Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte


À Longué-Jumelles, l'or blanc du Gaec du Lathan

200 vaches laitières, un atelier de transformation et une marque," Douceur angevine", que même les Tourangeaux ont appris à connaître. À Longué-Jumelles, le Gaec (Groupement agricole d'exploitation en commun) du Lathan prend le taureau par les cornes pour tirer parti de son or blanc.

Y et L. Corvaisier, A. Blourdier et S. Sureau


À Longué-Jumelles, les cinq associés du Gaec du Lathan disposent de 320 ha de terres agricoles. Créé en 1996 par cinq amoureux de la terre, le Gaec (Groupement agricole d'exploitation en commun) du Lathan* a puisé son nom dans le ruisseau qui traverse l'exploitation à Longué-Jumelles. Signe d'un filon prometteur.
"Avec 200 vaches laitières et un pôle de production végétale, l'activité du Gaec est à l'origine parfaitement représentative du Maine-et-Loire et de la vallée de l'Authion", commente Michel Ruault, l'un des associés du Gaec. "Seulement en 2009, alors qu'on percevait les premières difficultés du cours du lait, nous avons voulu aller plus loin."
Objectif : maîtriser la chaîne de production jusqu'à la commercialisation. Le projet ne tarde pas : la même année, un atelier de transformation sort de terre pour fabriquer yaourts, fromages blancs et tommes, pour lequel cinq emplois sont dédiés et une marque "Douceur angevine" déposée.

Organisation de travail pour fidéliser

Pour former ses salariés aux bonnes pratiques, le Gaec du Lathan mobilise en 2014 une aide de 16 440 € de la Région des Pays de la Loire au titre de la Prestation d’amélioration des conditions de travail (Pact). "Cette formation de 15 jours a permis de mettre sur pied des protocoles et de rationaliser les bonnes pratiques. Avec l'accompagnement d'un cabinet spécialisé en RH (Dialonis), nous avons trouvé une organisation de travail et fidélisé nos salariés. Et surtout, nous avons valorisé le potentiel d'un concept novateur : la transformation et la vente directe de produits laitiers de terroir."

Un réseau sur trois départements

Le pari formulé en 2009 est bien engagé. Aujourd'hui un magasin accueille la clientèle dans la ferme des Peux. Et le Gaec alimente les grandes et moyennes surfaces du Maine-et-Loire, les lycées, les collèges, les hôpitaux… jusqu'aux magasins de Loire-Atlantique et d'Indre-et-Loire.
La production végétale (30 % du CA), le lait (40 %) et la transformation (30 %) assurent un équilibre salutaire. Et le Gaec souhaite donner plus de poids encore à la transformation : "Nous envisageons de faire appel au dispositif régional Dinamic pour développer le chiffre d'affaires et le réseau de distribution."
Un projet que les associés mènent de pair avec la remise aux normes complète du site en 2016, et la recherche active d'un nouvel associé pour succéder à Michel Ruault. "Avec une vingtaine d'années d'existence, le Gaec du Lathan est tout à fait mature", conclut-il. "Je suis naturellement optimiste quant au bon déroulement de cette transition. Il ne nous reste plus qu’à trouver la personne intéressée."

Pour en savoir plus : www.douceurangevine.fr


Article du 19 mars 2016 I Catégorie : Vie de la cité

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !

page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quel est le nom du site où vous vous trouvez ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI