Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte


Budget 2016 du département : en diminution de 2,6% et hausse des impôts de 5 à 6%

Le Budget Primitif du Conseil Départemental de Maine et Loire sera examiné en session lundi 22 et mardi 23 prochain. En conférence de presse de présentation ce jour, le Président Gillet en a exposé les grandes lignes. Le projet s’élève à 692,64 millions d’euros : 595 M€ en fonctionnement et 66,14 M€ en investissement (hors remboursement du capital de la dette). "Pour la première fois, le BP enregistre une diminution : - 2,6 %, soit -14,6 M€ par rapport à 2015." Et après exposé, il a l'a avoué : "Une augmentation des impôts sur le foncier bâti de 5 à 6% est inéluctable" soit environ 15€ par ménage !


Comment boucler le budget 2016 ? C’est la question que se posent la plupart des départements. Le contexte national est extrêmement pénalisant. Chacun sait qu’il faut redresser les finances publiques. « Mais, dans une logique qui lui est propre, l’Etat choisi de faire porter 22 % de l’effort national sur les collectivités qui ne sont pourtant responsables que de 9 % de la dette de la France », a rappelé Christian Gillet.

Des recettes en baisse et des dépenses en hausse : « l’asphyxie des départements »

« Avec, d’un côté, la baisse brutale des dotations de l’Etat aux collectivités et, de l’autre, l’alourdissement des charges obligatoires de solidarité, au premier rang desquelles en 2015 le RSA, passé pour rappel en Maine et Loire de 80 à 89 millions d'euros, les départements ne disposent d’aucune marge de manoeuvre pour établir un budget équilibré. Le financement du RSA est ainsi fragilisé, la capacité d’investissement est altérée, au risque de briser la dynamique de développement. »
Chiffres clés 2016 :
Baisse des dotations : - 11,88 M€
Dépenses de solidarités : 176 M€ dont 77 M€ de reste à charge
Baisse de la CVAE (Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises) : - 3M€
= 106 M€ de ressources mobilisables en moins pour les actions conduites par le Département, "soit la construction de 10 collèges, de 100 km de routes, de 850 km de fibre optique…"

La stratégie du département

Christian Gillet a rappelé que « face à cette situation, le département adopte « une stratégie conforme à ses orientations budgétaires et au projet de mandature Anjou 2021-Réinventons l’avenir », à savoir :
Recentrage sur ses compétences avec :
- Diminution des dépenses de fonctionnement : - 6 M€ (hors AIS). "Les efforts seront demandés dans tous les domaines comme notamment les subventions aux associations, aux sports, à la culture", a précisé le Président. Même le SCO d'Angers malgré ses bon résultats ou encore le Festival d'Anjou et l'Université catholique de l'Ouest...
- Restauration de l’épargne brute : 38,42 M€ (soit une épargne nette de 6,92 M€ vs. 0 € en 2015)
- Maîtrise de l’endettement : grâce à une limitation du montant des nouveaux emprunts à 31,5 M€ au montant de l’annuité de la dette en capital à rembourser (capacité de désendettement ramenée ainsi de 13,3 à 11,8 années)
Relance des investissements : 66,14 M€
- Routes : 23 M€ (+ 4,7 M€),
- Collèges : 11 M€ (+ 1,5 M€),
- Enfance (VSE) : 1,8 M€ (+ 1,8 M€),
- Très Haut débit : 1,5 M€ (+ 1,5 M€)…

Des économies de gestion internes importantes sont ainsi réalisées :
- Maîtrise des dépenses de personnel : limitées à + 0,37 % (GVT inclus)
- Gestion dynamique du patrimoine immobilier : + 4,2 M€
- Lutte contre la fraude et récupération des indus RSA : + 0,3 M€

Une hausse des impôts incontournable

Et même avec des économies drastiques et des recentrages qui devraient être reconduits en 2017, une augmentation de la pression fiscale est incontournable : "On n'a pas le choix," se résigne Christian Gillet qui s'attend bien à l'impopularité de cette décision. Mais il assume en expliquant : "Si l'on n'en passe pas par là, nous devrons continuer à nous endetter. Nous avons fait le choix de ne pas augmenter encore la dette (ndlr 453 millions d'€). Mais nous devons reprendre les investissements car nous avons des besoins impératifs dans les collèges et sur les routes. Et donc nous n'avons pas d'autres solutions que d'augmenter la pression fiscale." Cela signifie donc une hausse de 5 à 6% sur la part départementale de la taxe dur sur le foncier bâti, soit environ 15 € par ménage, permettant pour cette année 2016 au département de dégager 8 millions d'€ de recettes supplémentaires.

Pas de baisse de subvention à Terra Botanica

Et à la question posée de savoir pourquoi ne pas supprimer la subvention de 800 000 € au parc du végétal Terra Botanica, comme le préconise la gauche départementale, le Président de répondre sans ambages : "Ce ne serait pas réaliste. C'est de la politique politicienne. La Chambre Régionale et la Cour des Comptes ont clairement annoncé que nous étions sur la bonne voie. S'y j'écoute Grégory Blanc (ndlr chef de la file de la gauche du Conseil Départemental), on arrête tout." Il rajoute que tout arrêter, "signifie la suppression d'une soixantaine d'emplois l'hiver et 120 l'été !" Et de conclure sur ce point : "Cette fixation sur Terra Botanica est irresponsable et ridicule."

Si la minorité départementale de gauche n'est pas farouchement opposée au principe de la hausse de la fiscalité, gageons quand même que cette session des 22 et 23 février s'annonce pour le moins animée...


Article du 20 février 2016 I Catégorie : Politique

 


17 commentaires :


Commentaire de grizli 19/02/2016 18:47:04

106 m€ mobilisable en moins pour 2016. Soit la construction de 10 collèges, de 100 km de routes, de 850 km de fibre optique. Pourquoi ne pas les avoir financés avant ! ! ! ! ! On fait dire tout et n'importe aux chriffres et surtout pas de pourcentage SVP Merci messieurs dames, on pourrait les additionner.



Commentaire de Zarak Apatrides 19/02/2016 20:12:16

Moi, je me demande si les Conseillers Départementaux ont pensé à tout d'abord réduire leur salaire mirobolant... Je suis sûr que non... 😒



Commentaire de Lolo de Pocé 20/02/2016 19:24:51

D'accord avec Zarak Apatrides, je comprends les baisses de dotations déterminées par l'Etat qui se désengage complètement mais avant de faire le choix de baisser les investissements ou d'augmenter les impôts il me semblerai plus logique de diminuer les dépenses courantes du conseil départemental (voitures, petits fours, restaurants....) Comme n'importe quel français moyen, lorsque mes revenus diminuent je baisse mes charges et mon train de vie, à croire que nos politiques ont complètement oublié ce principe de base.



Commentaire de Constat 21/02/2016 11:13:08

Constat Les cars de ramassages scolaires financés par le département en juin circulent à vide ou avec seulement 1 ou 2 personnes est ce normal? Ramené au département quel en est le coût ?Que font les élus face à cet état de fait ?. Rien . en attendant comme pour le reste on paye.Constat



Commentaire de François-Marie Arouet 21/02/2016 11:19:43

Bien vu, Zarak Apatrides, mais l'abolition des privilèges c'était le 4 août 1789, sous le règne de Louis XVI. Depuis, on les a reconstitués pour les nouveaux privilégiés dont les élus font partie. Enfin, tout n'est pas perdu. On nous annonce le dépôt le 23 mars d'un grand projet de loi anticorruption (corruption, conflits d'intérêts, favoritisme, coulages financiers, abus etc...) qui devrait décoiffer s'il donne tous les pouvoirs (et les moyens, surtout !) à la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour agir vite et bien comme aux Etats-Unis. Mais cette loi, j'en prends le pari, sera édulcorée par les députés puis par les sénateurs. Qu'en restera-t-il après commissions, navettes, re-navettes et enculage de mouches ? Rien ou pas grand chose comme d'habitude. Aux Etats-Unis, un sénateur a pris 13 ans pour corruption et s'est retrouvé en tôle. Evidemment, cela change des palais de la République...En attendant, le Tiers Etat, c'est-à-dire les cochons de payeurs que nous sommes, continuera à être débité en rondelles...



Commentaire de alinea 21/02/2016 11:35:35

Hollande m'a tuer!



Commentaire de Au bout d'un moment, la vache à lait va manifester avec son éleveur! 21/02/2016 13:56:52

Je suis « vent debout » contre la simple idée d’augmenter les impôts. Tous les arguments, aussi développés soient-ils, sont des pis-aller. Moi, mon salaire ne bouge pas mais, mes parents m’ont enseigné une chose simple, basique, frappée au coin du bon sens : « Il faut que tu saches gérer en bon père de famille » Ca veut tout dire et je ne développerais pas plus. Un exemple, je parcours 50 000 kms par ans dans l’ouest de la France. Je suis stupéfait du nombre de camions immatriculés à l’étranger qui sillonnent nos routes. Payent-ils leurs entretiens ? Que néni. Ils piquent nos emplois et de surcroît, ils squattent. Il nous est répondu, Pb de compétence : L’Europe ….. Vaste sujet, que cette Europe ! Nous avons dit, lors d’un référendum, que nous n’en voulions pas. Pas de l’Europe, mais de cette Europe là. Ils ont fait fi, déni de démocratie, Ils sont passés par la voir parlementaire. Et bien qu’ils assument ….



Commentaire de un saumurois 21/02/2016 14:37:00

quand on sait que c'est pour payer le surplus du RSA et qu'il n'y en aura pas assez, ça me fout les boules!!! et les migrants accueillis, vous ne croyez pas que notre argent va pour eux aussi!! et puis, faites le calcul, mais vous serez à plus de 15€ par mois, plutôt entre 40 et 50€ pour une maison individuelle simple, car la base du calcul à déja été augmentée de 1% déjà, alors enfumage, mais quoi faire seul!!! beaucoup vont avoir des surprises!!!! à bon entendeur, 2017 arrive................



Commentaire de Michel 21/02/2016 14:50:41

@Monsieur Voltaire ! "Tout est bon dans le cochon !" Et à l'heure où nos paysans pleurent misère et fourbissent les outils de leur révolte contre les prix trop bas qu'une concurrence allemande et espagnole leur aura imposés par défaut d'une PAC disparue et absence de réformes structurelles, nous en sommes (presque tous !) à devoir accepter de payer plus pour l'équilibre de nos finances départementales. La démocratie a un prix : l'oublier, c'est nous condamner à des lendemains tragiques. Aussi, plus qu'un cri de révolte poujadiste, Monsieur Voltaire, c'est à nous retrousser les manches pour les cause justes que vous devez appeler tous vos concitoyens. Et Dieu sait combien vous avez excellé dans cette mission par le passé ! Je ne doute pas de vous y voir réussir encore !



Commentaire de François-Marie Arouet 21/02/2016 19:57:56

Mon cher Michel, il ne s'agit pas de faire du poujadisme ou du populisme mais de refonder la République qui n'est plus aujourd'hui en France celle de mon ami Rousseau. Bien sûr que chaque citoyen doit débourser pour faire fonctionner l'Etat. Lorsque nous avons demandé l'égalité devant l'impôt en juillet 89, il était clairement entendu que tous les citoyens devaient le payer. Mais le système est tel que les élus, dès qu'ils son élus, n'en font qu'à leur tête et que, du coup, nous payons pour des projets ou des investissements que nous n'avons pas nécessairement voulus ni même souhaités. C'est pour cette raison, pour réconcilier le peuple avec la République, qu'il faut mettre un terme au système représentatif qui nous vient de la Restauration et qui a été adopté tel quel par la IIIe République et les Républiques qui ont suivi. Il faut donner plus souvent la parole au peuple puisque c'est lui qui paie, alors même qu'il est privé des avantages que d'autres s'accordent. La République a été dévoyée et la Révolution détournée. N'est-ce pas Gavroche qui chantait : "C'était pas la peine, non c'était pas la peine vraiment de changer de gouvernement" ?



Commentaire de Avoir de la mémoire 21/02/2016 22:30:15

Il ne faut pas oublier le véritable coupable. M Béchu et remonter le mécontentement à ceux qui l'ont porté au poste de sénateur, nos élus. Une retraite anticipée (qui sera dorée) s'impose pour ce Monsieur qui ne sait pas gérer un département. Son ego en prendra un coup et rien que cela sera une satisfaction.



Commentaire de Devoir de savoir 22/02/2016 12:02:29

Avant d'accuser...la gestion départementale, comme le désengagement national, il est bon e rappeler que beaucoup se satisfont de leurs alloc, RSA, tarifs "sociaux" et autres accès gratuits calculés sur les revenus et plus particulièrement sur le coefficient familial!!! Résultat, ceux qui bossent et gagnaient correctement leur vie...se retrouvent écrasés d'impôts et taxes! Simple .



Commentaire de L'Arbre en Boule 24/02/2016 11:32:17

Bonjour, Je ne suis pas étonné. In fine tout est une question d'assiette fiscale, de ménage en capacité de payer l'impôt. La réponse est comprise dans l'exposé. Par simple raisonnement : si le nombre d'ayants droits du RSA augmentent se sont autant de ménage qui sortent de l'assiette fiscale et deviennent de fait exonérés de l'impôt foncier et de la taxe d'habitation. C'est l'effet ciseaux. C'est donc la double peine pour les budgets de nos collectivités territoriales et de fait pour les ménages qui peuvent payer. Lorsqu'il n'y aura plus qu'un seul ménage à pouvoir payer l'impôt celui-ci devra être sacrément riche. Seul un impôt plancher pourrait rendre l'effort plus équitable.



Commentaire de CONtribuable1 24/02/2016 14:38:42

Du social , encore du social .....y'en a ras la casquette du social, a qui profite toutes ces alloc? Certainement pas a ceux qui en ont le plus besoin . Je m'aperçois depuis de nombreuses années une gestion PLUS que douteuse surtout sur les dépenses de l'aide a l'enfance !!! quand il est dit que l'aide a l'enfance est de1'8M€ ,la il serait souhaitable de voir les détails.....en effet Mr Gillet dit qu'un enfant coûte 57000€ par an peut-être ....mais combien nous coûtent leurs parents qui touchent les alloc sans les avoir a charge ? Le double racket est pour les contribuables honnêtes pour qui le pouvoir d'achat va encore être amputé pour faire plaisir aux ( cassoce )qui eux en demanderont encore et encore ................elle est pas belle la vie aux crochets des autres ?



Commentaire de De Mr Chêne à Mme DAMAS et Mr HAMON 25/02/2016 10:01:09

A Mme DAMAS et Mr HAMON : vous qui nous représentez sur Saumur qu'avez vous votez sur cette décision d'augmentation d'impôts, avez vous contribuez à la spoliation des petits propriétaires ou avez vous défendus les intérêts de vos électeurs ?



Commentaire de alinea 27/03/2016 23:03:56

Décidément, la politique de gauche ne change pas: Toujours plus d'impôt, toujours plus de chômage...



Commentaire de @alinea 28/03/2016 18:23:32

Vous en avez pas marre de pleurer sur une "politique de gauche" qui n'en est pas une. Depuis quand le PS est à gauche ? A moins que le PS soit pour une justice sociale ce qui chaque jour nous prouve le contraire.


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur d'une cerise bleue ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI