Petite histoire d'Yves Cornet : La fabuleuse histoire de la statue Dupetit Thouars près de la poste

Une nouvelle histoire du collectionneur aux 2 500 cartes postales, Yves Cornet,  Il nous raconte l'histoire de la statue d'Aristide Dupetit Thouars sur la place éponyme. Les petites histoires qui font la grande.

 

On trouve sur le site « Saumur Jadis » (CLSH) un article consacré à l’histoire de ce monument. Mais il est amusant de l’illustrer avec des cartes postales … c’est le genre d’exercice que recherche tout collectionneur et vous allez voir que ce peut être sans fin.


D’abord nous avons cette place avec le nouvel hôtel des postes et sur sa droite un restaurant « Au bon raisin » (photo 1). Il est décidé au début du XXème siècle d’élever une statue à la mémoire d’Aristide Dupetit-Thouars, le célèbre Amiral de la bataille d’Aboukir… Pendant la première guerre mondiale, en 1915, l’entreprise Ruèche commence les travaux et construit le socle … Des photos du bureau de postes sont alors prises où apparaît ce début de monument (photo 2). Mais le décès du docteur Bontemps, l’endettement de son comité et le refus de la municipalité à payer les travaux vont arrêter. Ce qui provoque bien sûr des sarcasmes et les élèves officiers de l’Ecole de Cavalerie ne seront pas les derniers à en rire  puisque, le 18 novembre 1919, ils décident de fêter à leur manière le première anniversaire de l’Armistice en déposant en lieu et place de la statue d’Aristide un cheval de bois (« Furibar » monté par un mannequin « Pluvinel ») (photos 3 et 4 et 5) La construction et la statue  commandée à A. Injalbert ne sera installée sur son piédestal que le 3 juillet 1933 (photo 6). Puis on se sert du tréteau en bois pour fixer des panneaux indicateurs !


Mais regardez cette dernière photo. On y voit la statue bien sûr, et les troupes (notamment les spahis à cheval) alignées  pour la revue que vont effectuer le ministre de la marine, et les autorités civiles et militaires … Mais regardez bien la carte postale … Regardez-la, en bas à gauche … Cette camionnette … et sur le toit ce cameraman et à ses côtés le (ou la) preneur de son … C’est le début des reportages cinégraphiques … (Grossissements de la photo 7 et 8) … Curieusement j’ai retrouvé les mêmes procédés de prise de vues et matériels lors des films pris pendant la libération de Paris 15 ans plus tard … Dernier sourire : on ne peut s’empêcher de faire le lien entre ce cheval de bois et sur cette dernière photo (9) le nom de Quinquina Vouvray affiché à droite au-dessus de la porte … Même si cela rend Furibard !  Vous voyez que des petites histoires peuvent ne pas avoir de fin … et toujours entraîner d’autres recherches !

Relire l'article sur l'histoire des photographes saumurois ici, sur le décès du pilote Legagneux ici et sur sa collection ici, les marchés de Saumur ici , sur le procès de conscription de Napoléon ici et les commerces de la ville sur ce lien.

 

 

Vous avez aimé cet article ? Alors recevez gratuitement chaque dimanche soir et mercredi soir un résumé de notre actualité en cliquant ici. Merci de nous apporter vos informations ou d'écrire votre article en cliquant ici.

Vous pouvez également nous envoyer votre article en cliquant ici. Il fera soit l'objet d'un courrier du lecteur soit d'un article d'information. Il sera soumis à la relecture et accord de la rédaction avant parution.

Merci aussi de contribuer par vos commentaires. Pour mémoire, la courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes. Informer, échanger, proposer des idées, voici le sens de cette rubrique commentaires. Les commentaires sont publiés tels qu'ils nous parviennent sans ajouts ni retouches ou corrections orthographiques.


Article du 01 mai 2013 I Catégorie : Vie de la cité


Galerie photo : Dupetit Thouars

7 copy_3.jpg
8 copy_3.jpg
9 copy_3.jpg

 


3 commentaires :


Commentaire de Toublanc

Dupetit Thouars, orthographe antérieur à la révolution! Le non à été rétabli sous la forme du Petit Thouars par le tribunal civil de Loudun le 14 décembre 1872. Seigneur du Petit Thouars, nom de la propriété " le petit Thouars" don de Richelieu à Georges Aubert capitaine de Saint Georges en 1636. La famille donna quatre marins célèbres à la France. Aristide Aubert du Petit Thouars, pendant la bataille d'Aboukir; au cours d'un combat très violent, les deux bras et une jambe arrachés, il s’était fait mettre dans un tonneau de son, afin d'assurer son commandement jusqu’à la fin, il meurt en héros le 2 aout 1798, sur le " Tonnant bateau de 80 canons". Un homme d'une trempe exceptionnelle!



Commentaire de kraken

Merci messieurs, encore une leçon d'histoire très interressante, trop courte dommage.



Commentaire de Ozouf

Qu' est devenue la statue ? Je crois qu' elle a été volée par les occupants, lors de la campagne de récupération des métaux non ferreux ...? Qu' en est-il au juste ?


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur d'une cerise bleue ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI