Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur | Doué-la-Fontaine | Longué | Baugé | Thouars | Loudun | Chinon | Avoine | Bourgueil
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte


Dossiers médicaux abandonnés dans l'ancienne clinique Fardeau : la clinique de la Loire assume

Le 16 avril dernier, nous nous faisions le relais d'une information publiée dans le Courrier de l'Ouest, à savoir que des dossiers médicaux avaient été abandonnés dans l'ancienne clinique Fardeau, devenue squat depuis son déménagement en 2009 et sa fusion avec la Clinique de Bagneux au sein de la nouvelle Clinique chirurgicale de la Loire. Des documents qui jonchaient le sol, alors qu'ils auraient dû être protégés au nom de la confidentialité (relire notre article). Suite à cette révélation, la direction de la Clinique de la Loire a aussitôt récupéré ces dossiers et les a placés en lieu sûr au sein de ses locaux. Aujourd'hui, sous couvert des Archives départementales, leur devenir est à l'étude : préservation ou destruction.


Le directeur Frédéric Giraudet assume parfaitement cette responsabilité, reconnaissant que "ces dossiers n'auraient pas dû rester dans la nature et être transférés au moment du déménagement. Mais je n'étais même pas au courant qu'ils existaient." A qui la faute ? "Je ne peux le dire, je n'étais pas en poste à l'époque, mais quoi qu'il en soit, il y avait une direction." Et que ce soit une société privée ou les services de la clinique qui aient effectué le déménagement, pour le directeur une chose est avérée : « Dans tous les cas, on vérifie au départ et à l'arrivée. » Cela étant, d'ajouter : "Je ne suis pas dans la recherche des responsabilités pour le moment. Ma préoccupation première c'est de m'occuper de leur réhabilitation."

Quid maintenant de ces dossiers ? De fait, les dossiers récupérés sont de deux types : certains datent de moins de 20 ans, d'autres de plus. Et au regard de la loi (1), les premiers doivent être conservés, les seconds détruits, dans le cadre du secret médical. "Nous allons étudier tous les contenus pour voir ceux qui devront être détruits, sans compter ceux qui sont partiellement détruits ou brûlés." Un travail qui sera effectué avec l'appui des Archives départementales, seules habilitées à établir les critères de conservation ou de destruction. "Elisabeth Verry, (NDLR responsable des Archives départementales), va d'ailleurs venir sur site", nous a confié Frédéric Giraudet. Cela étant, même si ces dossiers sont aujourd'hui revenus dans l'escarcelle du sacro-saint secret médical, ils furent durant 6 années à la vue de tous les squatters de l'ancien établissement chirurgical...

(1) La loi est claire sur le sujet et précise que les informations concernant la santé des patients doivent être conservés par l'établissement ou un tiers agréé pendant une durée de 20 ans à compter la date du dernier séjour ou de la dernière consultation de son titulaire. Après cette durée, l'établissement doit les détruire.


Article du 07 mai 2015 I Catégorie : Vie de la cité

 


3 commentaires :


Commentaire de Comme pour la centrale... 07/05/2015 17:49:16

Lui ce n'est pas "ce n'est pas bien grave" mais "J’assume"... Bon ben alors comme il assume c'est bien? Une démonstration de plus que la bêtise partage la notion d'infinité avec le cosmos... Quelle est la sanction?



Commentaire de m felix 08/05/2015 09:59:13

Le responsable de l'époque est connu, il faut arrêter de jouer les innocents. Il s'agit ni plus ni moins d'une négligence absolument hallucinante et une information devrait être ouverte pour trahison du secret professionnel.



Commentaire de docteur maboule 09/05/2015 08:35:57

mr beyrath qui etait directeur a l epoque.et oui cela coute de l argent de gerer et stocker des dossiers mais c est vrai quand on est la pour en faire de l argent avec une clinique le patient est la bonne vache a lait a qui l on prend le max d argent et de depassement .l etat aujourd hui desire passer le public au meme regime que le privé comme cela encore plus de frics de pompé et si tu as les moyen tu es soigné sinon pfg.


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI