Pénurie d'enseignants en Saumurois : L'Inspecteur de l'Éducation Nationale s'explique

Suite aux contestations de parents d'élèves des écoles de Distré et du Dolmen à Bagneux sur la pénurie d'enseignants (relire nos articles ici et ici) mais aussi de celle de Millocheau dans la quelle la FCPE juge que la situation est dommageable à la santé des enfants (relire notre article ici), l'Inspecteur de l'Éducation Nationale de la Circonscription Saumur 1, Noël Sabuco, prend la parole. Il explique la situation actuelle et les raisons qui ont conduit certaines classes d'écoles Saumuroises à se retrouver sans enseignante titulaire (Distré, Vivy, Saumur). Selon lui, « un pic de grossesses » explique en partie cette situation. Interview...

Noël Sabuco, Inspecteur de l’Éducation Nationale à Saumur


Le Kiosque : Comment expliquer la situation ?

Noël Sabuco : « Je ne vais pas mentir sur la situation : il y a des difficultés à remplacer les enseignants sur le département et, forcément, Saumur est impacté. Vous allez me dire : « vous auriez-pu prévoir ». Mais il se trouve que nous avons un pic de congés maternité. Certes, ces congés sont prévisibles dans la mesure où les enseignantes sont tenues de nous informer à partir du 3ème mois de grossesse, et ce jusqu'au 5ème mois. Entre 3 et 5 mois, cela nous permet normalement de nous retourner puisque, a priori, nous ne remplaçons pas d'emblée. Une personne n'est pas malade lorsqu'elle est enceinte. À Saumur, 82% de l'effectif total sont des femmes, dont beaucoup de jeunes enseignantes... ».

« 14 ou 15 congés maternité en même temps »

Noël Sabuco : « Bien souvent, ces jeunes enseignantes n'ont pas choisi leur poste et viennent d'Angers, Cholet ou encore de l'extrémité du département. Vous comprenez qu'une femme qui est en enceinte de 3, 4 ou 5 mois et qui doit effectuer 100 km ou plus par jour, puisse s'arrêter avant. Voici le contexte : on se retrouve donc avec 14 ou 15 congés maternité en même temps, dont certains sont anticipés en termes de remplacement. C'est là que le bât blesse, en ce qui nous concerne, puisque nous n'avions pas anticipé ce facteur. C'est la première fois que cela nous arrive. Le taux de fécondité en France est d'ailleurs passé à 2,02 enfants par femme. Les services de la direction académique vont faire une analyse statistique sur le département pour savoir s'il y a une recrudescence. Les autres départements vont également réaliser cette étude puisqu'il n'y a pas de raison que ce pic national n'impacte que Saumur ou le Maine-et-Loire ».

« En aucun cas, nous interdisons aux élèves de venir »

Noël Sabuco : « Nous avons aussi quelques enseignants que l'on a placé sur des remplacements, puisque nous avions anticipé, mais qui ont malheureusement des maladies. Sur certaines écoles, de fait, j'ai dû déplacer des enseignants qui étaient déjà remplaçants. Il faut savoir que tous les enseignants ne sont pas déplaçables. Dans un école, si j'ai 5 enseignants titulaires, je ne peux pas leur dire d'aller faire un remplacement à droite ou à gauche. En revanche, les personnes que j'ai déplacé sont des remplaçants qui étaient déjà sur un poste de remplacement. Je ne dis pas que c'est bien mais j'ai dû le faire par solidarité pour les autres écoles qui n'ont par exemple que 2 classes et qui ne peuvent pas se retrouver avec une enseignante en moins. C'est la raison pour laquelle il y a une sorte de « turn-over » au niveau des remplaçants. Pour autant, le service public est garanti puisque nous continuons d'accueillir les élèves. Si certains parents d'élèves prennent la décision de ne pas envoyer leurs enfants à l'école à cause de la situation, il en va de leur responsabilité... Mais en aucun cas, nous interdisons aux élèves de venir ».

« Il faut que nous tenions au moins jusqu'au vacances d'avril »

Noël Sabuco : « Après, rentre en compte l'organisation dans l'accueil de ces élèves. On ne peut pas se contenter d'accueillir uniquement... Nous devons accueillir pour qu'ils continuent leur apprentissage, même sans leur enseignante titulaire. Je joins d'ailleurs les écoles impactées les unes après les autres (Distré, Vivy, Le Dolmen à Bagneux et Les Récollets à Saumur) pour demander aux enseignants de réorganiser les répartitions afin que tous les élèves qui perdent leur maîtresse puissent continuer à travailler. Il faut que nous tenions au moins jusqu'au vacances d'avril, il en va de l'image du service public. Tout ne sera pas résolu après les vacances d'avril, mais je pense que la situation sera déjà beaucoup plus saine. Tout devrait progressivement revenir à la normale avant la fin de l'année scolaire 2015-2016. Les enseignantes titulaires vont revenir petit à petit de leurs congés de maternité, ce qui me permettra de déplacer les remplaçants ailleurs, en cas d'imprévus ».

« On ne peut pas recruter n'importe qui »

Noël Sabuco : « Parallèlement, le directeur académique réfléchit au recrutement de contractuels. Contrairement à ce qui a été avancé par certaines fédérations de parents d'élèves, on ne peut pas recruter n'importe qui. Il ne suffit pas de prendre un CV au hasard pour recruter ! Parfois, la situation peut être pire, en prenant plutôt le premier venu que quelqu'un de formé. Il faut certes avoir un enseignant devant les élèves, mais quelqu'un de fiable. Dans certains cas, il vaut mieux avoir un enseignant formé avec beaucoup d'élèves plutôt que quelqu'un qui ne tient pas la route, devant peu d'élèves. Le directeur académique prend son temps pour recruter, et il a raison. De mon côté, je lui fait des propositions pour essayer de placer les bonnes personnes aux bons endroits. Cela prendra un peu de temps et cela n'arrivera qu'après les vacances d'avril. Pour le moment, il s'agit d'assurer la continuité du service public, c'est-à-dire d'accueillir tous les élèves en leur garantissant un enseignement, même avec une enseignante en moins ».

« La situation n'est pas inhumaine à l'école Millocheau »

Noël Sabuco : « L'école Millocheau est un cas très particulier. L'école est toute petite avec 3 classes, qui englobent 9 niveaux. À la base, c'est une école qui pose problème puisque cela représente 3 niveaux par classe. Mais il s'agit d'une école dotée d'une relative attractivité avec une certaine mixité sociale, ce qu'il est difficile d'imaginer en la voyant de l'extérieur. Je connais bien cette école puisque je suis allé l'inspecter. J'ai vu des élèves qui travaillent dans d'excellentes conditions. Pourtant, je suis allé voir la classe la plus difficile, a priori, celle de cycle 3 (CE2-CM1-CM2). J'ai vu une enseignante radieuse, qui effectue un travail d'une qualité extraordinaire avec 30 élèves. Je ne dis pas que c'est facile mais je dis seulement que c'est faisable de pratiquer un bon enseignement à 30 élèves. Je persiste à dire que la situation n'est pas inhumaine à l'école Millocheau (ndlr : en réponse à la FCPE - Lire ici). En revanche, elle risque de l'être si on persiste à dire que la situation est trop difficile. L'idée est d'accueillir un maximum d'élèves cette année pour pouvoir ouvrir une nouvelle classe l'année prochaine. Les enseignantes ont agi de manière responsable en décidant de charger les classes jusqu'à 30 élèves pour être sur d'avoir une ouverture en 2016-2017. Il faut savoir attendre et passer par là... Une structure à 4 classes pour 9 niveaux a plus de sens en centre-ville... et pourquoi pas un jour une 5ème classe ! À l'image de ce qui se passe très bien à Bagneux avec le prochain regroupement des écoles Kergomard et du Dolmen ».


Article du 16 mars 2016 I Catégorie : Vie de la cité

 


22 commentaires :


Commentaire de Bacchante 16/03/2016 17:44:25

Quand est-il des classes plus "rurales" ? Le problème est identique depuis plus de 2 ans à l'école Jules Ferry d'Allonnes. Cela affecte très clairement la motivation des enfants. Même les élèves les plus assidus rechignent de + en + à aller à l'école.



Commentaire de parent d'éléve 16/03/2016 18:16:06

QUEL HONTE d'avoir de tel propos..... des réponses de politiciens tels que l'on entend tous les jours, avoir autant de chômeur et ne pas trouver de remplaçant ............. même souci au collége calyso de montreuil bellay ANTICIPATION , vous connaissez, je n'ai pas l'impression .......



Commentaire de quiquidit 16/03/2016 18:57:58

Il me semble que notre cher président avait ouvert des postes pour l'éducation nationale mais pas pour les écoles rurales que l'on ferment à tour de bras. Ou sont passés les profs que l'on a "retirés " des classes fermées!... Ceux sont toujours les mêmes qui trinquent!.....



Commentaire de Fleur 16/03/2016 21:11:00

L'enseignement? De toute façon c'est de plus en plus le Bordel partout! Privé ou public même combat. Je pense en fait que notre cher gouvernement veut rendre nos enfants stupide, autant par leur programmes, que d’absences de profs, le manque de manuels, etc.... Mais nous avons les formations en neurosciences! ça ça va nous sortir de l'enfer!



Commentaire de Lolo de Pocé 17/03/2016 08:27:20

Monsieur l'Inspecteur. Si je vous comprends bien rien n'est de votre faute mais des institutrices jeunes qui souhaitent avoir des enfants. mais comment osez vous tenir de tels propos pour justifier votre propre incompétence? Il me semble que c'est votre boulot d'anticiper, de planifier, de prévoir. Perso si je bossais comme vous il y a bien longtemps que mon boss m'aurai viré....ah mais non vous on peut pas vous virer.



Commentaire de Tonton P'niouf 17/03/2016 10:13:37

"Monsieur l'Inspecteur, je connais tout cela par coeur. On n'est pas des imbéciles au lycée Papa.... Effectivement, vous n'êtes probablement qu'un malheureux engrenage dans une bien triste administration que dont vous devez défendre l'image. Vous devez vraiment faire parcourir journellement jusqu'à 100 km aux Enseignants? Vous n'avez pas de solution externe? Vous avez sûrement réfléchi à ces points. Mais avec une ministre que vous n'avez pas choisie, bien sûr, et que je n'oserais qualifier ici, vous devez exécuter. Monsieur l'Inspecteur, je vous souhaite bien du bonheur! Parents d'élèves et Enseignants motivés, n'oubliez pas que le premier avril c'est bientôt. On vous annoncera un "poisson d'avril !" avec le sourire de la bonne blague, alors que le sujet est totalement banalisé et dramatique.



Commentaire de Mieux vaut se taire 17/03/2016 10:25:54

"Des excuses, toujours des excuses. Ce n'est pas notre faute mais celle des autres. je comprend la situation difficile mais il faut tenir encore un peu." Mieux vaut se taire que de dire ces âneries. Je ne pense pas que vous compreniez ce que subissent les enfants qui sont perturbés par tous ces changements dus à vos manquements. Ils ne comprennent pas pourquoi ils n'ont plus d'enseignant, pourquoi ils doivent aller dans d'autres classes, et tout ça joue sur leur apprentissage et leur comportement. Effectivement vous êtes comme les politiciens toujours des paroles pour endormir l'assemblée mais aucun actes visibles. Tout comme Lolo de Pocé mon patron me montrerai la direction de la porte si je faisais comme vous. il me semble que la nouvelle loi du travail permettra des licenciements plus facile mais il faudrait qu'elle s'applique à tout le monde même aux politiciens.



Commentaire de FCPE SAUMUROISE 17/03/2016 10:34:58

Monsieur SABUCCO, Quel étonnement de vous lire dans la presse, alors que vous ne daignez ni répondre à nos mails, ni à nos appels. Comment osez vous parler de recruter n'importe qui? Vous ne recrutez pas du tout. La candidature que nous vous avons envoyé il y a une semaine n'a même pas été contacté, alors même qu'elle correspond à tous les critères demandés et qu'elle est plus que motivée... Comment est ce possible de ne pas anticiper ces congés maternités? Les tensions sont visibles depuis Novembre, et nous sommes en mars, avec un pic accru en janvier. Les parents sont particulièrement déçus et impactés par cette situation. Si les élèves sont accueillis, vous mettrez donc des MS avec des CE1 CE2? Vous séparerez des enfants de 4 ans pour les répartir dans d'autres classes pendant plusieurs semaines. C'est ça votre proposition? A ce rythme là, les mairies vont devoir prévoir des classes à 40 ou 50 élèves....



Commentaire de Chêne 17/03/2016 11:25:54

Mr Sabuco, Je n'ai que faire de vos jérémiades, JE VEUX UN(E) ENSEIGNANT(E) POUR MON ENFANT. Je vais pas vous apprendre votre métier, mais cela fait partie d'une de vos obligation fondamentale que d'assurer la continuité du service public. Imaginez EDF ou GDF sous prétexte qu'il ont des congés maternité, soient amenés à couper l'électricité ou le gaz.



Commentaire de alinea 17/03/2016 12:01:29

L'enseignement, premier budget de la nation, a touché le fond. Les élèves sont nuls et il y a toujours plus besoin d'argent. Un simple gardiennage sans aucune qualification suffirait...



Commentaire de PauvreFrance!!! 17/03/2016 16:41:10

Mr Sabuco , j'ai une proposition a vous faire !! Pourquoi n'iriez vous pas remplacer un ou une enseignant(e) ? C'est pas le travail que vous avez puisque vous n'êtes même pas capable dans vos courtes semaines de palier a un remplacement ! Un conseil .....prévoyez dés a présent un ou une enseignant(e) pour les futurs élèves des enseignantes qui vont accouchées .



Commentaire de Tonton P'niouf 17/03/2016 17:38:20

Je ressorts pour lancer des boulettes. Je m'étais caché sous la table quand j'ai vu arriver l'Inspecteur!



Commentaire de Tonton P'niouf 17/03/2016 17:49:31

Notre ministre va probablement créer le poste d'Inspecteur des Femmes Enceintes. C'est plus honorifique qu'Inspecteur des Déchets Scolaires. Rien à voir, mais cela me fait marrer.. Le P'niouf, au piquet!



Commentaire de poupinau de Pocé 17/03/2016 19:01:03

Etant parent d'un enfant qui subit depuis 10 jours les changements de classe dû à l'enlèvement si je puis dire de sa maitresse, je suis révolté par la situation: comment peut-on priver des enfants de 6 ans et qui plus est en CP de leur enseignante?? Elle qui leur apprend les bases du savoir qui les suivront tout au long de leur scolarité?? Révolté par le mépris dont fait preuve l'éducation nationale envers nos enfants (et ce dans de nombreux établissements de France)!! Je ne peux croire que rien ne peut être fait ou anticiper pour éviter cette situation comme le dit très bien Lolo de Pocé!!! Que faut-il faire? Mettre nos enfants dans le privé car ce genre de situation n'existe pas ou très peu? Je suis fier que mon enfant soit dans une école publique alors agissezau lieu de vous justifier!!! La France ne va pas bien et rien de surprenant quand on entends ou on lit certains discours ou interviews... alors arrêtez de pertuber nos enfants car au final c'est eux qui souffrent le plus de cette situation et laissons les effectuer leur année scolaire en toute quiétude...



Commentaire de PRIVE PUBLIC MEME COMBAT 17/03/2016 20:24:40

Chère POUPINAU, malheureusement cela ne changerait rien que vous mettiez vos enfants dans le privé. Ils sont dans la même situation. Sauf qu'ils ne le disent pas... Le Directeur et l'inspecteur d'académie restent sourd à tous ce qu'on peut leur dire. Ils attendent que la tempête passe et si nous ne faisons rien, cela recommencera, car force est de constater que le nombre de remplaçant est trop insuffisant. Il s'agit de plus d'une quinzaine d'écoles impactées, donc il manque un nombre important de profs, et le nombre d'élèves augmente... Les parents de toutes les écoles doivent s'unir pour faire entendre leurs voix...



Commentaire de Morino 17/03/2016 23:39:48

Et tous les permanents syndicalistes qui glandent à l'éducation (ou plutôt l'inéducation) nationale, ils ne peuvent pas se mettre un peu au boulot, le vrai boulot, celui pour lequel il sont théoriquement payés !



Commentaire de Encore un matin sans professeur !!! 18/03/2016 09:07:43

Ecole Les RECOLLETS SAUMUR. Et VOILA !!!!! Encore un matin ou j'arrive avec ma fille de 8 ans et encore une fois pas de professeur qui doit se rendre sur un autre poste. Les parents en ont ras le bol, les professeur sont exaspérés, le principal est démuni et plus grave les enfants en ont assez de devoir faire des coloriages ou du sport. depuis le début de l'année 2016 cela fait déjà une dizaine de fois qu'il ne donne pas cours à des élèves en plein apprentissage du français et des calculs. C'est honteux et ça va pas tarder à péter !!!



Commentaire de Tonton P'niouf 18/03/2016 10:08:22

Le terme d'inéducation, ci-dessus, me plaît bien. Je dirais même, pour le plaisir des mots, inéducation dénationale. Dans l'idée on pourrait aussi dire que ce n'est pas à coups de pinceau beu-blanc-rouge ou de fredonnement vague de Marseillaise de temps en temps et dans tous les rayons et étages du grand bazar de france et de ses politicomédias que l'on favorise les valeurs de citoyenneté. C'est bien dans l'école qu'on apprend les valeurs de notre pays ainsi que son hymne avec respect et justesse. Un Enseignant au départ c'est moins de travail pour la Police ensuite. Je ne pense pas qu'elle s'en plaigne.



Commentaire de FCPE SAUMUROISE 18/03/2016 14:38:44

A tous les parents, Comme il semble clair que ni les messages de parents, d'élus, de maire ne soient pas entendu, ni par l'IEN (inspecteur local), ni par le DASEN (directeur départemental), ni par le Recteur (directeur régional), nous proposons que chaque parent fasse un courrier (nous vous fournissons le modèle) que nous pouvons récupérer de façon symbolique pour les envoyer à madame la ministre de l'éducation nationale. Pour rappel, la FCPE est la première fédération de parents nationale qui est présente dans toutes les instances. ENSEMBLE NOUS SERONS PLUS FORTS...



Commentaire de Mila 19/03/2016 13:03:02

Tournez vos revendications et votre hargne vers ceux qui sont responsables de cette situation, au lieu de déverser votre mépris et vos insultes sur ceux qui essaient seulement de faire avec les moyens qu'ils ont... Pourquoi ce manque de remplaçants? Pourquoi, de manière générale, ce manque d'enseignants? A cause d'une politique de destruction de l'enseignement public menée aussi bien par la droite que par le PS, dans le but de réduire les coûts de ce qui devrait être le budget le plus important d'une nation : l'éducation. Informez-vous, regardez les chiffres des recrutements aux concours nationaux, que ce soit pour le primaire ou pour le secondaire. L'Etat n'a pas anticipé les besoins et n'a pas recruté suffisamment d'enseignants. La masterisation (les candidats aux concours doivent avoir un bac +5) a amplifié le problème. A présent, il n'y a pas suffisamment de candidats aux concours de l'enseignement!! Le taux de démission des stagiaires ou des néo-titulaires, après avoir eu le concours, est plus qu'élevé!! Vous proposez de recruter parmi les personnes sans emploi? Oui, c'est ce qui se passe en Seine Saint Denis, ou des personnes sans le bac et des retraités sont placés devant les élèves... C'est vraiment ce que vous voulez pour vos enfants??? Que l'école soit une garderie? A un moment, il va falloir réfléchir, voir un peu plus loin que "mon enfant n'a pas d'enseignant ce matin, M. L'inspecteur venez le garder ou envoyez un chômeur le faire.", et se demander pourquoi, en France, en 2016, nous sommes dans cette situation. Ce problème est politique, comme celui de l'emploi. A présent, il s'agit de faire un choix, de se demander quel modèle de société nous voulons, pour nous, pour nos enfants. FCPE Saumuroise, parents d'élèves, enseignants, IEN : nous voulons tous la même chose, un enseignement de qualité pour nos enfants, nos élèves. Pour cela nous devons être unis, et non nous diviser, comme le souhaitent les politiques qui ne désirent qu'économies et école inégalitaire. L'enseignant qui manque dans les classes, devant nos enfants, devant nos élèves, c'est le résultat des politiques que nous mettons au pouvoir, c'est le résultat d'une absence de combat collectif. Où étiez-vous lorsqu'à la rentrée 2015, à la rentrée 2014, etc. les élèves d'autres départements n'avaient aucun enseignant à la rentrée? Le problème se pose partout en France, Saumur n'est pas la commune la plus touchée (même si la situation est inacceptable), alors regardez, regardez la réalité, plus loin que votre quartier, c'est au niveau national qu'un changement est nécessaire.



Commentaire de Parent d'élève 20/03/2016 11:17:11

@ Mila, je pense qu'on est bien d'accord avec vos propos mais je n'ai jamais entendu ou vu (publiquement) les inspecteurs académiques ou autres responsables remonter le problème ou critiquer la politique mis en place alors que ça devrait être les premiers à le faire. S'ils n'ont pas les moyens de faire leur travail correctement qu'ils le disent et mène le combat pour redonner un service éducatif digne de ce qu'on à le droit d'attendre.



Commentaire de Mila 20/03/2016 13:27:53

@ Parent d'élève Que les inspecteurs doivent faire remonter le problème est une chose, et ils le font, mais quel poids ont-ils? La force vient du nombre, la responsabilité est collective. La politique actuelle est à l'économie dans ces secteurs. Ce ne sont pas les remontées des IEN qui vont y changer grand chose. Il faut bien comprendre l'organisation en place : le ministère de l'éducation nationale, puis le rectorat (le siège de l'académie), puis au niveau départemental la DSDEN (direction des services départementaux de l'Education nationale). Enfin les IEN (inspecteurs de l'éducation nationale, chargés des circonscriptions), et les enseignants. Seuls les enseignants et les IEN sont sur le terrain - je ne cherche pas à les défendre, comme partout il y a les glandeurs et les incompétents, les sérieux et les compétents - mais ce sont eux qui prennent la réalité en pleine face. Quant au ministre, aux recteurs, et aux IA-DASEN (inspecteur d'académie - directeur académique des services de l'éducation nationale), ils n'occupent que des postes politiques, et n'y restent que peu de temps. Quelques mois, un an... Ils ne sont pas là pour assurer la meilleure école à tous les enfants de France : ils sont là pour appliquer une mission, qui consiste généralement à réduire le plus les coûts... Tout en calmant les choses quand ça commence à trop bouger. Ainsi, les écoles dont parents et enseignants se mobilisent fortement se voient parfois attribuer un remplaçant ... pris dans une autre école dont les parents et les enseignants bougent moins!! Donc n'attendez pas qu'une remontée d'IEN fasse bouger les choses. Les ordres viennent d'en haut, de politiques élus par le peuple. Nous devons cesser d'être naïf : l'objectif de notre gouvernement - ni des précédents - n'est absolument pas d'assurer une école de qualité pour tous. Donc si nous la voulons, il faut aller la chercher, ensemble.



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur du cheval blanc d'Henri IV après qu'on l'ait peint en vert ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI