Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte


A la Cité Technique, le BTS CRSA (ex MAI) une nouvelle fois en danger.

En février 2011, le BTS "Conception et Réalisation de Systèmes Automatiques" (CRSA ex MAI) avait obtenu un sursis grâce à l'intervention des élus. Celui-ci était passé par l'adaptation de la formation en intégrant au statut scolaire, des apprentis. Le quorum de 15 élèves imposé par le rectorat a été atteint en 2011/2012 et 2012/2013. Mais pour l'année en cours, ils ne sont que 9 dont 1 apprenti et les perspectives 2014/2015 ne sont pas bonnes. Insuffisant pour le rectorat qui a prévenu : si le nombre d'élève n'est pas atteint, cette fois, il fermera. Pourtant, l'emploi est là, mais la filière ne séduit plus.


L'offre de la formation à Saumur risque à nouveau de se réduire. En 2011, l'Académie de Nantes avait accédé à la demande de la Région de mettre en place du mixage pour le BTS Mécanique et Automatismes Industriels proposé par la cité technique, afin d’y accueillir des apprentis aux côtés des élèves inscrits sous statut scolaire. L’objectif de ce mixage est de conforter cette formation, dont les effectifs sous statut scolaire étaient faibles. Malheureusement, aujourd'hui, les perspectives de recrutement ne sont pas bonnes.

La technologie : une filière en souffrance.

"Les jeunes sont férus de technologies, mais on a l'impression qu'ils ne se posent pas la question du fonctionnement de leurs objets du quotidien. Peut-être sont-ce les multiples messages entendus dans les médias sur les délocalisations qui désintéressent les élèves et leurs parents. C'est vraiment dommage, il y a vraiment du travail dans la filière, contrairement à ce qu'on pourrait croire," explique Christian Millet, chef de travaux du secteur industriel. Même avis pour Axelle Souffaché, Proviseur Adjoint en charge des filières technologiques : "Pour intéresser les élèves, tous les moyens sont mis : le lycée est équipé de tablettes, drones, scanners et imprimantes 3D, véhicules électriques... Nous avons un équipement complet pour séduire les élèves, mais les jeunes se désintéressent de la technique. C'est dommage".

Réorganisation des formations.

Le BTS CRSA du Saumurois souffre aussi d'une réorganisation de la filière technologique qui oriente plus les élèves vers des formations d'ingénieur. Christian Millet : "On espère un retour de balancier, mais pour le moment, les jeunes s'orientent plus facilement vers les nouvelles voies ouvertes par les IUT que vers les BTS. Pourtant, nous avons des atouts, comme les machines spéciales que nous créons pour des industriels. L'année passée, nous en avons fait une pour Martineau, cette année, c'est pour NP Création que nous travaillons."

Difficultés de l'apprentissage.

L'apprentissage est aujourd'hui de plus en plus présent dans les discours sur les formations mais les employeurs sont de plus en plus réticents pour en salarier. Pour Christian Millet, à cette tendance se rajoutent des paramètres spécifiques : "Notre formation ne correspond pas qu'à de la maintenance mais aussi à de la création d'automatisme. Toutes n'ont pas la possibilité de former de futurs salariés dans le domaine. De plus, quand une entreprise pourrait en avoir besoin, elle se trouve parfois à 25 ou 40 km. Pour les jeunes, ce n'est pas toujours facile. Ils n'ont encore pas de permis ou pas de voiture"...

Preuve en est : un seul élève est en alternance cette année. Le contrat pour 2014/2015 avec le rectorat est de 5 et de 10 élèves en scolarité normale... Si les vocations ne se déclarent pas d'ici juin, le BTS CRSA risque bien de disparaitre de l'offre de formation saumuroise...


Article du 22 avril 2014 I Catégorie : Vie de la cité

 


4 commentaires :


Commentaire de Mais que veulent-ils donc ? 22/04/2014 21:12:46

Ils ont envie de quoi les jeunes à Saumur : la finance, le commerce, ne rien faire, trainer dans les rues, attendre les minimas sociaux, vivre au frais des gens qui travaillent dans les logements de Saumur Habitat.
Il ne faudra pas compter sur moi pour les plaindre, ni leurs parents.
Ils n'auront qu'à assumer.



Commentaire de saumurois 23/04/2014 21:43:38

Comment dire que l'emploi est là et que les entreprises n'envoient pas les jeunes dans ce BTS. Cette formation a déjà été repéchée par les zélus pour rien...on le savait.



Commentaire de La vérité sur cette formation. 24/04/2014 10:09:41

Quel dommage!Les professeurs qui s'étaient tant battu pour conserver leur emploi à Saumur et ne pas être mutés à perpette, euh je m'égare, battu pour leurs élèves bien sûr, vont devoir partir.
Ah tous ces élèves passés au forceps pour que la formation survive, redoublant la première puis la deuxième année,finissant avec seulement un bac en poche à 25 ans, quel gâchis!Pour eux et pour le contribuable.



Commentaire de Technicien et enseignant 24/04/2014 21:43:11

Bonjour, j'ai bien lu l'article et les commentaires, certaines réactions sont volontairement provocatrices donc je n'y répondrai pas.

Il ne faut pas oublier de raisonner, il y a sur SAUMUR deux BTS industriel, le BTS MCI avec une dimension nationale, et le BTS CRSA avec une dimension locale. Donc, pour finir le raisonnement, si cette formation disparaît il n'y a plus de BAC+2 et BAC+3 ( car il y a des continuité d'étude ) industriel sur Saumur. Les entreprises du Saumurois qui ont déjà de réelles difficultés à recruter vont manquer de personnel avec "ce" niveau de qualification.

Peut-on à a fois envisager un "redressement productif" industriel sans personnel qualifier ? Non bien sûr.
Faudrait-il que plus de collégiens se tournent vers des formations où il y a de l'emploi ? Oui bien sûr, même si c'est très difficile de changer les mentalités.

Evidemment qu'il faut s'interroger sur l'existence d'une formation lorsqu'elle n'est pas suffisamment remplie, surtout par ces temps de "restrictions". Sur le cours terme le raisonnement est simple donc facile : une formation de supprimée = des économies.
Mais sur le long et moyen terme il faut plus approfondir : un jeune qui diplôme en poche trouve vite du travail c'est un contribuable de plus, si ce même jeune ne veut pas ( ou ne peut pas ) partir à Angers, Nantes ou Tours et du coup suit une formation sans débouché, c'est un chômeur de plus. Donc quitte ou double !

Et une entreprise qui ne peut pas honorer des commandes par manque de personnel qualifié, ça doit, aussi, sûrement finir par faire perdre de l'argent aussi à quelqu'un !

Voilà pourquoi ce n'est pas stupide de tourner plusieurs la langue dans sa bouche avant de supprimer une formation dont les bons diplômés trouve vite du travail.

Merci à ceux qui m'ont lu.


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur du cheval blanc d'Henri IV après qu'on l'ait peint en vert ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI