Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte



Michel Choupauvert au pilori ! Mais pourquoi en veut-il aux campagnes ?

La semaine dernière dans les commentaires sur mon édito, je me suis fait engueuler. je l'avais fait, comme d'hab, sur un des thèmes politiques actuels. Pour moi, rien de bien méchant, j'aime bien ce genre de sujet, cela permet de réfléchir à la profondeur humaine. Mais pourquoi diable mon propos n'a-t-il pas plu ? Etait-il provocateur ? Le sujet aurait pu être la profonde compassion pour les migrants de nos concitoyens amnésiques qui ont oublié l'exode de leurs parents sur les routes de nos campagnes poussés par l'occupation allemande. Non. Cela aurait pu être le sujet des charges sociales des travailleurs européens détachés. Non plus, je me suis juste questionné sur les raisons de la réticence des élus de la Com Com de Longué à propos de la fusion sur leur intégration dans Saumur Agglo "XXL" comme la décrit leur président Mortier. (relire ici )

Courléon dans 20 ans, après les restriction de budget.


"Critiques pas nos campagnes, toi le bobo parisien de Choupauvert !" Tiens, prends ça... Alors, je reprends mon propos, J'ai dû être mal compris. Si j'ai écrit ce papier, c'est que je me suis marré en regardant la vidéo du Conseil de la Com Com Loire Longué. Monsieur Yann Pilven Le Sévellec, le maire de Courléon, commune qui représente 158 électeurs, soit 0.001 % de la population de la future nouvelle collectivité, a mis un joli boxon lors de ce Conseil Communautaire et a traité le sous - Préfet de "magouilleur", en doutant de son action pour la représentativité des petites communes. Monsieur Pilven Le Sévellec a pris la fourche contre le monstre des villes qu'il imagine vouloir l'asservir. Humm... Si on ne se cache pas derrière son petit doigt et si on ose regarder de plus près, c'est peut-être le citadin qui contribue essentiellement pour que le rural ou le rurbain puisse faire respirer la campagne.

Ils coûtent les courléonais...

Dans mon texte, j'ai essayer de montrer qu'un citoyen rural coûtait plus cher que son homologue urbain, alors que souvent il paie moins d’impôts. C'est juste évident. Tiens, les ados qui prennent le bus du département u de l'agglo pour aller au collège, payent-ils plus cher leur abonnement par ce qu'ils habitent au fin fond du département ? Non. Prenez, l'étude pour l'aménagement : si on enlève les habitants de Longué , Saumur, Doué et Montreuil qui sont bien desservis par les opérateurs marchands, cela revient à 2.5 euros par habitant du village dont le gentilé est Courléonais. Ramenée à la tête d'électeur, l'indemnité d'élu du maire de Courléon, est forcément plus coûteuse que celle du maire de Longué qui compte 50 fois plus d'habitants. Ou encore l'électricité. Le mètre linéaire de ligne EDF revient à 32 euros. Pour alimenter ces 75 maisons courléonaises à la limite de l'Indre et Loire, il en a fallu du câble... Et si on considère que les administrés de Monsieur Yann Pilven Le Sévellec utilisent forcément les services des communes voisines plus importantes qui paient pour elle, on tombe d'accord. A moins que les tenants de ruralité puissent prouver le contraire, il serait mieux qu'elles ne jouent pas les vierges effarouchées quand on aborde le sujet.
Cela ne veut pas dire qu'il ne faut abandonner les campagnes ni aménager le territoire... Juste savoir pourquoi on fait ces choix.

Charité bien organisée

Parmi les valeurs développées dans les Agglo, celle de solidarité entre communes tient bonne place. Bien ! Mais a écouter les attitudes de certains, on pourrait trouver un autre sens à ce devoir moral. A entendre certains discours ambiants, j'aurais de plus en plus tendance à remplacer le sens du lien entre communes rurales et urbaines par l'expression "charité, bien ordonnée commence par soi même" et par la méthode assez répandue du "Comment piquer dans l'assiette du voisin sans qu'il ne touche à la sienne, alors qu'on est assis à la même table".

La CLECT

Pour savoir qui paie quoi, les élus de Saumur Agglo se sont lancés dans une grande étude qu'on appelle la CLECT, la commission locale d'évaluation des charges transférées. Qui paie quoi dans l'agglo depuis l'attribution de compensation des communes qui a été actée lors de la création de l'agglo en 2001 ? Qui consomme, par exemple, le budget de 1 millions d'euros du réseau des bibliothèques de Saumur Agglo. Saumur, les 31 autres communes ? Un vrai débat qui est la base de l'organisation et des mutualisations entre communes.

Les élus dans tout ça ?

Dans l'agglo, on rebat donc les cartes et le chantier est engagé pour organiser les futurs financements et le fonctionnement. Cela ne va pas être simple. Avant que Michel Patté, maire de Doué la Fontaine, Jean Yves Fulneau de Gennes et Frédéric Mortier de Longué ne rentrent dans la partie, vous avez, d'un côté, le président de l'Agglo Guy Bertin qui pense que le maire de Saumur, essaie de lui refourguer toutes ses planches pourries sous couvert de mutualisation. Et en face, Jean Michel Marchand qui considère que ses contribuables paient trop cher pour des services rendus aux habitants de l'Agglo....

Les habitants eux, ont bien compris. Depuis 20 ans, 15% d'entre eux ont quitté la ville centre pour la périphérie, tout en continuant à travailler et à sortir dans la ville centre. "Comment piquer dans l'assiette du voisin sans qu'il ne touche à la sienne, alors qu'on est assis à la même table" ? Ce serait ça le fond du débat ?

Il n'y a cependant aucune raison de ne pas aménager les espaces ruraux. Il n'est pas mieux de savoir ce que cela coûte plutôt que de se cacher derrière l'idéologie de son petit doigt ?

Michel Choupauvert


Article du 19 mars 2016 I Catégorie : Vie de la cité

 


14 commentaires :


Commentaire de quiquidit 20/03/2016 07:13:25

Je pense que la campagne fait vivre les villes et inversement.Vous parlez du"coût" des campagnards, alors pourquoi les citadins viennent vivre à la campagne? La vile est toujours "sort le porte-monnaie" pour se garer et autres.Il ne faut pas oublier que nous payons des impôts et autres taxes comme tous autres sans avoir les mêmes services. Quand à la rémunération des maires, l'état impose ce"salaire" et maintenant, le maire n'a plus le droit de s'exonérer de ce ""salaire"



Commentaire de Paul @ quiquidit 20/03/2016 08:35:25

Je crois que quiquidi n'a pas compris. C'est un coût pour les contribuables pas pour les usagers. C'est parce que c'est moins cher de vivre à la campagne que les gens y vont. Par contre en service publics, ce sont des citoyens qui deviennent plus cher pour les contribuables en général.



Commentaire de pas compliqué 20/03/2016 09:41:33

On dirait que, en effet, quiquidit n'a pas bien saisi le sens du propos. On parle bien du coût de la vie de l'ensemble de la communauté pour chaque contribuable. Un habitant de Saumur, qui utilise nettement moins les services "extérieurs" (transports, bibliothèques) et pour qui les installations d'infrastructures sont moins onéreuses (installations électriques, par exemple), coûte globalement moins cher mais paie d'avantage de taxe d'habitation qu'un rural. Tout ça est normal et s'appelle "solidarité". Notion qu'il convient de ne pas perdre de vue.



Commentaire de Francis Prior 20/03/2016 10:43:53

Débat sans fond et sans fondement ou l'art de parler pour ne rien dire. Décidément M Chaupouvert on vous a connu mieux inspiré. Il ne s'agit pas, dans la solidarité, d'un devoir moral, d'une espèce de charité de dame patronnesse, mais d'un devoir vital. Il n'y a pas d'urbanité sans ruralité et vice versa. Le coût est une chose, le produit en est une autre. Depuis une cinquantaine d'années les activités notamment commerciales, les médecins, les notaires, etc. ont quitté les campagne emmenant avec eux la richesse fiscale vers les villes. C'est donc cette richesse fiscale qui s'est concentrée au détriment des campagnes et du service rendu aux habitants. Les usines à la campagne elles aussi ont disparu peu à peu. Il n'est que de se tourner vers l'Orne, la Mayenne, la Manche. Ce mouvement tend aujourd'hui a s'inverser du fait des nouvelles technologies. Cette concentration de la richesse et des services fait que les villes ont vu notamment leur foncier se renchérir et les habitants les plus modestes se sont vu reléguer vers les périphéries là où le foncier était moins cher et les impôts moins lourds. Habitants dont les villes ont quand même besoin il me semble. L'Etat, donc notre société, a encourga le mouvement de concentration de richesse en versant entre 4 et 6 fois plus aux zones urbaines par habitant qu'aux zones rurales. Il se trouve que ce mouvement a trouvé ses limites au début des années 1990 d'où la création des communautés de ville puis d'agglomération établissant une solidarité fiscale entre la ville centre et son immédiate périphérie (ou se situent parfois les zones commerciales). Depuis le mouvement est enclenché pour drainer de nouvelles ressources vers les villes au travers de fusions d'EPCI. Ainsi le versement transport sera désormais étendu à toute la future agglomération avec ou sans transports collectifs urbains. Enfin il ne faut pas oublier dans le raisonnement que tient l'éditorialiste que le coût des travaux est singulièrement plus élevé en ville qu'à la campagne, que le coût des serivces parce qu'il est l'objet d'une forte division du travail est lui aussi beaucoup plus onéreux A observer tout cela sur la France entière, dans des zones un peu urbaines comme la métropole de Lyon et un peu rurales comme la Moselle, la Manche ou la Nièvre, le calcul des coûts respectifs est aussi aléatoire que le gain au loto. dans la mesure même où les définitions elles mêmes le sont et le traçage des flux repose sur des conventions d'équivalence aussi vite établies qu'elles sont dépassées. Le seul élément qu'il faille retenir, il me semble est que les uns sans les autres n'existent pas et que les uns et les autres ont le droit absolu de se constituer en personnes morales pour défendre ce qu'ils sont et ainsi entrer les uns et les autres en dialogue. Faute d'une identité affirmée, la peur de l'autre s'installe et installe la violence. On veut dresser toujours les uns contre les autres, les jeunes contre les vieux, les campagnes contres les villes comme si avant d'être vieux on n'était pas jeune et dépendant des vieux avant qu'étant vieux on ne dépende des jeunes, comme si une ville poussait hors de son environnement et en un lien symbiotique avec lui



Commentaire de Bienveillance... 20/03/2016 11:29:16

Monsieur Choupauvert, QUESTION 1 : Avez vous préalablement téléphoné à monsieur le Maire de Courléon pour comprendre son point de vue ? QUESTION 2 : Vous êtes qui pour vous permettre d'écrire cela ? Autrement dit, voudriez vous nous expliquer pourquoi vous êtes légitime pour écrire de telles choses? A vous lire, avec bienveillance.



Commentaire de Michel Choupauvert @Francis Prior 20/03/2016 12:18:44

Bonjour Monsieur Prior, Votre vision de l'aménagement du territoire vous engage sur des micros structures rurales. Mais relisez vous, quand vous intégrez des critères objectifs à votre vision subjective, nous finissons par avoir le même discours.



Commentaire de Michel Choupauvert @bienvieillance 20/03/2016 12:24:22

Bonjour, Je n'ai pas plus de légitimité que vous à m'exprimer. Le principe d'un édito est de prendre un parti pris. Non pas pour imposer une idée, mais pour inviter au débat et regarder un sujet sous un autre angle. C'est ce que j'essaie de faire. Quant au maire de Courléon, le sujet n'était pas de donner une tribune à sa manière de penser (cet édito n'est pas un article), mais de prendre appui sur sa réaction en Conseil de Com Com quand il se met en colère contre le sous préfet. Regardez la vidéo, c'est assez surprenant.



Commentaire de boileau 20/03/2016 13:31:51

Bonjour,ancien habitant de Saumur,mais toujours Saumurois sentimentalement je dois bien dire que tous ces propos sur des sujets économiques,sont toujours discutables selon que l'on soit en ville ou dans la banlieue et souvent plus loin,chacun trouve des raisons pour souhaiter minimiser son implication aux dépenses réalisées pour le bien de tous,impossible à départager les avis des uns ou des autres,et comme pour les impôts on pourrait dire que le meilleur système,c'est celui qui fait payer les autres.



Commentaire de bernadette fourré-jousselin 20/03/2016 14:52:17

à tous ceux contre ou pour CHOUPAUVERT, qui vous empêche d'ouvrir chaque semaine une TRIBUNE ? Choupauvert ouvre le dialogue c'est ce qui fait l'intérêt de sa tribune, et surtout nous aide à réfléchir , car la vie actuelle devient de plus en plus compliquée avec ces com.com, ces aglos, ces grand Saumurois, nous devrions dans nos lycées avoir des classes ENA !!! Quant à tous les Maires, si vous n'êtes pas satisfait, pourquoi restez vous Maires, pour votre ville, pour vos Administrés , entre nous si vous saviez comme ils s'en foutent !!!!et comme quand vous avez le dos tourné, ils vous font un bon pied de nez ......... Allez ayez autant d'humour que CHOUPAUVERT, et rendez lui justice en le remerciant de vous ouvrir les yeux



Commentaire de Francis Prior 20/03/2016 14:54:10

Je ne vois pas en quoi ma vision m'engagerais sur des micros structures rurales. Elle m'engage par contre sur des identités c'est à dire sur la reconnaissance des différences. En schématisant il y a bien en France un genre de vie rural et un genre de vie urbain avec entre eux une infinie variété. Mon propos vise à affirmer que le groupe humain enraciné dans son espace s'il se juge suffisamment différent doit revendiquer et affirmer sa personnalité et son identité et que cette identité passe toujours par une personne juridique. Dissoudre ces personnes juridiques dans de grands ensembles c'est créer de nouvelles conditions pour l'expression des choix et donc des allocations de ressources qui se feront uniquement sur des critères démographiques et se faisant uniformiseront les genres de vie. Je crois que ce rejet de différences est porteur de violence. Quant à savoir si les uns sont subjectifs et les autres objectifs je préfère m'en remettre à cette affirmation de bon sens 'mens est viva mensura" . La pensée est la mesure vivante. Je le répète toute analyse quantitative repose sur des conventions d'équivalence qui sont dans un temps et un lieu la délimitation d'un objet social et économique que l'on veut identifier. Ainsi les catégories socio-professionnelles, le PIB, la balance des paiements. Elle n'ont pas d'être particulier mais existent dans nos conventions. En matière de gestion et de gestion publique c'est ce que l'on veut compter qui existe et tout le reste passe aux oubliettes notamment ce qu'en économie on définit comme des externalités. En fait on ne compte jamais que ce que l'on sait compter. C'est pour cela que je ne crois pas à cette dichotomie de gens sérieux qui seraient dans l'objectivité et des rêveurs qui seraient dans la subjectivité. Même en physique on sait depuis la mécanique quantique que les choses ne sont vraies que dans certaines conditions et notamment à une certaine échelle. Aussi les choix politiques que nous faisons n'ont rien de scientifiques mais ils expriment des valeurs. Pour ma part je crois en l'Homme incarné dans une histoire et dans des relations et non a une collection de particules juxtaposées.



Commentaire de Fleur 20/03/2016 21:55:56

Serait-ce ENCORE une de nos bonnes visions socialiste?? Tout partager... Les communes qui s'en sortent bien financièrement viennent au secours des communes qui ne s'en sortent pas. Il va donc arriver un temps sur ce principe ou les communes qui s'en sortent ne feront plus rien pour s'en sortir puisqu'on leur prendra tout au détriment de celles qui ne s'en sortent pas.... Avez-vous mon cher choupavert entendu parler des emprunts Dexia contractés n'importe comment par saumur agglo, qui aurait énormément besoin des fonds de toutes les petites communes alentours pour pouvoir faire face aux monstrueux remboursements encourus??? Voilà une Pure théorie socialiste moi je dépense pour la ville, et vous en campagne, vous payez. Arrêtons de jouer sur les mots! Tout ça n'est qu'une affaire de FRIC et sur option une perte d'identité des petits communes qui vivaient encore à peu près en convivialité.



Commentaire de La fontaine 21/03/2016 01:16:43

Toujours d'actu. : "le rat des villes et le rat des champs" Un peu d'élévation d'esprit, que diable !



Commentaire de Paul@Fleur 21/03/2016 07:28:04

Ce n'était pas l'Agglo qui a fait des emprunts toxiques mais la ville de Saumur. Pour elle cela passe à priori. Mais à Longué, non, il y a eu Longué aussi qui s'est endettée pour 6 ans de plus et Chinon pour qui le regroupement des coms coms est repoussé par l'Etat à cause de ces emprunts. Et au regard des budgets des petites communes, ce n'est pas cela qui pourrait y faire grand chose. Le budget de l'Agglo est de 50 millions, celui de Saumur, 60. On investit dans l'économie autant à Saumur qu'à l'Agglo 8 millions environ. Alors les fonds des petites communes... Il ne servirait à rien. Et de quels socialistes parlez vous ? De ceux de Macron ou de Mélenchon ? Admettez une évidence : si la population est partie en périphérie, c'est pour profiter des services urbains et payer moins d'impôts. Quand à l'identité rurale, quand un habitant de Courléon est à Paris, ce n'est à Courléon qu'il se situe, mais en tre Angers et Tours.



Commentaire de Fleur@Paul 21/03/2016 21:27:30

@Paul. Je pense que vous avez loupé des choses dans les budgets des petites communes et que certaines n'auront jamais assez de la date butoir de regroupement pour tout dépenser avant de se faire engloutir leurs fonds.... Chinon c'est encore une autre histoire d'une ville historique qui se vend aux promoteurs et au privé pour "adoucir" ses dettes. Pour ce qui est du socialisme, il n'y en a qu'une race pour moi : celui qui fait payer aux autres pendant que lui se repose et fait la fête. Je serais juste d'accord sur une chose, le petit peuple fuit la ville, pour payer moins et avoir une vie surtout plus saine, quand aux services urbains à part les magasins, puisqu'il ne reste plus que ça, je ne vois pas..... Ah si les quais de Loire, sympa comme balade, mais relativement courte.....


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur d'une cerise bleue ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI