Nouveau centre de tri géant Biopole Angers : Quel bilan carbone ? Quelle incidence sur les emplois ?

En juillet dernier, Angers Loire Métropole (ALM) entérinait la fermeture du « Biopôle », 4 ans après son ouverture, suite à de nombreux dysfonctionnements. Quelques mois plus tard, ce site de valorisation des déchets, situé à Saint-Barthélemy-d'Anjou, revient au premier plan. Il pourrait accueillir le nouveau centre de tri géant envisagé par ALM, qui regrouperait les déchets Angevins, Segréens et Saumurois... Mais pour quel bilan carbone ? Et quelle incidence sur les emplois ? Réponse du Syndicat Intercommunal de Valorisation et de Recyclage Thermique des Déchets de l’Est Anjou (SIVERT basé dans la Noyantais à Lasse), dont ALM a confié l'étude pour mener à bien ce projet d'environ 16 millions d'euros.

L'usine du Biopole (© Crédit Sodemel / Guerin Balloide).


Le Saumurois doit-il adhérer au projet angevin de création d'un centre de tri géant en lieu et place du Biopole ? Si ce projet se concrétise, quel sera le bilan carbone ? Et quelle sera l'incidence sur les emplois en Saumurois ? Des questions soulevées par Richard Chevalier, qui gère l'entreprise Performance Environnement à Saumur... En décembre dernier (relire notre article), ce dernier expliquait que « 9 emplois seraient directement impactés » dans son entreprise si ce projet se réalisait. Et d'apporter une précision : « Je crois qu'un point important a été oublié dans l'étude de ce projet : celui du bilan carbone pour transporter les déchets Saumurois à Angers ».

« Le bilan carbone [... ] serait donc nul ».

Effectivement, si on estime que le Saumurois correspond à 25% des 32 300 tonnes de déchets escomptés dans la nouvelle usine et qu'un camion peut transporter de 1.5 à 5 tonnes, cela fait fait quelques allers et retours et quelques milliers de kilomètres parcourus... Le SIVERT, de l'Est-Anjou qui s'est vu confier ce projet de 16 millions d'euros par les élus d'Angers Loire Métropole, nous éclaire à ce sujet par la voix de son président, Patrice de Foucaud : « Le bilan carbone doit être analysé au vue de la situation actuelle. Par exemple, en ce qui concerne les déchets (emballages/papier) de Saumur Agglo, ils sont gérés actuellement sur le site PAPREC de Seiches-sur-Loir. Le bilan carbone, au regard de la situation actuelle, serait donc nul dans ce cas particulier. Quoiqu’il en soit la question ne se pose pas à ce jour puisque le lieu d’implantation ne sera défini qu’à l’automne 2016, après un appel à consultation des collectivités concernées. Le choix sera fait selon des critères objectifs (barycentre, faisabilité technique, impact financier…) ».

La moitié des effectifs menacée par le projet.

Le 19 décembre dernier, notre éditorialiste Michel Choupauvert s'insurgeait contre ce projet qui provoquerait indéniablement, selon lui, de la casse sociale. Dans son article (relire), il précise que « ce beau projet hyper high-tech va laisser 30 personnes sur le carreau qui ne sont pas prêtes de retrouver du boulot... ». Des inquiétudes partagées par Sophie Saramito, la première vice-présidente de Saumur Agglo : « Cela pose la question du coût social, notamment pour les emplois en insertion à Saumur ». Pour rappel, environ 70 personnes sont employées pour effectuer le tri sélectif, aux alentours d'Angers : une grande partie sur le site de Paprec Recyclage, à Seiches-sur-le-Loir, et une petite partie à Saumur, avec Performance Environnement. Sauf que la moitié de ces emplois est menacée et pourrait être supprimée. En effet, selon le Cabinet Trident Service de Dinard (Ille-et-Vilaine), qui a été réquisitionné par le SIVERT de l’Est Anjou pour réaliser l'étude de ce projet de centre de tri, seulement 35 ETP (Équivalents Temps Plein) seraient conservés.

« Une opportunité [... ] de conserver 35 ETP ».

Patrice de Foucaud, Président du SIVERT sur la question des emplois : « Les consignes de tri sont en pleine évolution. Elles impactent très significativement la filière et imposent de nouveaux investissements importants. Les éco-organismes, comme l’ADEME et le Ministère de l’Intérieur, favorisent le regroupement afin de maîtriser les coûts. De fait, un certain nombre de centres existants sont obsolètes et certains grands groupes prévoient la création de centres de tri plus importants (Tours, Le Mans, Rennes, Laval, etc...). Cette étude est donc une opportunité pour notre territoire et les collectivités concernées de conserver 35 ETP dans des conditions respectueuses des agents. En effet, l’étude affirmait dans ses objectifs la prise en compte de l’emploi et la garantie aux agents de centres de tri de conditions de travail meilleures (ndlr : dossier de presse ci-dessous, à la page 6 : norme « AFNOR X35-702 » de juin 2015). Le projet prévoit la possibilité de travailler avec les associations d’insertion et CAT bien évidemment ».

Découvrez l'ensemble de l'étude réalisée par le SIVERT concernant ce projet, en cliquant sur ce lien.


> Lire la suite de l'article en cliquant sur le PDF joint.

Article du 26 janvier 2016 I Catégorie : Vie de la cité

 


2 commentaires :


Commentaire de Francis Prior 26/01/2016 18:41:40

Comme quoi de regroupements en regroupements on arrivera à nous faire croire qu'il faut un centre de tri par région et que ce sera bon pour l'environnement et pour l'emploi. On a fait le même calcul pour les abattoirs il y a une paire de décennies. Maintenant on supprime les abattoirs survivants au nom d'économies d'échelles qui sont bien souvent des coûts transférés vers d'autres acteurs. On fait pareil aussi avec les hôpitaux en définissant des normes que seuls les "gros" machins peuvent atteindre. Et tant pis pour la proximité, pour la vie concrète des gens.



Commentaire de gardin 26/01/2016 21:56:52

le centre de trie de saumur préserve l'emploi local y compris rural, il serait dommage qu'il ne puisse pas continuer , le projet du sivert est énorme et ne prends effectivement pas en compte l'impact carbone la réponse du président est quant a elle un peut partisane chercheur d'or



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur d'une cerise bleue ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI