’agit de ceux qui les ont « figés » pour la postérité, pour notre plus grand plaisir aujourd’hui : les photographes, les «peintres photographes de MM. Les Officiers de Cavalerie» comme se dénommait Voelcker lui-même. Et il précise : « spécialiste des chevaux en mouvement ».

 


" D’importantes et très riches expositions, recherches et études ont déjà été réalisées par des collectionneurs passionnés et émérites (pour ne citer que le splendide site de Monsieur Stéphane Lecalvez) ainsi que par le service des archives de la ville de Saumur. (CSH : consultez sans hésitations !) …Je n’ai donc aucune prétention … juste envie d’une participation… ! "

 

Des VRP ambulants

 

Les premiers photographes étaient « ambulants ». C’est-à-dire qu’ils allaient de ville en ville, s’y installaient quelques temps ... photographiaient en général la bourgeoisie aisée de la cité puis repartaient après avoir rempli leur tiroir-caisse ... !!! Pour Saumur, l’Ecole de Cavalerie leur assurait une clientèle de choix d’autant plus qu’il était très à la mode d’offrir sa photo en guise de carte de visite d’où le terme cdv (Carte de visite ou 9cmx6cm)) montée sur un carton sur lequel figurent les coordonnées du photographe, ses spécialités, ses récompenses ... Une mine d’or bien sûr pour un collectionneur ! Leur matériel était lourd, encombrant et difficile d’emploi. Plus tard ils s’installent et ouvrent des ateliers de prises de vues avec des décors parfois surréalistes, amusants ou trop souvent répétés… !

 

Difficultés techniques

 

Les prises de vues nécessitaient des temps de pose longs et difficiles à maîtriser. Les procédés de développements n’étaient pas plus faciles et demandaient aussi un grand savoir-faire. Les premiers « daguerréotypes » ne permettaient pas de reproduction. L’image était unique et « enfermée » sous verre pour protéger les sels d’argent sur leur support en général métallique.


Puis des évolutions apparurent rapidement : ambrotypes, ferrotypes ... ou leurs dérivés…le procédé devint plus facile, non seulement pour le développement mais aussi pour la prise de vue. Le matériel plus léger, plus fiable, plus rapide… permettant des prises de vue extérieures, des scènes « en mouvement »… et des retirages…même si les odeurs dans les ateliers (odeurs d’œufs avancés …dues au traitement des photos dites « albuminées ») apportaient encore un peu plus à cet aspect « sorcellerie » à l’art de ces pionniers !


Je possède une collection de daguerréotypes, d’ambrotypes et de ferrotypes amusante, mais en ce qui concerne Saumur ... Je n’en ai point ! Revenons donc à nos photographes Saumurois :
J’ai établi un catalogue des photographes de Saumur avant la seconde guerre mondiale… dont voici une liste alphabétique… qui n’est d’ailleurs pas exhaustive … ! (Je me suis bien sûr inspiré des documents réalisés par des collectionneurs spécialistes et le archives municipales de la ville (CSH : consultez sans hésitations !). On y trouve toutes les coordonnées de ces magiciens de l’image … un résumé de leur vie, une description de leur art…).


A.Bayot, H. et Za. Blanchaud, A. Bouet, H. Collet, P. V. Coué, M. David, J. Decker , Ch. Delphin, E. Dezé, E.Disdéri, S. Dupitier, H. Gachet, H. Guillon, H. Guionic, L. Hérault, E. Isard, E. Leconte, G. Le Gray, J.T. Le Roch, L. Nicod, F. A. Nièpce, O. A. Sauvêtre, F. Voelcker.


(Si des informations peuvent m’être fournies en ce qui concerne E. Isard, je suis preneur… !)


Pour la petite histoire, je possède deux portraits identiques réalisés par F.A. Nièpce (le neveu de Nicéphore Nièpce l’inventeur, avec Daguerre, de la photographie)… l’un trouvé en France…. l’autre exactement le même… acheté à Miami… !!! Quel mystère a bien pu me faire trouver deux fois la même photo à une telle distance l’une de l’autre ?...
Je ne présente dans la galerie d’images qui suit, que des photos d’extérieur (sauf la dernière…) de Saumur et des environs. Beaucoup des photos que l’on trouve sont en format dit CDV Souvent ces preneurs d’images, ces capteurs de vie, envoyaient leurs tirages aux journaux, qui ne sachant pas reproduire les photos pour l’imprimerie en faisaient des gravures … on retrouve par exemple celle de l’embâcle dans plusieurs journaux de l’époque. J’ai employé les mots « capteur de vie »… mais il était d’usage aussi à l’époque de photographier des personnages sur leur lit de mort… c’était un moyen de garder un souvenir du disparu. La photo était parfois déposée dans un cadre que l’on pouvait fermer avec soit un cache pivotant soit deux petites portes…


Je fais une remarque importante… tous les photographes se sont réclamés de l’Ecole de Cavalerie, qui fut un client important et de qualité pour eux. Mais je reviendrai bien sûr, sur le rôle capital qu’a toujours joué L’Ecole de Cavalerie dans la vie locale.


J’aurais, je pense l’occasion de revenir sur ce thème de la photographie, ultérieurement…
 

Photo1 : Grand- format (12,5cmx17cm) : Boucherie Boutin prise par Louis Gachet. Dans les années 1880. L. Gachet était installé 5, rue Brault. Impressionnants les steaks !!!!
Photo 2 : (format 12,5cmx17cm) Du même auteur, et de la même époque, la fête de la boucherie à Saumur
Photo 3 Format Grand CDV (10cmx14cm) : L’embâcle de 1879 par V. Coué.
Photo 4 Format Grand CDV (10cmx14cm) Christophe Dephin qui exerce à Saumur de 1868 à 1880 (rue de Bordeaux jusqu’en 1869 puis rue d’Orléans « face à la poste » !) : Vue de la Loire prise au-dessus des Ardilliers.
Photo 5 Idem : vue prise d’un peu plus loin sur la Loire en direction de Saumur
Photo 6 format Grand CDV : Amusant Photo montage de V. Coué à l’honneur de nos sports nautiques ! Le décor est une photo prise pendant la construction de l’hôtel de ville, ce qui explique les baraques de chantiers sur la place et les gabares qui apportent les matériaux.
Photo7 format CDV (9cmx6cm) enfant sur son lit de mort de V. Coué
Photo 8 format CDV ( 9cmx6cm) J. Le Roch le dolmen de Bagneux
Photo 9 format CDV ( 9cmx6cm) J. Le Roch l’ Abbaye de Fontevrault
Photo 10 format CDV (9cmx6cm) F. Voelcker vue du quai de Limoges prise du pont.
Photo 11 Carte Postale Ancienne publicitaire H.Collet
Photo 13 Carte de visite H. Guillon


Article du 25 mars 2013 I Catégorie : Vie de la cité


Galerie photo : Les photographes à Saumur

7_edited-1_1.jpg
8 copy.jpg
9 copy.jpg

 


4 commentaires :


Commentaire de trop bien

Trop bien, sur les premières photos, on dirait les ancètres de la famille Girardeau de la rue Saint Nicolas et de TF1



Commentaire de vincent

mille merci Yves pour cette escapade dans le temps. Même si Saumur passe pour une belle endormie, elle n'en reste pas moins une ville magnifique au passé extrèmement présent.



Commentaire de René de Saumur

Le passé, le passé... Une ville magnifique qui a su "magnifier" peut-être quelques artisans "d'art" mais s'est surtout attachée à la bourgeoisie locale et à la Noblesse de l'École de cavalerie: consultez les recensements entre les deux guerres et vous constaterez le nombre impressionnant d'officiers au nom à particules... Étonnant l'honneur rendu par des Spahis Marocains, ignorants de l'histoire de Buonaparte allant pourfendre les Mameluks et paysans arabes en Égypte... C'est vrai que nos enseignants colonisateurs apprenaient au peuple indigène:"Nos ancêtres les Gaulois"...



Commentaire de Yves Ronéo

Nous attendons avec curiosité d'autres histoires . Yves Cornet ne serait-il pas l'un de nos prophètes locaux ?


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quel est le nom du site où vous vous trouvez ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI