À l'approche du 11 novembre, le Bleuet de France refleurit à Saumur

Comme l'évoque le Général Arnaud Nicolazo de Barmon, commandant les Écoles Militaires de Saumur, le Bleuet est, en France, « la fleur symbole de l’hommage de la nation française aux soldats morts pour défendre ses idéaux. Cette fleur incarne les valeurs de respect, de paix et de tolérance qui sont celles de l'ensemble de la communauté combattante ». Concrètement, sa vente (1 euro) permet de venir en aide aux soldats, anciens combattants, veuves de guerre ainsi qu'aux orphelins. Elle sera en vente les vendredi 6 et samedi 7 novembre prochains dans trois centres commerciaux Saumurois.

Le Général de Barmon et l'Officier de Liaison Nick Fenton.


L’Œuvre Nationale du Bleuet de France, aujourd’hui gérée par l’ONACVG (Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre), a toujours veillé, au fil des terribles conflits qui ont jalonné le XXème siècle, à venir en aide aux soldats, anciens combattants, veuves de guerre et orphelins. Encore peu connu dans l'hexagone, le Bleuet de France tient son origine de la Première Guerre Mondiale, comme l'explique le Général de Barmon : « Cette initiative avait été prise par des femmes infirmières dans les années 1916-1918, à la fin de la Guerre, afin de recueillir des fonds pour nos Poilus blessés. En 1934, le Président de la République (ndlr : Albert Lebrun) avait officialisé l'initiative des Bleuets de France puis autorisé sa vente dans les rues, la semaine qui précède le 11 novembre... ».

Pourquoi ce nom de « Bleuet de France » ?

Le Général des Écoles Militaires de Saumur revient sur les origines de cette initiative : « Le Bleuet, comme le Coquelicot (ndlr : initiative similaire au Bleuet mais en version Britannique, appelée le « Poppy »), étaient les seules fleurs qui étaient capables de continuer à pousser sur les champs labourés par les obus de toute nature, en 14-18. Le Bleuet avait alors été choisi en France pour symboliser cette initiative... Et il reflétait également la couleur des uniformes de nos soldats. La tradition voulait que les jeunes soldats arrivant sur le front soient appelés les « Bleus » ou encore les « Bleuets » par les vieux « Poilus », qui étaient quant à eux dans les tranchées déjà depuis plusieurs mois, voire depuis plusieurs années... ». Le « Poppy » Britannique (tendu par l'Officier de Liaison Nick Fenton sur la photo), a rapporté l'équivalent de 50 millions d'euros en Grande-Bretagne, en 2013, contre environ 1 million d'euros pour le Bleuet, en France.

Une initiative remise au goût du jour en 1991.

« Au fil des décennies, cette initiative s'est un petit peu étiolée et a été revitalisée en 1991, puisque elle fut prise sous-tutelle par l'ONACVG (ndlr : Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre) », poursuit le Général Arnaud Nicolazo de Barmon. « Depuis quelques années, les armées se sont relancées dans la promotion du Bleuet de France et notamment à une époque où l'on commémore le centenaire de la Guerre 14-18, pour essayer d'en relancer la prise en compte par nos concitoyens comme une action de solidarité et puis, également, pour recueillir des fonds au profit des anciens combattants, des blessés de guerre, des veufs de guerre mais également des pupilles de la Nation ».

Soutien apporté aux soldats en opérations extérieures.

Les soldats français actuellement engagés dans des missions de maintien de la paix, anciens combattants de demain, reçoivent le total soutien du Bleuet de France. Chaque année, l’association Solidarité Défense réunit autour d’elle ses partenaires pour confectionner les « colis de Noël » destinés aux milliers de soldats en « Opex » (Opérations extérieures) au moment des fêtes de fin d’année. Depuis 2009, le Bleuet de France soutient cette opération, chaque année, à hauteur de 30 000 euros. Le Bleuet de France, par l’intermédiaire de l’ONACVG, peut intervenir en faveur des soldats d’« Opex » et de leurs familles grâce aux fonds collectés les 8 mai, 11 novembre et tout au long de l’année. Des aides financières adaptées et destinées à soulager le quotidien parfois difficile ou se reconvertir professionnellement sont mises en place au plus près des besoins.

Opération les 6 et 7 novembre, dans 3 centre commerciaux.

Les collectes sont dynamisées par la forte mobilisation des forces armées pour la campagne du 11 novembre, soutenue par le Chef d’État-Major des Armées, le Général de Villiers. En 2011, les collectes avec les militaires avaient rapporté près de 6 000 euros, en 2012 près de 25 000 euros et en 2013 près de 58 000 euros. En 2014, 97 796 euros ont été récoltés grâce à cette mobilisation de la 4ème génération du feu. À Saumur, l'an passé, près de 4 600 euros avaient été récoltés grâce à l'achat et au port du Bleuet de France. Il était vendu chez les commerçants Saumurois participants, du 1er au 11 novembre (relire notre article). Cette fois-ci, « cette opération d’envergure sera menée dans trois centres commerciaux Saumurois (ndlr : Leclerc de Saumur, Intermarché de Saint-Lambert-des-Levées et Carrefour Market de Distré) du vendredi 6 novembre, à midi, au samedi 7 novembre, à 20h », précise le Général de Barmon. L'opération sera honorée par un trinôme : ancien combattant, militaire d’active en tenue et conjoint ou enfant de militaire.


Article du 03 novembre 2015 I Catégorie : Vie de la cité

 


5 commentaires :


Commentaire de bleu-rose 03/11/2015 18:24:10

Ben elles sont bleues ou roses ces estampilles (voir la photo). Cela dit, en ces temps de campagne électorale, bleu ou rose, quelle différence !



Commentaire de La rédaction 04/11/2015 08:42:46

Sur la photo, Le Général de Barmon tend le Bleuet de France alors que l'Officier de Liaison Nick Fenton tend le « Poppy » Britannique (rose/rouge).



Commentaire de 1-2-3 Soleil 04/11/2015 13:28:21

Très bel hommage et il eût été dommage que cela tombe en désuétude. Il est très important de faire perdurer cette action. Et respect à tous ces hommes courageux qui ont défendu notre pays et à tous ceux qui continuent pour le maintien de la paix.



Commentaire de tchernobill 06/11/2015 17:21:07

Pale résurgence d'une tradition qui existait depuis 1934 alors que le Poppy britannique n'a eu aucune interruption et est une tradition patriotique bien ancrée chez eux. Bon il n'est jamais trop tard pour bien faire. Mais je ne me fais aucune illusion sur sa permanence.



Commentaire de bernard 07/11/2015 08:11:11

dans les petites communes l oeillet a toujours été present et certe saumur viens de le redecouvrir mais il est toujours vendu ???



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la première lettre de cette question ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI