Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte


Des exposants Saumurois en direct du salon de l'agriculture (vidéo)

Au très réputé salon de l’agriculture de Paris, les richesses du terroir du Maine et Loire étaient particulièrement bien représentées. Une présence importante et du gagnant-gagnant pour les producteurs et les collectivités les accueillant. Quelques échos en video

Tous les jours, dégustations de vins sur le stand de l'Anjou.


La région Pays de la Loire et le Maine et Loire s’exposent cette année encore au Salon International de l’Agriculture à Paris qui se tient jusqu’au 2 mars au parc des expositions Porte de Versailles à Paris. Une présence notamment dans le hall des régions de France (7.2) permettant de mettre en valeur les spécialités du territoire.


(Attention erreur dans une légende : pour les poires Angelys, il ne s'agit pas du producteur Sylvain Brault, mais de Remi Javerneau, animateur de l'association des producteurs).

Des producteurs exposants.


Une petite demie douzaine de producteurs de Maine et Loire exposaient sur le pôle de la Région Pays de la Loire. Bien évidemment les vins, mais aussi la charcuterie ou encore le miel et ses produits dérivés. Des producteurs pour le moins ravis de cette présence parisienne, quoique l’investissement en soit lourd.

« C’est l’occasion de rencontrer nos clients mais aussi de faire découvrir des appellations moins connues que le Saumur Champigny, » expliquent de concert Marc Bonnin, Président de la Cave Robert et Marcel et Amélie Neau, vigneronne adhérente. « C’est certes un investissement mais que nous faisons depuis plus de 15 ans parce qu’il est très porteur pour nos vins. Et en plus, être sur un espace commun, c’est une super ambiance et cela montre bien notre richesse. »

Pour Jacques Girard, producteur de miel à La Breille Les Pins, c’est un rendez-vous annuel incontournable : « Nous sommes là depuis 16 ans, sur le stand de la région. C’est un temps fort de notre activité. Outre la dégustation, nous vendons en direct 2 à 3 tonnes de miel en 10 jours ! ». Stéphane Candas, de la société FRANSAL, fabricant et grossiste de saucissons secs basé à Montreuil Bellay avoue son entrain à être présent : « C’est le seul salon sur lequel nous sommes présents. C’est certes un budget mais cela représente aussi un chiffre d’affaires important. Nous enregistrons beaucoup de vente directe au particulier mais aussi de nombreuses commandes via internet suite aux dégustations. »

Des producteurs invités.

Sur les 42 m2 du stand de l’Anjou, seul stand départemental au cœur du pôle de la région, co-financé par le Conseil Général, le Comité départemental du Tourisme et la Chambre d’agriculture, les producteurs de vins d’Anjou, mais aussi de fruits et légumes, de viande bovine ou de liqueurs sont accueillis pour proposer des dégustations sur toute la durée du salon.

Pour Edouard Pisany, vigneron en Saumurois et présent ce mardi 25 février sous la casquette Interloire pour faire déguster toutes les appellations vins d’Anjou (sur la photo avec Remi Javernaud, animateur d'e l'asso des poires Angélys), « c’est important d’être là, car tout le monde est là. On montre aux Parisiens et visiteurs que la France a plein de richesses et qu’on mange bien ! » Et c’est ainsi que tous les jours, les producteurs dans chaque secteurs se relaient sur le stand.


« Même si nous devons être très vigilants au regard de nos budgets, que l’Anjou ne soit pas présent ici à Paris, sur le pôle de la région, serait une hérésie, » déclare Dominique Monnier, vice-Président du Conseil Général et Président du Comité départemental du tourisme (à gauche sur la photo). « Il ne faut pas oublier que nous sommes le 5ème département français en termes de productions agricoles. Nous devons présenter nos richesses territoriales et permettre aux entreprises locales de les présenter aussi et de tisser des liens. C’est ce que nous faisons pour la 6ème fois car nous savons que cela porte ses fruits. Il est vrai qu’au regard des coûts (N.D.L.R : 20 000 € pour le stand nu de 42 m2), nous avons cela étant, décidé de n’être dorénavant présents plus qu’une fois sur 2.» A noter en passant que dans le quizz permanent sur le stand, de très nombreuses questions portent sur le Saumurois et la viticulture.

"L'Avenir pousse en Anjou" aussi un espace de rencontres.

En plus des producteurs, le stand de l'Anjou a accueilli ce mardi 25 février, une délégation franco-canadienne de l'entreprise Premier Tech Falienor pour un rendez-vous avec la presse nationale. De fait, en 2013, Falienor, leader français en supports de culture pour les productions végétales implanté à Vivy a été rachetée par le groupe canadien Premier Tech, leader mondial dans la recherche sur les ingrédients actifs naturels. " Nous profitons de ce grand rendez-vous pour présenter nos nouvelles activités à la presse mais aussi aux acteurs du monde agricole", déclarait Jean-Benoit Portier, PDG de PTF. "Ce sont des enjeux importants pour l'économie locale et régionale car nous sommes en parfaite phase avec les attentes du monde agricole qui sont de produire plus et mieux. Et je tiens à remercier notre hôte de nous avoir réservé un espace pour nous permettre ce rendez-vous...mais c'est logique, "l'avenir pousse en Anjou !"


Article du 26 février 2014 I Catégorie : Vie de la cité

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !

page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI