Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte



Petite histoire d'Yves Cornet : conscription sous Napoléon, une Saumuroise au tribunal.

Une nouvelle histoire d'Yves Cornet, le collectionneur au 2 500 cartes postales sur Saumur. Les petites histoires qui font la grande. Cette semaine, il raconte le procès d'une mère de famille contre le pharmacien qui a acheté la conscription de son mari. 21 ans de procès.

 

Voici une histoire locale fort intéressante …

.
Nous sommes en 1811. Sur la place habite un pharmacien, Jean André Courtiller qui a un fils : Jean Baptiste. La conscription fait que ce fils est « tiré » au sort pour être enrôlé dans les armées Napoléoniennes. Ayant dans un premier temps voulu, comme c’était possible à l’époque se faire remplacer par un dénommé Etienne Bichou, il est encore une fois mal chanceux puisque celui-ci est lui-même enrôlé dans la Garde Nationale. Il s’adresse alors à un voisin, Louis Delaunay, marié à Louise Morin en 1806. Louis accepte de passer contrat pour partir à la place de Jean Baptiste. Le contrat, « traité de conscription » est passé en bonne et due forme devant Maître Challopin le premier mai 1812 : la somme de 4OOO sera versée aussitôt la libération de Jean B. Courtiller prononcée et une rente de 5% l’an versée jusqu’à son retour. Voilà donc Louis qui après un passage au 1er Bataillon de la Garde Nationale, rejoint le 1er régiment de chasseur à cheval. Un commanditaire est nommé par Mr. Courtiller pour recevoir et gérer l’argent promis : Mr Raymond Chevallier.

Hélas ! A partir de 1813, Louise Morin ne reçoit plus de nouvelles de son mari…Elle s’adresse donc à Mr Chevallier arguant qu’elle ne peut élever son enfant sans rentrée d’argent et réclame la rente de 5%. Mais J. Courtiller refuse…. Elle intente donc un procès qu’elle gagne.

 

Mais on n’a toujours aucune nouvelle de Louis… qui, ne reviendra jamais…

 

L’empire se termine J. Courtillier ne veut rien entendre, la restauration arrive, un second procès est rendu dès Aout 1814, en présence d’Allain Targé, nommé procureur du Roi. Louise obtient gain de cause en ce qui concerne le versement de la rente.

En 1826, n’ayant pu retrouver aucune trace de son mari aux ministères concernés… elle décide de réclamer le versement total de la somme due par Courtillier.

Un jugement du 20 septembre 1834, fait qu’elle reçoit pour indemnité une maison située à Saumur, faubourg de Nantilly ; « cinquante- quatre ares trente-cinq centiares ou neuf boisselées quatre-vingt-huit centièmes de terres et vigne situées au canton du clos au loup de Saint-Hilaire Saint-Florent ainsi que cinquante ares quatre centiares ou neuf boisselées et dix centièmes situées au canton du clos Bonnet commune de Saumur »….

Ce dossier amusant et comprenant 7 pièces de plusieurs pages nous montre un petit coin de vie à Saumur … qui commence par un mariage en 1806, se transforme en cauchemar en 1813… pour n’être résolu que 21 ans plus tard.

Le dossier en lui-même est fort intéressant dans sa présentation (cachet, timbres à sec, en-tête et signature des juges, des avocats, des notaires…)
Les lenteurs de la justice ne datent pas d’aujourd’hui… !

 

Yves Cornet

 

Document 1, aperçu des principaux documents de l’affaire Delaunay Courtiller
Document 2, cachets et timbres à sec de l’empire et du règne de Louis Philippe.

 

Relire l'article sur l'histoire des photographes saumurois ici, sur le décès du pilote Legagneux ici et sur sa collection ici et les marchés de Saumur ici

 

 

Vous avez aimé cet article ? Alors recevez gratuitement chaque dimanche soir et mercredi soir un résumé de notre actualité en cliquant ici. Merci de nous apporter vos informations ou d'écrire votre article en cliquant ici.

Vous pouvez également nous envoyer votre article en cliquant ici. Il fera soit l'objet d'un courrier du lecteur soit d'un article d'information. Il sera soumis à la relecture et accord de la rédaction avant parution.

Merci aussi de contribuer par vos commentaires. Pour mémoire, la courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes. Informer, échanger, proposer des idées, voici le sens de cette rubrique commentaires. Les commentaires sont publiés tels qu'ils nous parviennent sans ajouts ni retouches ou corrections orthographiques.


Article du 09 avril 2013 I Catégorie : Vie de la cité


Galerie photo : Yves Cornet


 


5 commentaires :


Commentaire de "SOUPIR"

génial et merci Monsieur Cornet . Le Kiosque devrait vous embaucher à temps complet !



Commentaire de Ah les bourgeois

Ah... Les bourgeois, de tous temps, ils se sont tout permis... Saumur, ville bourgeoise ? non ?



Commentaire de "SOUPIR"

Comparer les bourgeois 1812 et 2013 n est pas très fin .Moi qui croyait avoir trouvé un sujet apolitique sur le kiosque ...c est raté.



Commentaire de yves cornet

bonjour soupir!... en effet la comparaison n'est pas de mise... mais l'histoire de saumur est tellement riche que tous ces petits supports de collectionneurs ne doivent préter à aucune pollémique. En tout cas merci de votre fidélité et à bientôt



Commentaire de "SOUPIR"

C'était bien les reproductions de vos cartes postales qui étaient au breil l 'été dernier si je ne m abuse ? J'avais trouver ça très émouvant de se retrouver au mêmes endroits un siècle plus tard .Quel dommage qu il n 'y est pas eu de manifestation aérienne prévut par la mairie..enfin.. Que cela serait beau et intéressant si l on pouvait avoir des clichés anciens dans des coins "stratégiques" de la ville ( comme les entrées de pont , les écoles , la poste , le centre ville etc..) .Un peu de reve et de culture pour pas cher ! Peut être que cela mettrait du baume au cœur aux esprits chagrin de notre bon vieux village gaulois ! contactez la mairie , on sait jamais :p


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quel est le nom du site où vous vous trouvez ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI