Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte


L'aubergiste de Saix condamné à cause du bonnet de la liberté

Le hameau de la Belle Cave, sur la commune de Saix dans la Vienne, a été le théâtre d’une jacquerie à l’aube de la Révolution : Après la prise de Saumur par les vendéens et leur arrivée dans la bourgade de Saix, Marc Hayé, le propriétaire de l'auberge "Les 3 Marchands" a été guillotiné...L'histoire.


En 1793, au carrefour du Poitou de l'Anjou et de la Touraine, le hameau de la Belle Cave, à Saix, compte trois auberges;: Les 3 Pigeons, Les 3 Canards, Les 3 Marchands. Marc Hayé, natif de Béligné dans le district d'Ancenis (44), tient cette dernière auberge. Il a 40 ans. A cette époque, des arbres de la Liberté sont plantés dans de nombreuses communes. Saix n'échappe pas à la règle. Les guerres de Vendée font rage.

"Les Vendéens arrivent"

Le 10 juin, les « Blancs » prennent Saumur. Le 19 juin 1793, la rumeur court à Loudun : "Les Vendéens arrivent, ils sont à la Belle Cave et vont abattre l'arbre de la Liberté." Marc Hayé ne cache pas son soutien à la royauté. Il est arrêté pour activités contre-révolutionnaires suite à la déposition d'un journalier habitant la Belle Cave, Joseph Cerclé. Il dit : "Quelques jours après la prise de Saumur par les brigands, il vit le nommé Hayé monté derrière un brigand à cheval, qui fut abattre l'arbre de la liberté de la commune de Saix."

"J'emmerde la sacrée municipalité"


Le 9 floréal an II de la République (28 avril 1794), Marc Hayé comparait devant le tribunal criminel. Parmi les faits qui lui sont reprochés : il a pris le bonnet de la liberté, l'a fait sauter en l'air et l'a foulé aux pieds en disant : "Le voilà le bonnet qui nous met dans l'esclavage… Au diable la sacrée liberté, plus de municipalité, au diable la sacrée municipalité… J'emmerde la sacrée municipalité… Au diable la nation et vive le roi." Après avoir entendu l'accusateur public, le tribunal se déclare convaincu que Marc Hayé est coupable de provocations à la royauté et d'émeutes contre-révolutionnaires. Il ordonne que ledit Hayé soit livré dans les 24 heures à l'exécuteur des jugements criminels et mis à mort. Ses biens sont et demeurent acquis à la République.

Sources : "Les arbres de la Liberté à Poitiers et dans la Vienne", Robert Petit.
Archives : Laurent Rodrigues, la Belle Cave, Saix.


Article du 13 mars 2015 I Catégorie : Vie de la cité

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !

page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quel est le nom du site où vous vous trouvez ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI