Saumur devient le centre névralgique français des armées de défense NRBC.

Afin de contrer les potentielles menaces NRBC (Nucléaire, Radiologique, Biologique et Chimique), le Major Général des Armées a décidé de créer, le 1er août 2014, un organisme à vocation interarmées aux Écoles Militaires de Saumur. Ce centre, rattaché à l'Armée de Terre, reçoit pour mission de garantir aux armées la maîtrise des capacités de défense NRBC. Plus de précisions sur le concept avec le Colonel Jean-Christophe Le Roux, commandant le Centre Inter-Armées (CIA) de défense NRBC.


Inauguré le 24 septembre, le CIA avait été créé le 1er août et avait déjà commencé son activité à cette date. « La cérémonie était présidée par le GDI Lefeuvre, Adjoint au DRHAT (le centre est un OVIA-T et donc rattaché organiquement à l’Armée de Terre, ce qui explique que la présidence de la cérémonie incombait à une autorité Terre). Le CEMA n’était pas présent mais représenté par le GBR Plateaux, Chef de la Division MA de l’EMA qui assure l’autorité fonctionnelle sur le centre », nous raconte le Colonel saumurois Jean-Christophe Le Roux.

Pourquoi créer ce Centre Inter-Armées ?

Constatant l’accroissement significatif de la prolifération des armes de destruction massive, « la création du Centre Inter-Armées de défense NRBC marque une étape essentielle dans le processus d’adaptation de nos capacités de défense Nucléaire, Radiologique, Biologique et Chimique, qui a été engagé il y a plus de dix ans, pour prendre en compte les évolutions intervenues à la fin des années 90, en matière de sécurité internationale. Il s'agit d'une nouvelle appréciation des risques et des menaces pesant non seulement sur nos forces en opération mais aussi sur tout le territoire national », poursuit-il.

Combattre le terrorisme de masse.

« De plus, cet accroissement significatif de la prolifération des armes de destruction massive a été amplifié par l’apparition du terrorisme de masse pour lequel le recours à des armes ou des agents NRBC aurait des conséquences catastrophiques », précise Jean-Christophe Le Roux. « Dans ce contexte, il est apparu indispensable d’adapter les capacités militaires de défense NRBC dont l’organisation et les modes d’action restaient fortement marqués par la guerre froide ». Le Colonel saumurois s'appuie également sur les événements actuels en Syrie pour appuyer ce nouveau dispositif : « Les événements récents et notamment la crise syrienne, ont souligné la justesse de cette démarche ».

Des capacités d’action spécialisée uniques en France.

Toujours selon Jean-Christophe Le Roux, « l’objectif fixé alors a consisté à permettre à ces capacités non seulement, de protéger efficacement nos forces déployées en opérations extérieures mais également de contribuer à la protection de la population en renforçant le dispositif interministériel de réponse NRBC avec des capacités d’action spécialisée uniques en France. Dans ce cadre, la création du CIA NRBC doit permettre aux armées de disposer d’un outil adapté à la poursuite de cet effort d’adaptation. Celui-ci a pour but de valoriser les compétences propres à chaque armée et au service de santé des armées tout en développant les synergies entre elles », ajoute-t-il.

Quelles différences avec le CD NBC ?

Le Colonel Jean-Christophe Le Roux, qui commande le centre depuis le 1er août 2014, constate deux différences majeures avec l'ancien Centre de Défense Nucléaire, Biologique et Chimique (CD NBC), créé le 1er janvier 2005 et également basé sur Saumur : « Tout d'abord, le périmètre d’activité est élargi à l’ensemble de l’interarmées alors que le Centre de Défense avait un périmètre restreint seulement à l’Armée de Terre. Ensuite, le Centre Inter-Armées prend en compte l'ajout de la mission de soutien à la préparation opérationnelle NRBC, domaine qui n’était pas dans le champ du Centre de Défense ».


Article du 06 octobre 2014 I Catégorie : Vie de la cité

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la première lettre de cette question ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI