Jean-Yves Hazoumé, nouveau sous-préfet de Saumur : un parcours très ressources humaines !

Arrivé le week-end dernier, c'est ce lundi 14 septembre que Jean-Yves Hazoumé a pris officiellement ses nouvelles fonctions de Sous-préfet de l'arrondissement de Saumur, en remplacement de Jean-Yves Lallart. Un premier poste de sous-préfet d'arrondissement pour ce « globe trotter » de la fonction publique territoriale et de l'administration de l'Etat et un cap dans sa carrière, sur un territoire où il revient "avec plaisir".


Au départ, rien ne prédestinait vraiment Jean-Yves Hazoumé à intégrer la fonction publique ou l'administration. Parti de sa lorraine natale (né à Nancy il y a 50 ans), il a opté pour venir suivre des études de droit à l'Université François Rabelais de Tours. Et ce en droit privé ! « Je me destinais à une carrière dans le droit. Mais durant mon service militaire, j'ai passé en 1991 le concours d'attaché de la Fonction Publique Territoriale et ai été reçu, ce qui m'a permis d'écourter mon service.»

1991-2015 : un parcours bien rempli

Ses premières armes, c'est au Conseil Général du Calvados qu'il les fera, au sein de l'inspection de l'aide sociale à l'enfance. Par la suite, toujours au sein de la même collectivité, il fut chargé du contentieux. 6 ans plus tard, il obtient une mutation à la Réunion, en tant que DRH (Directeur des Ressources Humaines) de le commune de Tampon, commune de 68 000 habitants. Il en deviendra DGA (Directeur Général Adjoint).
En 2004, il décide de quitter la territoriale pour rejoindre les services de l'Etat et devient Directeur départemental de la protection judiciaire de la jeunesse de la Réunion.
Et 2006, il intègre le corps préfectoral et devient Directeur de Cabinet du Préfet de l'Allier.
En 2008, il est nommé Directeur de Cabinet du Préfet de Haute Savoie, poste qu'il ne n'occupera que quelques mois.
C'est alors, qu'en 2009, il intègre l'Administration Centrale à Paris, au Ministère de l'immigration, de l'Intégration, de l'Identité nationale et du Développement solidaire, alors sous l'égide d'Eric Besson, ministre du gouvernement Fillon sous la Présidence de Nicolas Sarkozy. Il occupera le poste d'adjoint au sous-directeur de l'éloignement des étrangers et chef du bureau de la rétention administrative (en clair à la gestion du refus de droit de séjour et de reconduite à la frontière).
Enfin dernier poste avant son arrivée à la sous-préfecture de Saumur, de 2012 à 2015, à la Préfecture de Police de Paris, dont il est le DRH, et plus spécifiquement à la direction de l'action sociale, s'occupant plus particulièrement d'accompagner les fonctionnaires de police en difficulté.
En 2015, il fait la demande de retourner sur les territoires. Et parmi ses demandes, l'arrondissement de Saumur. Il y sera un célibataire géographique : sa compagne étant sous-préfète d'Issoudun (Indre), c'est là qu'elle y réside avec ses 5 enfants.

Pourquoi ce changement de cap ? « Une volonté d'être en prise directe avec le terrain, à l'écoute des élus et des populations. Et un territoire que je redécouvre avec plaisir. » Explications



Après sa première rencontre avec le Maire de Saumur ce matin du 16 septembre, Jean-Yves Hazoumé se donne un programme chargé : "Rencontrer les 107 maires de l'arrondissement" et bien plus. Explications.




Accueil des réfugiés à Saumur : la confiance


Revenant sur le sujet de l'accueil des migrants à Saumur, Jean-Yves Hazoumé du haut de son expérience administrative en matière d'immigration, n'est pas inquiet. Suite à sa rencontre de ce jour avec le maire de Saumur, il le sent prêt : « Il est dans les starting-blocks ! Au regard de ce qu'il m'a dit, Saumur a les capacités en termes de logement pour accueillir ces populations. C'est lui qui a la main, et l'Etat est là pour l'accompagner. En tout état de cause, c'est au Préfet de département qu'il revient la mission régalienne d'information et de sensibilisation des communes dans un esprit de cohérence territoriale. »

Les passions de Jean-Yves Hazoumé : la marche et la course à pieds, la lecture (de l'histoire aux romans), la bonne chaire et les bons vins. Parlant du Saumur-Champigny ou encore du St Nicolas de Bourgeuil, "ce sont des noms qui évoquent la poésie !"


Article du 16 septembre 2015 I Catégorie : Vie de la cité

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI