L'hôpital de Saumur jette l'éponge pour la gestion du vignoble du Clos Cristal

La réflexion sur le devenir du vignoble du Clos Cristal est entamée depuis quelques années. Dans les années 2000, l'Agence Régionale de Santé avait émis le souhait de se séparer du Clos Cristal. L'hôpital s'était vu adresser de nombreuses propositions d'investissement ou de gestion. Nombreux avaient alors fait remarquer, qu'elles n'étaient pas en adéquation avec l'esprit de la donation Cristal. Depuis 4 ans, un projet de fondation, à l'instar de celui des Hospices de Beaune, était en projet. Changement de cap, l'Hôpital vient de lancer un appel à fermage.


C'est en 1928 qu'Antoine Cristal, créateur passionné et innovant, fit don de son vignoble à l'Hôpital de Saumur avec notamment sa technique de ceps qui passent au travers les murs : "Le ventre au soleil et les pieds à l'ombre" disait Antoine Cristal. Celui qui avait porté hors des frontières, la notoriété des vins de Saumur, faute de descendance, devait trouver un avenir à son vignoble. Pour perpétuer l'esprit avec lequel il souhaitait qu'on conduise ses vignes, il choisit alors l'hôpital. Près d'un siècle plus tard, les contingences administratives et financières de l'administration ont changé... Elles s'accordent peu de la gestion d'un vignoble. En 2000 déjà, le système de fonctionnement de l'Hôpital ne permettait pas une gestion sereine pour le vignoble, notamment en matière d'investissements. Des projets privés s'étaient présentés, mais la cession des vignes ne s'était pas faite faute de consensus... Cela étant, une certitude s'était dégagée : le Clos Cristal ne pouvait pas trouver sa place dans le monde économique traditionnel.

Echec de l'association

La fondation, c'était le système espéré par l'association qui avait été désignée pour porter le projet de fondation, à l'instar des Hospices de Beaune, lancé par la direction de l'Hôpital, mais le principe n'avait jusqu'à lors pu aboutir. Après deux années de gel en 2012 et 2013 et par conséquence de très faibles rendements, l'exploitation économique du clos était devenue très difficile. La reconnaissance des vins était pourtant là mais les modes de culture choisis par l'association n'ont pas permis de retrouver une production suffisante avec les millésimes 2014 et 2015. Un rendement de 12 hectolitres par hectare est avancé alors que le rendement acceptable en agriculture biologique serait autour de 35 hl/ha/ Ce sont les conditions économiques qui auraient poussé l'hôpital à rechercher un exploitant pour son vignoble.

Fermage de 25 ans

C'est par mail que les présidents des Syndicats Viticoles ont reçu l'information vendredi 8 avril en fin d'après-midi. Dans celui-ci, le directeur de l'Hôpital, Jean Christophe Pinson, par ailleurs sur le départ de son poste à la direction de l'établissement hospitalier saumurois, faisait état des difficultés de gestion du vignoble et prévenait du choix qui venait être fait, à savoir le lancement d'un appel à projet. Celui-ci propose une location des vignes et de la marque pour une période de 25 ans. Un cahier des charges est mis à disposition des candidats par les services administratifs de l'hôpital à partir de lundi 10 avril.
Un délai de seulement 15 jours est laissé aux candidats pour présenter un projet. Laurent Ménestreau, président de la Fédération Viticole Anjou Saumur se voulait positif ce samedi 9 avril : "Je suis certain qu'une solution va être trouvée pour ce vignoble emblématique".


Article du 09 avril 2016 I Catégorie : Vie de la cité

 


11 commentaires :


Commentaire de Max 10/04/2016 09:42:14

Il suffit de passer devant pour comprendre que l'herbe fait trop de concurrence à la vigne. L'herbe c'est bien pour la biodiversité, mais à un moment elle prend le dessus.



Commentaire de pic vert 10/04/2016 11:30:48

Max ,votre commentaire en dit trop et pas assez:dites nous ce que vous en pensez! Si vous avez un minimum d'expertise en viticulture,dites nous ce qui justifie ce rendement/ha (l'herbe n'étant qu'une résultante..) ,non viable pour une activité économiquement viable!



Commentaire de Max 10/04/2016 12:55:10

La terre sableuse du Clos Cristal est très pauvre et en période de sécheresse, la vigne ne peut supporter la concurrence de l'herbe, même si sa présence n'est pas grave. Elle est positive pour la biodiversité. De plus le Clos travaille la vigne avec un cheval. Le clos a fait le choix de ne plus le faire avec un tracteur. Celui-ci a été vendu. Les labours avec un cheval sont plus profonds et blessent les racines superficielles pour que la plante aille plus profond puiser dans le terroir. Soit, c'est intéressant, mais jusqu'à ce que la plante soit habituée, elle produit moins. Si on ajoute le manque d'investissements pour remplacer les ceps morts soit par l'esca ou par les labours, les rendements sont moindres et le joyau du clos cristal ne brille pas... Et le voici, à nouveau, la proie des envieux de tous poils... Dommage



Commentaire de A.F 11/04/2016 07:04:31

Si certain n'avait pas cherché à s'enrichir personnellement ce vignoble n'en serait peut-être pas là.



Commentaire de pic vert 11/04/2016 08:10:07

Les points forts des 5 dernieres années :la communication,les reportages se sont succédés:journaux,télévisions,grand public etc...LE CLOS CRISTAL est désormais mieux connu,Espérons qu'un investisseur communiquant osera mettre la main à la poche et retrousser ses manches pour donner à ce terroir l'apparence d'une vigne digne de l'histoire dont elle est porteuse!Nous aimons ce coin de terre ceinturé de murs, cessons d'etre angéliques;arrétons nos critiques,faisons en sorte qu'il survive à tous les maux dont il a souffert et donnons envie aux Saumurois de préserver ce joyau emblématique !



Commentaire de david c 11/04/2016 12:06:11

pic vert,merci de faire le point aussi sur la gestion du gerant.trés interessant.



Commentaire de grizli 11/04/2016 16:04:03

Le clos cristal doit devenir la "vitrine touristique "de l'ensemble des producteurs de Saumur Champigny. C'est vraiment un lieu unique avec une histoire qui mériterait que des visites soient organisées sur place avec dégustation peut être........ Si l'hôpital est vendeur, qu'il en fasse don aux professionnels de la viticulture locale.



Commentaire de christelle. 12/04/2016 06:47:16

une grande partie de la profession a les dents tellement longue et avide de pognon que cela finirait très mâle



Commentaire de s.morin 14/04/2016 13:10:20

Qui est le president de cette association? Il est mal.



Commentaire de josé 14/04/2016 14:56:03

Il paraitrait que ce soit ackermann qui recupére les vignes.



Commentaire de jean louis 15/04/2016 07:04:11

Surtout pas eux! .Il ne pense qu'à l'argent et en avoir toujours plus. Ackerman comme le château de Parnay sont des gens qui pensent qu'avoir de l'argent va obligatoirement leur donner des vins formidables.



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur d'une cerise bleue ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI