Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte


L'esprit du Trianon de Monsieur Jacques en bonne voie pour survivre...

Pour les uns, c'était « Monsieur Jacques », pour d'autres « Le Père Jacques ». Jacques Gruchy, le patron du restaurant mythique le Trianon à Saumur a quitté ses fourneaux à 93 ans le 2 mai dernier. Son fils, légataire universel, William Gruchy a bon espoir que l'esprit des lieux puisse survivre.


Après l'émotion qui a envahi les réseaux sociaux, la question du devenir du Trianon se posait. Certaines rumeurs laissaient entendre que la ville de Saumur pouvait le préempter. "Ce ne sera pas le cas", nous a expliqué le premier adjoint, Jackie Goulet. "Même si le lieu est chargé d'histoire locale, je ne vois pas ce que nous pourrions en faire. Ce n'est pas la mission de la collectivité de gérer un restaurant". Son fils, William, lui, n'a pas envie de continuer l'aventure : "Le lieu est chargé d'histoire, mais je ne me vois pas devenir restaurateur. Mon père avait 93 ans et moi, j'en ai 71. Et puis, ma vie n'est plus en Saumurois."

L'influence de l'Abbé Pierre

L'homme avait un caractère particulier. Certains clients, qu'il considérait ne pas correspondre à son restaurant sont restés devant l'enseigne. Pour son fils, Jacques Gruchy avait un caractère bien trempé : "Il y a peu de gens qui le savent, mais mon père a été fortement influencé en 1954, par l'action de l'Abbé Pierre. Il avait suivi son appel lancé sur les ondes de radio Luxembourg pour loger et nourrir les sans abris. Cet appel fut nommé "l'insurrection de la bonté". Jusqu'à sa mort, l'Abbé Pierre est resté son modèle et son mode de pensée".

Le Trianon

Après avoir travaillé à l'usine et été chauffeur de taxi, il avait repris l'hôtel-restaurant de sa mère. Celui qui avait connu le temps d'avant 1947, avait fermé l'hôtel et la salle de bal adjacente depuis longtemps. Seul restait le restaurant avec son menu immuable. Hareng Pommes à l'Huile, oeufs rouges, tomates, museau, steack, une montagne de frites maison, camembert, petit pot de glace et sa cuillère en plastique... A 10 €... Vintage !

Des amoureux du lieu veulent le faire vivre

William Gruchy a vraiment apprécié les témoignages d'affection portés à son père : "J'ai vraiment été touché par tous ces hommages et je suis très heureux d'avoir été contacté par cinq personnes amoureuses du lieu qui ont envie de faire vivre l'endroit. Dès septembre, je vais les rencontrer et les écouter."

A suivre

Article du 25 juillet 2015 I Catégorie : Vie de la cité

 


8 commentaires :


Commentaire de Robert bibiche 25/07/2015 16:41:40

Jacquot m as connue à l âge de 16ans aujourd\'hui mariée nous y allions en famille et avec mes copines de boulot on arrosant nos vacances chez Jacquot qui était un homme adorable je ne l oubliera jamais qu\'il reposes en paix cet homme était d un grand coeur c était mon papy j ai une belle photo sur mon buffet



Commentaire de Nicolas 26/07/2015 11:09:09

Personnellement j'ais découvert le trianon dans une chanson de la ruda salska et en tant que serveur j'adhère tous à fait à l'esprit de ce lieu et de Monsieur jacque , je trouve ça merveilleux qu'il ne disparaisse pas comme beaucoup de souvenirs de notre Histoire devenus des parkings"payant"!!!



Commentaire de Louis 26/07/2015 12:04:25

Je souhaite sincèrement bonne chance aux repreneurs, mais je crains que le Trianon sans Jacques ne soit plus le Trianon. Ce qui faisait le charme du lieu, indépendamment de la présence de Jacques, c'était sa terrasse avec chaises en plastique, sa salle qui n'a pas bougé depuis les années 50, ses assiettes Vereco et ses verres Duralex... Les repreneurs résisteront-ils à la tentation de remplacer tout cela par des chaises inox, des assiettes carrées et des verres design ?



Commentaire de renaire 26/07/2015 15:30:59

garder un lieux de convivialitè serait formidable et permettrait aux habithues de venir evoquer les moments passes avec maitre jacques



Commentaire de leroy 27/07/2015 08:43:28

je crois même que les chaises de la salle de restaurant étaient les dernieres chaises fabriquées par les prisonniers de Fontevraud ( sans pointes). quel lieu magique, que de souvenirs, je revois encore Maître Jacques dans ma tête. je regrette tant de ne pas avoir fait connaitre ce lieu à tant de gens qui me sont chers par manque de temps, et çà dépassait mon entendement que Maître Jacques disparaisse



Commentaire de berger3 27/07/2015 10:06:32

Merci à son fils de ne pas brader les lieux aux promoteurs vautours qui se seraient empressé de raser le bâtiment pour "rentabiliser" l'emplacement.



Commentaire de Jacky 27/07/2015 12:01:29

Quel domage qu'il ne soit plus là mais il que le trianon continue



Commentaire de hupont 27/07/2015 14:36:56

c'était un grand monsieur avec une mémoire impressionnante, merci de perpétuer sa sagesse


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la première lettre de cette question ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI