Projet de loi sur le travail : Ce qu'en pensent les députés Saumurois de l'opposition

Définition du licenciement économique, durée du travail, modulation des horaires... L'avant projet de loi sur la refonte du code du travail divise profondément la gauche alors qu'il n'est pas encore présenté. Nous avons demandé aux deux députés du Saumurois Michel Piron (UDI) et Jean-Charles Taugourdeau (Les Républicains) ce qu'ils en pensaient. Les anciens chefs d'entreprises abordent ce texte avec une bienveillance souriante.

Jean-Charles Taugourdeau (gauche) et Michel Piron (droite).


Paradoxalement, le projet de loi dit El Khomri, du nom de la nouvelle Ministre du travail, qui vise à réformer le droit du travail, « à instituer de nouvelles libertés et de nouvelles protections pour les entreprises et les actifs » (1), clive à gauche et trouve de bons échos à droite. Et chose exceptionnelle, ce projet, émanation d'un gouvernement de gauche, a permis mardi soir un consensus rare parmi les syndicats. Neuf d'entre eux signent un communiqué commun dans lequel ils dénoncent un projet de loi élaboré sans réelle concertation et demandent d'en retirer certains points clés qui, selon eux, comportent des risques pour les salariés. Les syndicats sont contre, la gauche est divisée. Qu'en pensent nos deux députés UDI et Les Républicains ?

Michel Piron : « Des bonnes dispositions »

Michel Piron, député UDI de la 4ème circonscription de Maine-et-Loire (Sud-Saumurois), s'il trouve qu'il a nombre de bonnes choses dans ce projet de loi, il comprend les réticences des syndicats et surtout déplore une fois encore la forme : « En premier lieu, me demander mon avis sur ce texte, je dirais, quel texte va-t-on nous présenter ? Celui de l'Élysée (ndlr : présidence de la République) ou celui de Matignon (ndlr : Gouvernement) ? Côté Matignon, Valls nous dit « on ira au bout ». Côté Élysée, on nous dit « on va discuter ». Combien a-t-on de gouvernements ? Y-a-t-il encore un vrai cap ? Qui arbitre : l'Élysée ou Matignon ? ».

Et l'ancien chef d'entreprise de revenir sur le fond du texte : « Cela étant dit, il est tout à fait exact qu'il y a besoin de sécuriser des 2 côtés. Mais quand trop de sécurisation est demandée du côté des salariés, il n'y a plus d'embauche. Et en sur-protégeant les gens qui sont à l'intérieur de l'entreprise, on ferme inévitablement la porte à ceux qui sont en-dehors et donc aux jeunes. Il ne faut pas oublier qu'aujourd'hui pour les petites entreprises, passer de 3 à 4 salariés, signifie un besoin de 25% de chiffre d'affaires en plus ».

Ainsi pour Michel Piron, « globalement la loi va dans le bon sens et permet de rattraper le retard que nous avons par rapport aux autres pays européens qui nous entourent et qui ont déjà passer les caps, notamment en matière de plafonnement des indemnités de licenciement avec une minimisation de la prise de risque qui était jusqu'alors insensée. Cela étant, je comprends que les syndicats soient vent debout, particulièrement au regard de l'article 31, concernant la mutation technologique. Que des pertes ou baisses de chiffre d'affaires soient des causes possibles de licenciement économique et que la procédure soit allégée, c'est logique. Ce qui ne l'est pas, c'est que puissent être mis en avant les mutations technologiques, et là c'est une plaisanterie. Il est clair que c'est soit une mauvaise connaissance du monde de l'entreprise, soit de la provocation. Bref, on sent une fois encore une énorme improvisation de la part du gouvernement, alors que c'est un sujet essentiel et qu'on est quand même très en retard par rapport à nos voisins européens ».

En conclusion, de le dire : « Il y a de vraies propositions intéressantes dans ce texte, mais la méthode est désordonnée, c'est désolant. Ma crainte aujourd'hui, c'est donc que ce texte n'ayant nullement été concerté ni préparé avec les parlementaires, arrive totalement vidé par foultitude d'amendements ! Et qui plus est, l'emballement médiatique ne favorise une fois encore pas non plus ce sujet pourtant majeur. Je souhaite que tous prennent la peine de lire le texte ».

Jean-Charles Taugourdeau : « Ne pas trop torpiller le texte »

Jean-Charles Taugourdeau, député Les Républicains de la 3ème circonscription de Maine-et-Loire (Nord-Saumurois), s'il trouve que le projet « ne casse pas trois pattes à un canard », avoue qu'il le votera, mais sous conditions : « Vu comme c'est parti, je vais voter cette loi. Cela prépare les esprits à aller dans le bon sens, même si le projet n'est pas transcendant et pourrait aller plus loin. Cela a le mérite de nous positionner à l'entrée du tunnel. Cela étant dit, il va falloir être vigilant quant aux amendements ou transformations qui pourraient encore y être apportés. Il faut se méfier et avoir l'œil ouvert sur les 120 pages, car on le sait bien, une virgule qui change de place et c'est tout l'effet inverse. Et ça, c'est redoutable. Il faut donc se méfier des affichages. Et si la gauche n'est pas contente, tant pis. A nous d'avoir le courage, le moment venu, d'aller plus loin et au final de travailler comme cela se passe par exemple en Suisse, au niveau des accords d'entreprises ».

Et l'ancien chef d'entreprise de rappeler : « Ma philosophie est et a toujours été : libérer l'entrepreneur et remettre la possibilité en France de créer du travail et de la richesse. C'est une règle mondiale. Et la meilleure protection pour un salarié, c'est de retrouver du travail dès lors qu'il l'a perdu. Plus il y aura de travail, plus les salariés seront sécurisés ».

Et de conclure : « Donc je vais voter ce texte et je regarderai le match gauche-gauche. Et il est temps de dire aux syndicats « ça suffit ». Je suis donc d'accord mais il ne faut juste pas qu'ils nous torpillent trop le texte ».

(1) Lire l'article du Monde du 18/02/2016 signé Bertrand Bissuel, résumant le texte de loi, en cliquant ici.


Article du 25 février 2016 I Catégorie : Politique

 


8 commentaires :


Commentaire de Mimi 25/02/2016 18:03:06

Des députés de droite qui vont voter un texte (et quel texte !) pondu par un gouvernement de gauche...alors que beaucoup de députés de gauche ne veulent pas voter le texte actuel ???? C'est le monde à l'envers ! J'avoue qu'en tant que vieux militant de gauche, je suis paumé. S'acheminerait-on vers une entente néo-libérale qu'on pourrait appeler TPSLF (Tout Pour Sauver La France) ...en faisant n'importe quoi !



Commentaire de Un carton 25/02/2016 19:31:20

Vous devriez faire un carton avec cet article vu la pétition contre cette loi qui a déjà reçu 500 000 signatures et un groupe de jeunes intitulé " on vaut mieux que ça" sur Face... qui se mobilisent. Cela va chauffé! Car il y a quand même dans cette loi des choses inacceptables.



Commentaire de grève générale 26/02/2016 08:05:46

Et sans les syndicats qui de toute façon ne servent à rien suivez le lien https://www.facebook.com/events/784059061724100/



Commentaire de Eric MIGNOT 26/02/2016 09:46:56

Si l'on peut se réjouir d'un certain consensus qui sorte du traditionnel clivage Gauche/Droite, et que ce gouvernement soit le gouvernement de tous ; il faut comprendre que ce texte est symptomatique d'une pure production technocratique sans "idéologie" et qui engendre un nivellement par le bas (ce que confirme messieurs Togourdeau et Piron) : rechercher le plus petit dénominateur commun pour fédérer n'est pas une preuve de courage politique (c'est sans doute plus une tactique électorale) et il n'est pas surprenant que l'on (Gauche ou Droite) n'arrive pas à régler le problème du chômage qui es



Commentaire de claude 26/02/2016 10:16:26

Pauvre France, 50% droite 50% gauche. La France n'avanceras jamais, chaque fois qu'une majorité fait une annonce c'est le branle bas contre. Les syndicats sont nul ils sont contre tout, surtout la CGT les fossoyeurs d'entreprise. Ils faut savoir faire des concessions pour sauver les entreprises (en France on peut pas licencier quand il y a pas de travail, faut être en cessation de paiement et encore) ils préfèrent vendre aux étranger pour sauver la boite quelques années qui partiras ensuite avec notre savoir faire. Je sais de quoi je parle j'ai été syndicaliste et démissionné quand j'ai co



Commentaire de a.girardeau 26/02/2016 11:33:41

la cfdt va signer comme dab car elle leche toujours



Commentaire de Tonton P'niouf 26/02/2016 13:45:55

Messieurs les Députés, présentés comme Chefs d'Entreprises du passé, je comprends votre souci de voir la France s'améliorer. Toutefois vos promesses de voter sont assez peu crédibles. Lorsqu'il s'agit de toucher à la Constitution, dans un domaine aussi sérieux que l'état d'urgence, le lundi 8 Février, vous brillez par votre absence, probablement pas solidarité avec les 3/4 d'autres députés, tous partis confondus qui ont merveilleusement ignoré pour quoi ils sont choisis et rémunérés. Sur le plan social, je comprends que les députés aient droit aux RTT mais il serait bien convenable de vous en



Commentaire de raminagrobis 26/02/2016 16:04:35

un député ça ne pense pas,ça dépense il suffit de voir dans quel état ces élus ont mis le pays pour n'apporter aucun interet à ce qu'ils pensent la confiance ça se mérite messieurs les députés



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI