Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte


Saumur : A quand la monnaie locale complémentaire ?

Le mercredi 8 avril, Jean-Philippe Magnen, vice-président de la Région des Pays de la Loire et Christophe Fourel, chef de la mission prospective à la direction générale de la cohésion sociale ont rendu leur rapport gouvernemental « D’autres monnaies pour une nouvelle prospérité ». Ils présentent les monnaies locales complémentaires comme une possibilité pour lutter contre la crise.


Peu ou pas connues du grand public, les monnaies locales complémentaires (MLC) ont fait l’objet d’une mission gouvernementale confiée en 2014 à Jean-Philippe Magnen, vice-président de la Région des Pays de la Loire et Christophe Fourel, chef de la mission prospective à la direction générale de la cohésion sociale. Ils ont remis le 8 avril 2015 leur rapport final à Carole Delga, secrétaire d’Etat chargée du Commerce, de l’Artisanat, de la Consommation et de l’Economie sociale et solidaire.

« D’autres monnaies pour une nouvelle prospérité »

Sur la base d’un état des lieux en France et en Europe le rapport « D’autres monnaies pour une nouvelle prospérité » formule 12 propositions pour accompagner l’essor des MLC comme facteur de lutte contre la crise et de développement d’une nouvelle économie de circuits-courts, territorialisée pour en encourager le développement à l’échelle locale, au bénéfice des particuliers mais aussi des associations, des entreprises et permettre de mieux résister à la crise, financière et économique. 3 mots d’ordre : relocaliser les transactions, dynamiser les échanges au bénéfice des populations et rendre la consommation plus responsable, plus respectueuse d’un développement durable, plus éthique.

Comment ça marche ?

Nées en France il y a 5 ans, les MLC visent à organiser, au niveau local, les modalités d’échanges de biens et services en utilisant une monnaie locale, elle-même adossée à la monnaie courante. Les modalités d’échanges qui découlent de leur utilisation favorisent tel ou tel objectif : par exemple recréer de la solidarité locale, favoriser la localisation d’activité sur une zone particulière du territoire, favoriser le développement d’entreprises locales, etc. Après l’Eusko du Pays basque, le Sol-Violette de Toulouse, le Bou’Sol de Boulogne sur Mer et la Muse à Angers c'est la ville de Nantes qui va lancer le 28 avril pprhain sa monnaie "SoNantes". A quand une monnaie locale complémentaire pour Saumur ?!


Article du 14 avril 2015 I Catégorie : Vie de la cité

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !

page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quel est le nom du site où vous vous trouvez ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI