Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte


Courrier d'un lecteur : "Stop au compost empoisonné !"

"Les métaux lourds et autres polluants contenus dans les boues de stations d’épuration se retrouvent dans nos assiettes et celles de nos enfants (elles servent à accélérer la fermentation du compost industriel, sur lequel poussent nos légumes). Créons un label de compost "propre" pour mettre fin à cet empoisonnement silencieux." Lire le cri d'alarme du courrier du lecteur.

Plate-forme de compostage.


"Je m'appelle Yves Carl et je ne peux plus me taire sur le grave problème sanitaire posé par les végétaux pollués de métaux lourds qui arrivent dans nos assiettes après avoir poussés grâce à du compost enrichi de boues de stations d'épuration.

Ces boues sont le résidu du traitement de l'eau des stations d'épuration des grandes agglomérations. Elles concentrent les rejets des habitations (mais aussi des industries), qui contiennent de redoutables perturbateurs endocriniens (hormones, bêta-bloquants, antibiotiques, stéroïdes…) mais aussi des pesticides, des métaux lourds, des produits pharmaceutiques et des détergents.
La triste catastrophe écologique de la vallée maraîchère de Pierralye (interdite pour longtemps encore à la culture à cause de cet empoisonnement) a servi de leçon et les step rejettent aujourd'hui au réseau une eau en principe assez bien nettoyée.
Mais les polluants n'ont pas disparu comme par magie : ils sont simplement déplacés et concentrés dans les boues résiduelles, qui servent notamment à accélérer la fermentation sur les plate-formes de compostage.
Or, ce compost sert à la production de végétaux comestibles, qu'on retrouve dans nos assiettes. Aucune loi n'interdit son utilisation pour l'agriculture biologique (celle qui alimente aussi les cantines scolaires qui ont fait l'effort du bio), ni pour les repas d'hôpitaux (dont les maternités), les pots de nourritures pour bébés, les restaurants d'entreprises, les conserves, les surgelés … ni même les légumes qu'on cultive soi-même dans son propre potager, si on l'enrichit avec du compost du commerce !
Le problème n'est pas nouveau. des organismes planchent encore sur des solutions possibles pour ôter ces polluants des boues de stations d'épuration. Mais hélas, si la technologie existe, son coût semble rebuter les décideurs et le problème n'est pas à la veille de recevoir une solution.
Pendant ce temps, ces métaux lourds s'accumulent dans nos organismes et celui de nos enfants (ils ne sont pas évacués). Et c'est là le danger car si aucune dose n'est immédiatement mortelle aux taux autorisés, personne ne peut prétendre avoir assez de recul pour définir le seuil cumulatif dangereux, chaque individu étant différent. Le plus élémentaire principe de précaution exige clairement d'interdire de jouer à la roulette russe avec la vie des consommateurs.
C'est pourquoi je demande la création d'un label de compost "propre", garanti sans adjonction de boues polluées de stations d'épuration, qui permette aux cultivateurs de s'engager à fournir des produits exempts de ces poisons à retardement. Ainsi, on pourra éviter, notamment aux personnes les plus exposées (femmes enceintes, personnes âgées, malades, nourrissons…), des empoisonnements insidieux en choisissant de se fournir uniquement auprès de filières n'utilisant que du compost propre."



Vous avez aimé cet article ? Alors recevez gratuitement chaque dimanche soir et mercredi soir un résumé de notre actualité
en cliquant ici. Merci de nous apporter vos informations ou d'écrire votre article en cliquant ici.
Vous pouvez également nous envoyer votre article en cliquant ici. Il fera soit l'objet d'un courrier du lecteur soit d'un article d'information. Il sera soumis à la relecture et accord de la rédaction avant parution.
Merci aussi de contribuer par vos commentaires. Pour mémoire, la courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes. Informer, échanger, proposer des idées, voici le sens de cette rubrique commentaires. Les commentaires sont publiés tels qu'ils nous parviennent sans ajouts ni retouches ou corrections orthographiques.

Article du 18 octobre 2013 I Catégorie : Vie de la cité

 


6 commentaires :


Commentaire de Superdeg 20/10/2013 09:24:28

Ce qui serait intéressant ce sont des chiffres, des ratios, est-ce que la SAUR peut les donner? Quelle proportion de ces boues dans le compost? Quelle quantité la plante peut "ingérer"? Ca c'est intéressant, maintenant j'attends qu'on me donne ces réponses, car si ça se trouve il y a moins de métaux lourds dans ce terreau que dans le poisson que l'on pêche dans la Loire



Commentaire de rené la taupe 20/10/2013 10:27:15

absolument et les agriculteur qui acceptent l epandage.dans les boues des residus chimiques des molecules medicamenteuses cancereuse et tout cela pour fertiliser une terre avec de la merde mais contaminées .puis les residus vont ce retrouver dans notre alimentation.debout la france et arreter d accepter de manger des conneries et de la merde.



Commentaire de Pilou49 20/10/2013 12:33:39

Mais quand, pour la première fois, un ou des hommes et des femmes vont se lever et hurler : "Assez de mensonges ! Assez de bêtises ! Assez de purs "assassinats" au nom de l'argent pour quelques uns !..." Cette civilisation doit changer et elle va changer car la jeunesse qui vient n'acceptera pas et avec juste raison notre passivité pour ne pas dire lâcheté face à ce système immonde bientôt sur sa fin !



Commentaire de Youpi ! c'est lundi 21/10/2013 08:53:25

C'est décidé j'arrête de faire popo.



Commentaire de cathy 49 21/10/2013 09:27:16

Bravo pour ce cri d'alerte qu'il est grand temps d'entendre! Le problème ne touche malheureusement pas seulement les boues d'épandage,mais aussi l'eau que l'on boit: le citoyen a grandement intérêt à ne pas verser des résidus dans son évier, car il ne faut pas oublier qu'il boit cette eau une fois " épurée" mais pas de "tout" il en reste de molécules indésirables! Une autre proposition: à quand la gestion autonome des évacuations des hôpitaux qui contiennent produits médicamenteux, hormones, etc..que l'on absorbe ensuite?? Quels effets sur notre santé???



Commentaire de Aigle bavard 15/07/2015 10:36:48

En réponse à Superdeg, je veux faire observer qu'une anomalie ne doit jamais en masquer une autre. Même s'il y avait davantage de pollution dans la chair des poissons, ça ne saurait en aucun cas constituer un prétexte pour fermer les yeux sur celle planquée dans le compost. Sinon, c'est une démarche toute trouvée pour ne réagir à rien (on pourra toujours trouver une autre pollution pour justifier un inaction).


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur d'une cerise bleue ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI