Heureux, qui comme Ulysse... carnet de route d'un voyage gastronomique des élèves de BTS.

Trente-cinq élèves de Terminale du lycée Sadi Carnot de Saumur (49) ont eu la chance de partir à la découverte des métiers de l'hôtellerie et de la restauration. Carnet de route en trois étapes, entre exploration gastronomique et voyage initiatique.

Au Saint James à Paris.


Première étape

Le métissage des papilles. Les élèves se sont rendus en Belgique, à la rencontre de passionnés aux goûts affûtés. Tout d'abord le grand sommelier Gérard Garroy, qui les a conduits à l'« Oeno TK », wine bar bruxellois. Avec l'aide de la maîtresse des lieux, Laurence Lardot, les jeunes voyageurs ont pu apprécier les merveilles du Saint Pourçain. Autre surprise : un étonnant « Régal » du Loup Blanc (variation québécoise sur un thème Minervois). Les échanges se sont poursuivis « Aux armes de Bruxelles » (restaurant mythique de la rue des Bouchers). Les lycéens ont pu y converser avec Philippe Limbourg, directeur du Gault&Millau Belgique : la langue des saveurs est-elle universelle ? Le succulent Waterzooï et sa sauce au beurre les ont tous mis d'accord. Le panorama gustatif aurait été incomplet sans une dégustation de bière, véritable institution nationale. Direction la Brasserie Dubuisson, créée en 1769. De la célèbre « Bush » à la plus récente « Cuvée des Trolls », l'entreprise produit aujourd'hui plus de 22,000 hectolitres par an. Tout cela sans oublier son éthique familiale. Nos apprentis gastronomes ont ainsi retenu ce que la modernité économique peut emprunter aux traditions séculaires.

Deuxième étape

Les défis de l'hôtellerie. Les élèves ont visité pas moins de quatre établissements, chacun dévoilant une facette différente de la profession : Le Méridien (Bruxelles), Le Saint James (Paris), Le Grand Hôtel (Paris), puis le Newport Bay-Club (Disneyland Paris). Tantôt intimiste, tantôt familial, chacun est le fruit d'une « vision », d'un esprit auquel il reste fidèle. Les lycéens ont été très sensibles à l'identité qui structure ces lieux. Au-delà des impératifs traditionnels, le respect de l'âme hôtelière constitue donc l'un des défis que nos jeunes Saumurois ont bien saisi.

Troisième étape

La rigueur de la logistique. Ils ont tout d'abord visité la Commission Européenne à Bruxelles, là où sont élaborées les directives qui réglementent les échanges de denrées alimentaires. Puis le marché international de Rungis, où les élèves ont pris la mesure de l'organisation nécessaire pour échanger les meilleurs produits du marché. Enfin la dernière visite les a menés près de l'aéroport du Bourget. Ils y ont rencontré les créateurs d'« Uppersky », start-up spécialisée dans le catering aérien de luxe. Ces derniers leur ont fait découvrir leurs locaux, à la pointe des normes sanitaires européennes. De l'élaboration de la loi à son application, les lycéens ont ainsi pu comprendre les enjeux de l'innovation logistique et les exigences que celle-ci impose.



Au méridien de Bruxelles


Las ! Ces jeunes Saumurois ont du finalement retourner en classe. Mais c'est avec le sourire, et forts de leurs nouvelles expériences, qu'ils se sont remis au travail : « Maintenant, on sait pourquoi on prépare le Bac ! » « Mission accomplie » se sont félicités leurs professeurs Emmanuelle Chouteau-Frézon, Jean-Michel Knutsen et Stéphane Robin,

Jean-Michel Knutsen


Article du 18 mars 2014 I Catégorie : Vie de la cité

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !

page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la première lettre de cette question ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI