Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte



Saumur. Clos Cristal : la "short list" des repreneurs... auditionnée mercredi prochain

Le legs d'Antoine Cristal en 1928, propriété de l'Hôpital de Saumur n'a plus aucune ressource financière et est à l'arrêt. Pour le relancer, l'Hôpital de Saumur a décidé de le proposer à la location à un exploitant pour une durée de 25 ans. 18 dossiers de candidature ont été retirés et 6 ont été déposés dans un délai court de 8 jours. Le conseil technique a classé les candidats mais, le Conseil de Surveillance, présidé par le maire Jean Michel Marchand, a qui revient le choix ont décidé de surseoir et une short list dont vous trouverez les noms ci-après va être auditionnée mercredi...


"J'aurais pu faire légalement le choix du locataire seul, mais j'ai préféré que l'on procède à un vote. Grand bien m'en a fait quand je vois la passion déchaînée par la mémoire d'Antoine Cristal" explique le directeur de l'hôpital Jean Christophe Pinson. Et celui-ci de préciser le fonctionnement de l'étude du dossier selon l'exigeant cahier des charges écrit par l'association aujourd'hui dissoute : "Le conseil technique s'est réuni hier jeudi pendant 5 heures et a noté les candidats selon des items. Six dossiers ont été présentés, nous en avons retenu 5." Jean Christophe Pinson rajoute : "Un n'était pas conforme, un des candidats a fait l'erreur de prendre cet appel pour une demande d'emploi". Dans la liste que nous avons réussi à nous procurer, on retrouve Mathieu Vallée du Château Yvonne à Parnay, Sylvain Dittière du domaine la Porte St Jean à Montreuil Bellay, Fredrik Filliatreau associé à Régis Vincenot et Mathias Levron propriétaires du Château de Parnay, La Cave des Vignerons de Saint Cyr en Bourg et enfin, Eric Dubois, actuel salarié du Clos, en collaboration avec Marc Vincent du Domaine de la Paleine au Puy Notre Dame. Un, parmi ceux-ci a été éliminé. Nous ne savons pas lequel. Jean-Christophe Pinson qui n'a pas voulu dévoiler de noms a simplement précisé, qu'un "courrier était à la rédaction pour informer les postulants".

Jean-Michel Marchand reprend la main

Sur le sujet, le directeur de l'Hôpital de Saumur, qui est sur le départ, passe la main au président du Conseil de Surveillance, le Maire de Saumur. Jean Michel Marchand : "Pour moi, auditionner les candidats était la meilleure solution. Une semaine de plus, ce n'est pas beaucoup. Nous avons préféré décaler le choix. Nous en rencontrerons 4 mercredi. Jean-Christophe Pinson part mardi, il ne pourra pas être avec moi. Je vais aussi aller voir le service juridique de l'hôpital pour cadrer la légalité de la procédure du fait du nouveau mode d'attribution défini. Dès son arrivée, je prendrai aussi contact avec la directrice par intérim."

Des tensions sur la légalité

Parmi les candidats et les personnes proches du dossier, la légalité est sur toutes les lèvres. Certains faisaient remarquer leurs surprises de voir l'actuel salarié du Clos Cristal, Eric Dubois, par ailleurs candidat à la reprise, présent lors du dépouillement du dossier. Pour Jean-Christophe Pinson, il était là en conseiller technique : "Parmi les membres du jury, il y a avait deux conseillers viticoles qui ont apporté leurs lumières. Jean-Pierre Chevalier du Château de Villeneuve et Eric Dubois qui travaille au Clos depuis 20 ans. Il n'ont pas participé au vote. Je tiens à souligner la réserve d'Eric Dubois et son objectivité devant les atouts des différents projets. Je l'ai précisé lors de notre rencontre."

Un appel à candidat précipité ?

Sur le sujet, Jean-Christophe Pinson ne considère pas que les choses soient allées trop vite et que le délais de 8 jours était court pour répondre : "Nous n'avons pas fait les choses dans l'urgence. Nous savons depuis la dernière récolte que nous allions être en très grandes difficultés. Le rendement a été plus faible qu'espéré. Depuis cette date, nous avons essayé de trouver une solution, ne serait-ce que pour pouvoir vendre le millésime 2014. Nous avons pu finalement financer la mise en bouteille du millésime 2014 et celui-ci s'est vendu très vite". Au Clos Cristal, ce n'est donc pas un problème de vente, le prix moyen de la bouteille est de 10 € sur le dernier exercice, mais de production. En 2012, l'exploitation a été confiée à une association qui avait pour objectif de se transformer en fondation. L'exploitation a dû faire face à deux années de gel en 2012 et 2013 et à de faibles rendements en 2014 et 2015. La banque a signifié à l'association qu'elle ne pouvait plus la suivre. Pour Jean-Christophe Pinson, 3 exercices en déficit, c'était trop : "En 2012, l'association a emprunter 400 000 € que nous avons rembourser, peut-être trop vite. Devant nos difficultés, notre banque nous a tout d'abord demandé de trouver une caution. Nous l'avions imaginé avec une maison de bulles, mais cela n'était pas suffisant. Devant les difficultés et pour que l'exploitation des vignes puisse continuer, nous avons fait le choix de faire appel à un privé qui louerait les vignes. Avant que l'association ne soit dissoute, il restait 270 000 € à rembourser. Deux liquidateurs ont été nommés. Il y a finalement un équilibre entre l'actif, le matériel ou le vin et le passif à la banque."

Suite au prochain épisode.


Article du 22 avril 2016 I Catégorie : Vie de la cité

 


7 commentaires :


Commentaire de Pierre 22/04/2016 17:30:03

Espérons pour ce fleuron, au moins médiatique, que le repreneur pourra développer ce domaine et le mettre au niveau des bons viticulteurs locaux. Je suis étonné de la publication et la durée de l'appel d'offre, je ne pense pas que l’hôpital boucle tous ses dossiers importants en 8j, cela se saurait. N'est-ce pas une crise d'ego de la part de M Pinson qui se croit indispensable aux vignes dont il a surveillé la gestion avec le succès que l'on peut voir sur la place public aujourd'hui?



Commentaire de Limite, limite 22/04/2016 21:12:21

Je pense à Monsieur Choupauvert qui faisait état des sages qui avaient eu de grandes idées. Je crois que là, le directeur de l'hôpital a eu peur que les sanctions arrivent et est très content que ce soit le maire de Saumur qui gère la suite. Comme ça, il s'en lave les mains. Ni vu, ni connu je me casse et me fout que Antoine Cristal se retourne dans sa tombe.



Commentaire de CAMILLE 27/04/2016 07:24:51

Comment un chef d'établissements même peu Brian peut-il omettre la reprise de son salarié dans un cahier des charges .A moins que le dit cahier du projet soit tellement bouclé d'avance que l'on ne le mette pas? mais que l'on demande de reconstruire des murs afin de freiner pas mal de candidat .On nous prenez pas pour des cons dans cette affaire???



Commentaire de sylvie 27/04/2016 13:01:20

Effectivement, je pense que ces deux-là nous prennent nous et l'ensemble de la profession viticole pour des cons.



Commentaire de anne. 27/04/2016 15:15:24

Mais qui va régler l'ardoise ? le président de cette association? le gentil repreneur ? l'hôpital, c'est-à-dire le contribuable? ou bien les deux protagonistes ? que la justice face vite.



Commentaire de devinez 06/05/2016 07:27:42

ou en est on dans cette affaire ?



Commentaire de La rédaction 06/05/2016 07:32:10

Le maire a annoncé que le Conseil de Surveillance devait se réunir à nouveau prochainement


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI