Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte


30 avril : Les minima sociaux en débat public aux Ponts de Cé avec les élus départementaux de gauche

Le groupe des élus de gauche du Conseil départemental, dont les deux élus saumurois Bruno Cheptou et Jocelyne Martin, organise un débat le samedi 30 avril aux Ponts-de-Cé sur l’amélioration de nos systèmes de minima sociaux en présence de Christophe Sirugue, député, ancien Président du Département de Saône-et-Loire, qui vient de remettre un rapport au Premier Ministre : « repenser les minima sociaux, vers une couverture socle ».


Aujourd’hui, la France compte 10 minima sociaux. « Il faut refondre les minima sociaux. Entre l’ASPA (minium vieillesse), l’AAH (handicap), le RSA,… ces aides sont devenues complexes et parfois concurrentes. Soit on se contente de remettre un peu d’ordre, soit on réduit le nombre de ces minima, soit on se dirige vers une couverture socle commune, avec deux types de complément : un tourné vers l’insertion, l’autre vers le soutien aux personnes. C’est ce que préconise le rapport », explique Bruno Cheptou, conseiller départemental du canton de Doué-la-Fontaine.
Le débat de samedi sera principalement axé sur l’insertion et le Revenu de Solidarité Active avec une première table ronde sur le sujet, en présence d’un bénéficiaire du RSA et d’une conseillère en insertion. Christophe Sirugue présentera ensuite les grandes lignes de son rapport avant un temps d’échanges avec le public.
Pour le groupe de gauche, "remettre les gens dans une dynamique où le travail a un sens et permettre aux allocataires de voir leur situation s’améliorer est prioritaire par rapport au simple versement d’allocations. Il faut une ambition nouvelle en matière d’insertion".

Des améliorations mais insuffisantes

« Cette matinée d’échanges concerne chacun et s’inscrit dans le cycle actuel des négociations entre l’Etat et les départements. Cela fait 10 ans que nous attendons qu’un gouvernement aborde sérieusement ce problème. Depuis 3 ans et les mesures « Ayrault » pour financer le RSA, il y a eu des améliorations, mais ce n’est pas suffisant. Il faut continuer de pousser pour obtenir d’un côté la recentralisation du financement du RSA, de l’autre que les départements assument beaucoup mieux leur mission d’insertion », indique Grégory Blanc, responsable du groupe des élus de gauche.
En effet, en 2015 le financement du RSA en Maine-et-Loire, c’est plus de 5,5M€ de recettes supplémentaires suite aux mesures « Ayrault » sur les droits de mutation contre 4 M€ de dépenses nouvelles, soit une baisse réelle du reste à charge de plus d’1,5 M€ contrairement aux discours tenus ici et là pour détourner des vraies questions. Pour autant, près de 35 M€ d’euros demeurent toujours non compensés, la décentralisation dite Raffarin de 2004 du RMI-RSA s’inscrit donc au cœur des négociations entre Etat et collectivités, le rapport Sirugue et la simplification des minima sociaux devenant un élément fort de ces discussions.

Infos pratiques : Samedi 30 avril de 9h à 13h, salle Emstal aux Ponts-de-Cé - Entrée libre et gratuite


Article du 27 avril 2016 I Catégorie : Politique

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !

page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur du cheval blanc d'Henri IV après qu'on l'ait peint en vert ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI