Château de Montreuil : La Collégiale toujours ouverte, le Pont bientôt rénové

Construite à la fin du 15ème siècle, la Collégiale Notre-Dame était desservie par les Chanoines du Château de Montreuil-Bellay. À l'intérieur, la nef, ceinturée d’une litre funéraire aux armes seigneuriales, porte le deuil de la Révolution Française. L’édifice fut ensuite donné à la Ville de Montreuil-Bellay, au 19ème siècle. Aujourd'hui, cette Collégiale est toujours accessible au public mais le pont, y donnant accès, ne serait pas totalement fiable, notamment en cas d'incendie. Explications...

Le pont qui donne accès à la Collégiale pose problème


La commission de sécurité, qui s'occupe de la sûreté du Château de Montreuil-Bellay, émet toujours un avis défavorable à l'ouverture publique de la Collégiale Notre-Dame. Le pont, qui y donne accès sans passer par la Cour du Château, a été construit en 1863 (voir la photo ci-contre). Sauf que des questions subsistent sur sa capacité de résistance... En effet, la commission de sécurité estime encore que les certitudes, quant à sa qualité de portabilité, sont trop insuffisantes.

La Ville doit mener une nouvelle étude.

Cet avis défavorable n'est pas synonyme de fermeture publique de la Collégiale, mais la Ville de Montreuil-Bellay doit désormais mener une nouvelle étude. Le pont est évidemment assez résistant pour supporter le poids des visiteurs mais là n'est pas la question... Après sa dernière visite, la commission de sécurité avait expliqué qu'elle n'était pas certaine que les différents engins de défense puissent accéder au site, en cas d'incendie. Elle avait souhaité qu'une nouvelle étude soit menée pour s'assurer de la portabilité de l'ouvrage. Marc Bonnin, Maire de Montreuil-Bellay : « Selon la commission de sécurité, il fallait que l'on soit sûr que le camion de pompiers, qui porte la grande échelle, puisse accéder au site en cas d'incendie. C'est donc cette étude de portabilité du pont que nous avons voulu relancer, récemment, en Conseil Municipal... ».

« Il faut tout de même que l'on aille assez vite ».

Marc Bonnin : « Tant que cette étude n'est pas réalisée, la commission de sécurité donne effectivement un avis défavorable mais sans suspendre l'ouverture publique de la Collégiale Notre-Dame. Si la nouvelle étude prouve que le pont est assez résistant pour laisser passer les engins anti-incendie, l'avis défavorable de la commission de sécurité sera levé. Il faut tout de même que l'on aille assez vite à faire toutes ces choses-là, comme nous l'a expliqué le Sous-Préfet, puisque ça traînait depuis un certain temps. Lors du dernier Conseil Municipal, nous avons déjà avancé sur ce dossier en trouvant une entreprise pour faire l'étude (ndlr : La Cerema, ex-laboratoire des Ponts et Chaussées), à un prix un peu moins élevé que les autres (ndlr : 2 910 euros TTC). Nous partagerons les frais avec le Château, qui est propriétaire du pont ». Pas d'alerte donc pour la Ville, qui veut néanmoins régler l'histoire rapidement...


Article du 30 juillet 2015 I Catégorie : Vie de la cité

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur d'une cerise bleue ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI