Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte


Le patrimoine immatériel français inscrit à l'UNESCO s'expose à Saumur.

Jusqu'au 28 mai prochain, l'Institut Français du Cheval et de l'Equitation accueille la toute nouvelle exposition réalisée par le Centre Français du Patrimoine Culturel Immatériel (CFPCI) et présentant les 13 savoir-faire français classés par l'UNESCO (1). Ce 29 avril, l'association France Patrimoine Culturel Immatériel (ou patrimoine vivant), née en 2013, l'inaugurait après avoir assistée à une représentation publique du Cadre Noir de Saumur et avant de tenir son Assemblée générale annuelle.

Légende photo (de gauche à droite) : Bernard Maurel, chargé du dossier UNESCO à l'IFCE, Sévérine Cachat, directrice du CFPCI et Pierre Courjaret, Président de l'AFPCI


« Notre patrimoine immatériel français a été couronné à 13 reprises par l'Unesco, qui en a reconnu le grand intérêt. L'exposition que vous pouvez admirer rassemble les éléments inscrits à ce jour, » explique le douessin Pierre Courjaret, Président de l'Association France Patrimoine Culturel Immatériel. Et de rajouter en cette journée d'Assemblée Générale annuelle, ce 29 avril à l'IFCE : « La tradition équestre française et son prestigieux ambassadeur, le Cadre Noir de Saumur, font partie de cet ensemble multiforme : venir ici pour tenir notre AG est donc un grand plaisir. » (Notre article de présentation)

Une association jeune, des savoir-faire complémentaires.

L'association France Patrimoine Culturel Immatériel ne date que de 2013 et a été créée à l'initiative du Ministère de la Culture et de la Communication, avec le support logistique du Centre Français du Patrimoine Culturel Immatériel. Son but ? « Faire connaître ce patrimoine immatériel, faciliter les échanges nationaux et internationaux et servir d'interface entre, d'une part, les représentants des associations qui ont en charge le patrimoine culturel ainsi que l'UNESCO et ses relais en France et, à ce titre, être force de proposition, » relate le Président Courjaret. « Le fait de se constituer en association est important dans un esprit de complémentarité et pour avoir une ouverture sur les autres patrimoines existants », explique Bernard Maurel, chargé du dossier UNESCO à l'IFCE. Et Pierre Courjaret de rajouter : « Nous avons les mêmes pesanteurs. De fait, le patrimoine est très important mais pas urgent ! Et nous avons aussi tous le même souci, celui de la transmission. Cette exposition itinérante est un des outils de communication à cet effet. » Aujourd'hui, sur les 314 savoir-faire répertoriés à l'inventaire immatériel de l'humanité dans le monde, 13 sont français (1). « Et 3 autres dossiers sont aujourd'hui sur la table de l'UNESCO, » précise Séverine Cachat, Directrice du CFPCI. « Il s'agit du Carnaval de Grandville en Normandie, du Biou d'Arbois dans le Jura et des savoir-faire liés aux parfums de Grasse en Provence. »

« Rien n'est dû au hasard, qui ne génère que le chaos »
.

Dans son discours de bienvenue, le Président Courjaret s'est attardé sur l'extraordinaire richesse des territoires, notamment ruraux : « Les éléments du patrimoine culturel que nous représentons sont tous, peu ou prou, historiquement dépendants de l'incroyable variété culturelle de nos régions. La sauvegarde des sites et le respect de leurs diversités est donc une priorité absolue. » Et de citer pour exemple « la diversification progressive de nos campagnes, qui voient disparaître petit à petit tous les savoirs qui lui sont propres : langues, dialectes, coutumes, métiers d'art et de création, artisanat multiforme. Dans ces zones désertées, plus besoin de tracés de charpentes dignes de ce nom puisque la fermette que l'on disait « à l'anglaise » est partout, plus de compagnons au travail trop parfait et donc trop cher... moins de chasseurs et donc de fauconniers parce-que, notamment, les méthodes culturales et la brutalité de la chimie ont balayé le petit gibier, plus de fêtes parce-qu'il n'y a plus d'habitants. » Et de conclure : « Heureusement, dans bien des cas, c'est le patrimoine culturel, matériel et immatériel, qui permet de revitaliser la France cachée et qui ouvre des portes, sans cela oubliées à jamais. Les classements effectués par l'UNESCO sont, dans cet esprit en particulier, un atout incomparable pour que se transmettent tous ces savoirs et savoir-faire. Les exemples fourmillent, qui démontrent à l'envi qu'il faut un substrat vivant pour que l'esprit des hommes se sublime. L'exposition de France Patrimoine Culturel Immatériel, que vous pouvez parcourir ici, en est une preuve vivante. »

Pratique : L'exposition est visible à l'IFCE de Saumur jusqu'au 28 mai, dans le hall d'accueil du Grand Manège, en accès libre dans le cadre du droit d'entrée.

3 des 20 kakémonos exposés




(1) Pour la France, les 13 savoir-faire inscrits à ce jour :
- les Géants et dragons processionnels de Belgique et de France ;
- la tradition du Tracé dans la charpente française ;
- la tapisserie d'Aubusson ;
- le Maloya ;
- le Cantu in paghjella profane et liturgique de Corse de tradition orale ;
- le savoir-faire de la dentelle au Point d'Alençon ;
- le Repas gastronomique des Français ;
- le Compagnonnage, réseau de transmission des savoirs et des identités par le métier ;
- l'Equitation de tradition française ;
- le Fest-noz, rassemblement festif basé sur la pratique collective des danses traditionnelles de Bretagne ;
- la Fauconnerie, un patrimoine humain vivant ;
- les Ostensions septennales limousines ;
- le Gwoka, musique, chants, danses, pratique culturelle, élément représentatif de l'identité guadeloupéenne – inscrit en novembre 2014.






Article du 29 avril 2015 I Catégorie : Vie de la cité

 


1 commentaire :


Commentaire de Jean 1 30/04/2015 12:53:55

Le Kiosque peut-il demander comment , à Saumur, on peut présenter une expo sur le"repas gastronomique" en omettant le fait qu'on y boit du vin... Sauf erreur de vision de ma part, le "kakémono" présenté sur ce sujet censure le mot même de vin ce qui est tout de même fort...encore la loi Evin?


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur du cheval blanc d'Henri IV après qu'on l'ait peint en vert ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI