Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur | Doué-la-Fontaine | Longué | Baugé | Thouars | Loudun | Chinon | Avoine | Bourgeuil
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte



Edito de Michel Choupauvert : à quelle famille appartient l'Anjou ? Tous cousins ?

Cette semaine, le reportage de France Inter que nous avons publié sur les mésaventures du vigneron Olivier Cousin qui avait utilisé le mot Anjou sur ses étiquettes de vin sans en avoir le droit, a fait le buzz ... Preuve que la propriété des marques de territoire interroge ... A qui appartient le mot Anjou ?

Olivier Cousin



Un beau reportage, bien lêché cette émission de ¾ d'heure sur France Inter (réécouter ici). Tous les interlocuteurs ont pu s'exprimer dans le calme avant que la hache de guerre ne soit à nouveau déterrée dans la dernière partie. La raison ? Des méthodes de culture, des histoires et des vins bien différents qui ont bien du mal à se tolérer...


Haute couture.



Olivier Cousin cultive ses 5 hectares de vigne avec son cheval comme un grand couturier travaille ses ourlets au point de croix avec du fil des Andes 100% naturel... C'est un chercheur, un trouveur de saveurs haut de gamme. Pour gouter ses vins, préparez de 12 à 40 euros la bouteille dans votre porte monnaie. On a beau être paysan vigneron ... Il faut bien manger quand même.


Pourquoi vouloir mettre Anjou ?



Inscrire Anjou sur ses étiquettes. C'est la raison pour laquelle, il est aujourd'hui au tribunal ... Mais pourquoi diable Olivier Cousin va s'emm... à se référer à d'une AOC qui a une des plus mauvaise notoriété en France ? Un Anjou à ce prix là, pour un amateur non averti, ça va pas non !


Confiscation de son histoire.



Olivier Cousin parle, lui, de la confiscation d'une histoire qui est la sienne et celle de ses ancêtres. Celle-ci lui aurait été confisquée par des vignerons sans scrupules abusant de la puissance de la chimie... En marketing, on parle de Storytelling... Il est devenu le porte drapeau d'une génération qui prône une autre façon de vivre, faite de «slow food», de produits sains dégustés avec délection et emphases. Son discours ne séduit pas seulement les disciples de la «part du Colibri de Pierre Rahbi», mais toute une génération en quête de différenciation. Parfois, les discours ne sont pas en nuances et la dégustation sert à certains de faire valoir... "Au nez, ça pue le conventionnel" ai-je déjà entendu.


La marque Anjou.

Quand on parle de marque, dans le monde du vin, cela fait sursauter. L'Appellation d'Origine Contrôlée en est cependant une, créée en 1936 par les vignerons eux même. Les propriétaires ont créé des règles et se sont protégés, ainsi, des contre-façons et des vins à la provenance douteuse. Ils se sont défendus aussi d'assimilations à des produits tels que l'Anjou Cola qui pointe aujourd'hui son nez en grande distribution.


L'AOC kolkhoze du vin.


Là, les propriétaires de la marque ne s'appellent pas Louis (Vuitton), René (Lacoste), Coco (Channel) mais Robert, Marcel ou Gilbert. C'est une propriété collective. Une forme d'auto-gestion du commerce. Le kolkhoze ou le Sovkhoze de la marque. Bon... Il paraitrait que ces modèles n'auraient pas toujours marché et que parfois, il auraient amené à des dérives ...


L'Anjou, un vin alimentaire et non culturel.



Pour aider le consommateur à se repérer, les produits agricoles ont créé une typicité partagée «L'Appellation d'Origine Contrôlée» qui ont trouvé, à travers le temps, leurs publics. L'Anjou n'est pas un grand cru, il s'adresse traditionnellement à des consommateurs qui considèrent leurs bouteilles de vin comme des produits alimentaires, plus que comme des produits à hautes valeurs ajoutées culturelles. C'est le repère des acheteurs.Par exemple, le Cabernet d'Anjou compte de nombreux adeptes.Un vin pas cher, sucré, facile à boire. Pour arriver à cette réussite commerciale, des règles du produire ensemble ont été définies. Des us et coutume du « vivre ensemble» sans Olivier Cousin....


L'AOC, tu l'aimes où tu la quittes.



L'AOC, tu l'aimes où tu la quittes, en parodiant Sarkhozy. C'est ce qu'avait fait Olivier Cousin pendant de nombreuses années. Mais poussé par l'oreille attentive, que lui prêtait un public de plus en plus nombreux, sur sa manière différente de produire du vin, le facétieux vigneron a fini par écrire sa provocation à l'encontre de la vision de ses voisins sur ses bouteilles. AOC, Appellation Olivier Cousin ... Produit en Anjou... Tant et si bien que les tenants du dogme n'ont pas apprécié, un peu comme l'arrivée d'une Burka dans le collège Sainte Marie. Olivier Cousin devrait à ce jours régler plusieurs dizaines de milliers d'euros d'amendes pour des erreurs multipliées sur son étiquetage...

Tous cousins ?

Je ne sais pas si un jour, les vignerons seront tous cousins et feront partie de la même famille. Olivier Cousin, lui, est-il un ayatollah du bio qui veut convertir ses congénères à la la culture de la vigne à cheval ? Ou bien s'est-il pris les pieds dans le tapis de son discours marketing "storytelling" comme Monsieur Jourdain ? Cela lui a, néanmoins, fait une sacrée pub.

En tout cas, cela pousse à la réflexion sur les propriétés collectives ou la protection des inventions.

En son temps, Georges Bernard Shaw disait : " Dieu créa l'homme et la femme, il ne déposa pas de brevets, grâce à ça, on peut continuer à faire la même chose."


Michel Choupauvert.

Article du 11 janvier 2014 I Catégorie : Vie de la cité

 


5 commentaires :


Commentaire de C'est compliqué Choupauvert 12/01/2014 13:08:49

Euh... C'est un peu compliqué Choupauvert, pourriez pas faire plus simple ?
Moi je veux boire du bon et simple...



Commentaire de Pilou49 12/01/2014 21:01:24

"L'Anjou n'est pas un grand cru, il s'adresse traditionnellement à des consommateurs qui considèrent leurs bouteilles de vin comme des produits alimentaires ..." Dixit Michel Choupauvert dans son édito
Peut-être mais un bon Anjou-rouge long en bouche, de propriétaire récoltant amoureux de son métier, vaut mille fois mieux qu'un réputé "Bordeaux ou célébre "Côtes du Rhône" élaboré on ne sait trop comment pour satisfaire les marges arrières bien dissimulées des grandes surfaces...



Commentaire de Pierre 12/01/2014 21:13:50

Bien évidemment qu'il y a des bons vins en Anjou. Mais là, Olivier Cousin va trop loin. Prendre ses voisins pour des C... Il doit payer ses amendes, vendre son vin aux bobos. Les vignerons eux doivent continuer à travailler pour de la qualité.



Commentaire de Michel Choupauvert@Pilou 12/01/2014 21:26:03

Je n'ai pas voulu dire que les vins d'Anjou n'étaient pas bons. Au contraire, je suis fan, notamment des Chenin sur Schistes et élevés qui, pour moi, figurent parmi les plus grands. Ce que j'ai voulu dire, c'est que quand les consommateurs parlent d'Anjou, ils ne le théâtralisent pas comme un cru classé de Bordeaux, un Grand Echezeaux ou une Romanée Conti. L'Anjou est un vin banal pour beaucoup. Peut-être qu'Olivier Cousin va réussir à réveiller les consciences et que les AOC vont progresser. Mais, pour moi, il doit y avoir de la place pour tout le monde. Les vins facile d'accès comme le Cabernet d'Anjou comme pour les grands Bonnezeaux. Et qui sait ? Peut-être que l'étudiant qui a appris à connaitre le vin avec du Cabernet deviendra un jour un fan des belles bouteilles d'Olivier Cousin ?



Commentaire de Alain49 12/01/2014 22:01:34

Moi je trouve ça très bien que quelqu'un se singularise dans n'importe quels métiers, au fil du temps cela fait toujours évoluer les choses dans le bon sens, souvenons nous que les utopies d'aujourd'hui ne sont souvent que les réalités de demain ..


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quel est le nom du site où vous vous trouvez ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI