Vœux de la Com-Com Loire-Longué : Frédéric Mortier place ses vœux sous le signe de l'avenir !

Beaucoup de monde ce jeudi 22 janvier à Vernoil-le-Fourrier pour la traditionnelle cérémonie des vœux de la Communauté de Communes Loire-Longué. Parmi les présents, ont été remarqués le Sous- Préfet de Saumur, la Sénatrice Catherine Deroche, le Conseiller Régional Laurent Gérault et nombre d’élus du Noyantais, parmi lesquels son président.


Après que Madame Sylvie Beillard, Maire de Vernoil-le-Fourrier, ait saluée ses invités d’un soir et fait remarquer combien la « Communauté de Communes Loire-Longué nous voulait du bien », c’était au tour des trois harmonies communautaires de se mettre à l’œuvre, « preuve que la mutualisation fonctionne parfaitement dans ce domaine aussi » comme devait le souligner Marie Seyeux, 1ère vice-présidente et en charge ce soir là d’adresser ses « meilleurs vœux de bonheur » à l’ensemble des personnes présentes.

"Avoir de l'ambition pour le territoire"


Dans un long discours, le Président Frédéric Mortier a souhaité « placer ses voeux sous le signe de l’avenir, non seulement l’avenir proche, mais un avenir à moyen et à long terme, un avenir partagé, un avenir plus juste, mais surtout un avenir porteur d’espérance, un avenir orienté donc sur l’économie et l’emploi durable. Il me semble en fait que le problème n'est pas de voir grand ou petit, mais de voir loin ! » devait-il ajouter. « Placer ses vœux sur le thème de l’avenir, dans un contexte difficile, c’est dire surtout qu’ici à Loire-Longué, nous devons avoir de l’ambition pour notre territoire, parce que, vous le savez, les projets se préparent longtemps avant leur réalisation, parce que la reprise économique viendra et que les entrepreneurs du territoire ont décidé de résister mieux qu’ailleurs, les chiffres le montrent. Parce que notre territoire mérite que son développement soit maîtrisé, connu, cohérent, rationnel et le plus harmonieux possible, qu’il ne soit pas simplement lié à la saisie d’opportunités, qu’il réponde, non pas à des demandes, mais à des besoins. »

Réforme territoriale : "D'abord imaginer des perspectives de coopération intercommunale"

Appuyé plus tard par la Sénatrice Deroche, le Président Frédéric Mortier a alors donné sa vision de la réforme territoriale, fustigeant « le flou de ses contours qui n’a d’équivalent qu’un brouillard matinal sur la Loire, une réforme qui ne cesse de nous engluer dans d’incompréhensibles perspectives ! » Evoquant le terme « à la mode de mutualisation », il a déclaré que « celle-ci devait d’abord permettre d’imaginer des perspectives de coopération intercommunales à niveaux variables, le tout, et à la condition et à cette condition seule, qu’elle apporte une plus value supplémentaire par de nouveaux services ou moyens offerts aux communes. »
Le seuil des 20 000 a ensuite été abordé, « le fameux seuil qui n’est pas le bon repère. On ne peut pas vouloir absolument 20 000 habitants et imaginer dans le même temps que les conséquences évidentes en seront des économies. Cette idée est tout simplement et bien souvent antinomique. Il faut absolument que les élus de proximité gardent le contrôle, ce qui n’est pas le cas à 25, 30 ou 60 communes au sein de la même intercommunalité et que l’on ne me dise pas le contraire ! » La conclusion du Président Mortier sur ce point à alors été de dire que « cette réforme territoriale, mal emmenée, incompréhensible et surtout sans objectifs clairs , c’est tout sauf ce dont nous avons besoin. Il est urgent de redonner aux collectivités locales et au bloc communal en particulier, leurs capacités à investir, car nous sommes nous les communes et les communautés de communes, cette capacité à être des acteurs de relance économique dont notre pays à urgemment besoin ! »

Des chiffres éloquents, porteurs d'avenir et des perspectives

Donnant ensuite quelques bons chiffres sur l’état des finances intercommunales avec notamment un excellent autofinancement placé au-dessus de la barre des 1.5 millions d’euros, Frédéric Mortier n’a pas hésité à y ajouter un comparatif de l’endettement par habitant à hauteur de 142 €, moins qu’en 2013 (155 €) et surtout bien en-dessous de ses plus proches voisins.
Dressant enfin les perspectives du mandat avec une « priorité toujours réaffirmée aux investissements économiques, les efforts seront poursuivis en matière de voiries communales (700 000 € par an), d’aménagement numérique (1.1 million programmé), d’équipements sportifs (3.8 millions) dont une piscine couverte. » Des investissements « qui ne feront pas oublier les efforts en matière de petite enfance avec un fonctionnement des crèches au meilleur coût, une nouvelle approche du tourisme via le Grand Saumurois, une attention particulière à l’agriculture, mais aussi des tarifs d’ordures ménagères et d’assainissement individuel qu’il faudra ne pas augmenter. »


Article du 26 janvier 2015 I Catégorie : Vie de la cité

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI