Chinon presque soignée de son intoxication bancaire. Décision vendredi 11.

Le maire a convoqué un conseil municipal extraordinaire vendredi 11 décembre pour présenter l'état des négociations avec la SFIL. Après la chute de la banque franco belge, c'est cet organisme créé par l'Etat qui est chargé de renégocier avec les 1 000 collectivités et hôpitaux touchés par des prêts dits toxiques. A l'origine de l'intoxication ? Un prêt contracté en 2007, auprès de la banque Franco Belge, basé sur la parité avec le Franc suisse que les Helvètes ont laissé décroché l'an dernier. Résultat, un taux d'intérêt qui est monté jusqu'à 27% et un risque pour les finances que la petite ville ne pouvait supporter.


Le maire Jean luc Dupont l'avait déclaré en janvier dernier : "Il n'y aura pas d'augmentation d'impôts". Cela étant, la ville de Chinon a eu peur de devoir se déclarer en cessation de paiement quand la réévaluation de 15 % du franc suisse est venue provoquer une subite hausse de l'annuité. En mars, elle a même voté un budget en déséquilibre avant de se raviser. Le taux de 3.96% est passé à 14.96% et, dernièrement, à 27,41 % ! Si la parité sur laquelle est basée le taux en restait ainsi, le coût supplémentaire à rembourser est estimé à 720.000 € par an, et le prêt courrait jusqu'en 2029.

La Sfill négocie à la place de Dexia

A la suite de la faillite de Dexia, l'Etat a créé une nouvelle banque des collectivités locales en 2013 : la Société de financement local. La Sfil avait pour objectif de renégocier au moins un milliard d'euros par an des crédits sensibles contractés. Elle est détenue à 75% par l'Etat, à 20% par la Caisse des Dépôts et à 5% par la Banque Postale. L'objectif pour la nouvelle banque des collectivité locales : se défaire de ce fardeau qui plombe son modèle économique. Au total, ce sont 9 milliards d'euros empruntés qui sont considérés comme sensible. Après avoir réduit de 1,5 milliards son stock de prêts sensibles depuis sa création, elle vise désormais 500 millions d'euros de prêts supplémentaires traités d'ici à la fin de l'année. Pour compléter cette action, le gouvernement a décidé du doublement du montant initial du fonds de soutien qui atteint désormais 200 millions d’euros par an sur quinze ans, soit 3 milliards d’euros. Pour profiter de cette aide, les collectivités doivent cependant renoncer à toutes les poursuites judiciaires en cours.

Présentation vendredi

Qui dit rachat de prêt, dit nouveau taux et indemnités de sortie pour l'organisme bancaire qui doit revendre sa créance sur les marchés bancaires... Ce sont ces conditions que le maire de Chinon, Jean luc Dupont, présentera vendredi en primeur à son Conseil Municipal. Selon nos informations, le taux sera fixe et devrait être inférieur à 3.5% (il était à 3.96% initialement mais variable). Deux prêts sont concernés, le premier devrait conserver sa durée de remboursement et le second devrait voir son nombre d'annuités augmenter. Reste à connaître le montant de l'indemnité de sortie pour le rachat de prêt et le montant de la participation de l'Etat, via son fond de soutien. Chinon y est éligible à 68.5%. Les élus seront à leurs calculettes pour connaître le montant des annuités et le coût de ce financement in fine.
Pour faire pression sur l'Etat et obtenir plus, le chiffon rouge de la mise sous tutelle sera, aussi, peut-être agité.


Article du 08 décembre 2015 I Catégorie : Vie de la cité

 


2 commentaires :


Commentaire de robin des bois 09/12/2015 22:27:06

conseil N° 1 ne jamais faire confiance en un banquier encore plus si c'est ton ami conseil n°2 toujours choisir un prêt à taux fixe, éviter les prêts à taux variables, capés,structurés , indexés, véritables usines à gaz inventés par les américains un jour viendra je l'espère , où ces banquiers seront peut-être emprisonnés, on peut rêver ,çà au moins cela ne nous coûte rien!



Commentaire de Humour 10/12/2015 14:41:00

Soyez rassuré, mon banquier n'est pas mon ami mais ma confiance est très limitée aussi.



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI