Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte



Il y a 70 ans dans le Saumurois !

Il y a 70 ans, en ce mois d’octobre 1943, des Saumurois, des Montreuillais et des Douessins croupissaient dans des cellules de la prison d’Angers, en attente d’être déportés dans des camps nazis pour une mort programmée, certains le corps abîmé sous la torture. La plupart étaient âgés, pères de famille, commerçants, notables, comme Gaston Amy qui avait été un grand maire de Montreuil sous le Front Populaire, patron de la laiterie de la ville, frère du maire de Saumur et qui disparaîtrait à Buchenwald quelques semaines avant la victoire alliée.

Couverture du livre écrit par J. Sigot.


Qui se souvient d’eux si l’Histoire, cette grande Trieuse, a toujours préféré les vainqueurs, en l’occurrence ceux de l’été 44 qui ont aidé les Américains à chasser l’Occupant, aux vaincus d’octobre 1943 ? Qui, se rendant de Saumur au Mans, s’arrête pour un instant de recueillement au monument Hercule Buckmaster que lui indique un panneau de signalisation peu après La Flèche ?



Les réseaux Buckmaster ?


Connais pas, vous dites-vous ? C’est parce que les médias n’en parlent quasiment jamais. Leur histoire, commencée automne 1942, fut occultée par celle des maquis qui allait suivre, parce que ces réseaux au nom étranger faisaient partie de la Résistance britannique, et par-là même plutôt mal vus par de Gaulle pour la concurrence qu’ils lui faisaient en France.
Le réseau saumurois, dirigé par Aristide Royer, fut dès juin 1943 une section du SOE (Service des Opérations Spéciales) créé en Angleterre par Churchill. L’objectif était d’effectuer des actions de sabotage en territoire occupé. Des armes étaient aussi parachutées en France, armes qui seraient indispensables pour accompagner le débarquement que les alliés préparaient. Furent alors recrutés chez nous des volontaires pour des actions ponctuelles et rapides, ce qui les différenciait de celles des maquisards de 1944, le plus souvent des réfractaires au STO (Service du Travail Obligatoire en Allemagne).


13 juillet 1943 ...

En Saumurois, le parachutage fut effectué le 13 juillet 1943, sur le territoire de la commune de Montfort, à proximité de la ferme des Vitré qui prêtèrent un cheval pour tirer les conteneurs tombés dans les rangs de vigne. C’est le camion du camp de concentration de nomades de Montreuil-Bellay qui transporta les armes cachées dans des caves de Jules Raimbault, au Puy-Notre-Dame, et chez Eugène Deschamps, à Montreuil. Les brigades de gendarmerie de Doué et de Montreuil participèrent à l’opération nocturne.
Mais les Allemands furent bientôt avertis des activités des réseaux Buckmaster, et des arrestations massives eurent lieu dans toute la France dès la fin de l'été1943 ; pour notre région, à Angers, Tours, Nantes, Cholet, Niort, Poitiers, au Mans.


Très peu revinrent au printemps 1945.

Les premières arrestations, celles des responsables des réseaux, dont celle d’Aristide Royer, commencèrent dans la nuit du 17 au 18 septembre ; celles de Jean-Renard, chef de la section montreuillaise et sous-directeur du camp de nomades, de Marcel Hevot, chauffeur du camion du camp, de Jules Raimbault et de Pierre Deschamps chez qui étaient cachées les armes, intervinrent le lendemain, dans la nuit du 18 au 19, Eugène Deschamps, le père de Pierre, ayant réussi à se cacher ; le 20, ce furent celles des gendarmes, la plupart étant libérés presque aussitôt ; dans la nuit du 8 au 9 octobre, ce furent enfin celles de la quasi totalité des membres du réseau.
Tous furent transférés dans des cellules du Pré-Pigeon, à Angers, d’où ils furent déportés fin décembre 1943 et janvier 1944 dans des camps Outre-Rhin. Très peu revinrent au printemps 1945, après la fin de la guerre et, à ce jour. Pierre Deschamps, de Montreuil-Bellay, reste le seul survivant de ce réseau saumurois.
Pour se souvenir.

Jacques Sigot


La Résistance sacrifiée, 1943 un réseau Buckmaster en Anjou. L’ouvrage, aujourd’hui épuisé, est consultable en bibliothèque. De gauche à droite et de haut en bas : Aristide Royer, Armand Bidault, Daniel Deslandes, Gaston Amy, Gaston Bonnefond, Guy Lacaze, Jean Renard, Jean Vitré, Jules Raimbault, Lucien Bodin, Lucien Dutin, Marcel Habert, Marcel Hervot, Paul Vitré, Pierre Deschamps.


Vous avez aimé cet article ? Alors recevez gratuitement chaque dimanche soir et mercredi soir un résumé de notre actualité en cliquant ici. Merci de nous apporter vos informations ou d'écrire votre article en cliquant ici.
Vous pouvez également nous envoyer votre article en cliquant ici. Il fera soit l'objet d'un courrier du lecteur soit d'un article d'information. Il sera soumis à la relecture et accord de la rédaction avant parution.
Merci aussi de contribuer par vos commentaires. Pour mémoire, la courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes. Informer, échanger, proposer des idées, voici le sens de cette rubrique commentaires. Les commentaires sont publiés tels qu'ils nous parviennent sans ajouts ni retouches ou corrections orthographiques.

Article du 17 octobre 2013 I Catégorie : Vie de la cité

 


9 commentaires :


Commentaire de vieille mémé 19/10/2013 11:41:02

ils sont mort pour notre Liberté, mais avant de mourir ils ont souffert ne l'oublions pas vieux et plus jeunes, être libre ça se gagne, mais ça peut aussi se perdre cela commence par la HAINE de l'autre..........



Commentaire de kraken 19/10/2013 19:28:22

Des hommes d'honneur et de principes qui auraient certainement donner des leçons de patriotisme et d'amour de la patrie à plus d'un, de vrais héros qui sont mort pour que vivent notre pays et notre mode de vie, Même si actuellement être patriote c'est voté le FN et ses valeurs, ces hommes là auraient combattus ces idées.



Commentaire de Pilou49 20/10/2013 12:25:01

Lequel de nos jeunes d'aujourd'hui aurait le courage de ces héros ? Je me le demande avec tristesse ! Au lieu de nous parler de fadaises "politicardes" les journalistes feraient beaucoup mieux de mettre régulièrement en exergue l'histoire et la vie de ses hommes et femmes grâce à qui nous sommes français et fiers de l'être !



Commentaire de La rédaction @Pilou 49 20/10/2013 12:32:09

Excusez nous, mais ce qui vient d'être fait



Commentaire de Bonavion 20/10/2013 12:42:06

@ kraken : "actuellement être patriote c'est voter le FN et ses valeurs" Euh... ça se discute, la notion de patriotisme, non ? Ça ne se déclare pas, comme le fait le FN, ça se construit en soi, au fil de la vie, intimement. Et ce n'est pas forcément guerrier ou xénophobe.



Commentaire de Pilou49 20/10/2013 12:47:33

C'est exact et soyez en vivement remercié ! Veuillez pardonner mon exigences mais c'est hélas tellement rare ! Cordialement



Commentaire de RéVOLUTIONNAIRE 20/10/2013 14:15:20

Le courage de ses hommes ne ce dément pas , et je me demande bien ce qu'ils auraient pensé de notre Flamby qui n'a aucun amour pour notre pays , et qui , par son incapacité va faire basculé le civisme des Français , ces 15 hommes devraient avoir la légion d'honneur .



Commentaire de beret 20/10/2013 16:40:53

Puisque le mot patriote n'est pas politiquement correcte, ce que je regrette. Parlons plutôt de devoir de mémoire. Le plus bel hommage que l'on peux faire à ces hommes et femmes qui ont sacrifier leur vie et bien c'est de participer aux cérémonies aux monuments aux morts. Je pense qu'aujourd'hui malgré notre confort et l'anesthésie que les hommes politiques nous instillent insidieusement, il y aurai encore des personnes pour défendre le pays et la liberté. Il ne faut pas désespérer de son prochain.



Commentaire de Pilou49 20/10/2013 18:01:56

Réponse à "beret" Ne pas désespérer de son prochain est une chose admissible par contre une chose totalement inadmissible est la désespéreration permanente du peuple français face aux "affaires" et "petits secrets" dits d’État de nos hommes politiques de droite comme de gauche depuis le décès du général De GAULE pour qui la France n'a jamais été un tiroir caisses à double fond ...


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI