Bayard Saumur. Mieux que des apprentis en DRH.

Jimmy Guichard l'entraîneur peut être satisfait du comportement de son groupe pour une première participation au championnat de ligue de DRH. Pourtant le palier entre la promotion d'honneur et l'étage supérieur pouvait s'avérer ardu.

Jimmy Guichard ne doute pas du maintien.


Ce n’était pas l’aventure qui attendait les Bayardais à l’orée de la saison 2015-2016, mais plutôt un monde inconnu et plus costaud que celui que beaucoup de joueurs avaient connu jusqu’à ce jour, hormis quelques-uns qui avaient eu l’occasion de fouler dans le passé les pelouses de la division d’honneur ou du championnat de CFA 2.

Un premier bilan à la trêve des confiseurs.

Après neuf journées de championnat, les chiffres parlent net d’un très bon bilan. Quatrième avec vingt-deux points, 3 victoires, 4 nuls et 2 défaites. 17 buts marqués, 14 concédés. Pour un promu, les comptes sont bons et certains aimeraient bien se targuer de tels résultats. Jimmy Guichard le coach florentais, en homme sage et averti ne veut surtout pas s’enflammer. « Il serait mal venu pour moi de dire que tout va bien et que tout va continuer sur le même chemin. Nous avons laissé beaucoup de jus face à Luçon en Coupe de France. C’était une expérience incroyable pour nous tous et il fallait jouer le coup à fond pour ne pas avoir de regrets. Pour en revenir à notre championnat, je dirai que nous sommes dans un groupe ou tout le monde peut battre tout le monde. Je peux juste affirmer que nous avons réalisé un très bon début de championnat. »

Rester réalistes et humbles.

La lourde défaite concédée en Coupe de France n’a que peu influé sur le moral de ses joueurs. « Mes gars ont très bien réagi mais certains ont tiré beaucoup sur le physique. Il fallait aussi compenser les absences. De plus, je crois que depuis pas mal de temps l’équipe n’a pas été souvent dans le dur. Ils ont peut-être perdu un peu l’habitude de se faire mal pour aller chercher les résultats positifs, sans doute l’habitude qu’ils avaient pris de ne pas perdre. Les erreurs faites par le passé ne se payaient pas forcément cash comme aujourd’hui. Maintenant les équipes que nous croisons alignent de la qualité de jeu. Les gars commencent à assimiler qu’ils ne sont plus en promotion d’honneur et qu’il a du boulot pour aller chercher le maintien en DRH. Les bons résultats ne tombent pas du ciel. »

La trêve pour récupérer.

« Il y a deux mois que nous n’avons pas gagné et nous avions perdu cette habitude. Ce sont des gars qui avancent, qui en veulent mais qui manquent peut-être un peu de sérénité. Pour preuve, il nous est arrivé souvent de mener au score et à chaque fois, nous nous sommes faits rejoindre au score et c’est là que le bât blesse. L’équipe est consciente de l’enjeu final mais, les points, il va falloir aller les chercher aussi bien chez nous qu’à l’extérieur pour assurer le maintien et le plus tôt possible sera le mieux. Je leur fais confiance, tout le monde travaille dur à l’entraînement et est parfaitement conscient que rien ne nous arrivera tout cuit. La trêve va nous permettre de souffler et recharger les accus. »


Une remise en question permanente.

« Il ne faut pas oublier que nous sommes des promus, c’est pourquoi je leur reconnais le droit de douter lorsqu’ils ont fait un bon match et qu’ils quittent le terrain ayant dû partager les points avec l’adversaire. Comme à tout le monde, il leur arrive d’avoir des coups de moins bien qu’ils compensent par une grosse volonté. Comme beaucoup, ils n’aiment pas perdre et lorsque cela leur arrive de deux choses l’une, ou ils sont tombés sur plus fort et là rien à dire ou ils ne s’en prennent qu’à eux-mêmes

Leur entraîneur les avait prévenus en début de parcours, la DRH c’est une autre paire de manches. Le niveau est très exigeant et bien des fois, ils tombent sur de vieux briscards en fin de carrière qui se font un malin plaisir à les ramener sur terre le tout très sportivement bien sûr.


Article du 04 janvier 2016 I Catégorie : Sport

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI