Le Kiosque Info
pub
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Cinéma Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte


Le centre de déradicalisation de Beaumont-en-Véron sera bien ouvert avant l'été prochain

Le Premier Ministre l'a annoncé ce lundi à Matignon : dans le cadre du renforcement de la lutte contre le terrorisme, chaque région devra disposer d'un centre de déradicalisation d'ici à la fin 2017. Et le premier à ouvrir sera bien en Région Centre, à Beaumont-en-Véron, entre Saumur et Chinon.



Les 600 signatures de la pétition « Radicalement contre le Centre de déradicalisation à Beaumont-en-Véron » n'auront pas suffi (notre article du 09/04/2016) et les élus ont dû être entendus quant à leurs conditions d'accueil (notre article du 15/03/2016) : le 1er centre de déradicalisation ou plutôt de "réinsertion pour personnes radicalisées ou susceptibles de basculer dans le djihadisme" en France sera bien ouvert à Beaumont-en-Véron, en lieu et place du CEFP de Pontourny. Et ce sera le premier en France avant la création d'un par région d'ici à la fin 2017. C'est ce qu'a annoncé le Premier Ministre Manuel Valls ce lundi lors de la présentation à Matignon de son plan de lutte contre le terrorisme, faisant de celui-ci plus que jamais un enjeu national. Ce plan, qui est doté d'une enveloppe de 40 millions d'euros supplémentaires d'ici 2018, vise à doubler en deux ans les capacités de prise en charge des jeunes actifs dans les réseaux djihadistes ou susceptibles de rejoindre leurs rangs.

Premier centre confirmé à Beaumont-en-Véron

"La lutte contre le djihadisme est sans doute le grand défi de notre génération", a déclaré le premier ministre, entouré de plusieurs ministres, dont Bernard Cazeneuve (Intérieur) et Jean-Jacques Urvoas (Justice), lors de la conférence de presse à Matignon. Le premier centre sera "mis en place cet été", a confirmé Manuel Valls, "et il sera en Indre et Loire", à Beaumont-en-Véron. Et d'ajouter que les premiers accueillis "pourront être des repentis dont nous éprouverons la sincérité et la volonté de réinsertion dans la durée". "Au moins la moitié" des futurs établissements accueilleront "à la demande de l'autorité judiciaire", des personnes "qui ne peuvent pas être placées en détention", a précisé le premier ministre.
Le programme, lui, est construit sur «un modèle à deux pieds» : la resocialisation des jeunes «dans le modèle républicain», avec des programmes d'apprentissage devant «les occuper du matin jusqu'au soir», mais aussi du sport, et le travail psychologique, individuel et en groupe, pour les amener à «douter», à «se réapproprier leur esprit critique». Ce programme ferait appel à des spécialistes et intervenants extérieurs de tous bords, en plus du personnel actuel de Pontourny qui, s'il accepte sa «reconversion», bénéficierait d'une formation de juillet à septembre. Le cursus de ces volontaires à la déradicalisation serait émaillé de «séminaires sur le fait religieux et la laïcité».

Les élus chinonais entendus

Les élus, par la voix de Jean-Luc Dupont, Maire de Chinon et Président de la Com Com Chinon Vienne et Loire s'ils ne s'étaient pas totalement opposés à cette transformation du l'ancien site du CEFP de Pontourny en centre de déradicalisation, avaient pour le moins mis des conditions : Tout d'abord pas de passage en force de l'Etat avant concertation avec les syndicats et organisations professionnelles. Autre condition "que ce soit un centre de prévention de la radicalisation, à savoir qui accueille des jeunes, issus de tous milieux dont les parents ont composé le numéro vert et fait part de leurs inquiétudes de voir leurs enfants tomber aux mains des rabatteurs". Pas question pour eux d'accueillir un des deux autres types de centres, à savoir, "ceux qui vont accueillir des jeunes qui reviennent des Pays du Proche Orient et ont été au combat, ni ceux centres qui vont accueillir des jeunes en instance de départ", nous avait déclaré Jean-Luc Dupont. Enfin, ultime et incontournable condition : "l'association au projet des personnels du site actuel, tant en matière de réflexion que de formation, qui devront se prononcer pour une volonté ou non d'accompagnement" (notre article du 15/03/2016). D'ores et déjà, 26 des 37 salariés restants au centre (dont les éducateurs spécialisés) ont fait acte de candidature pour continuer à travailler à Pontourny.
En cette fin de journée, Jean-Luc Dupont a rendez-vous avec le sous-préfet.


Article du 09 mai 2016 I Catégorie : Vie de la cité

 


8 commentaires :

09/05/2016 21:03:07 Commentaire de bellimontoise

Pas de passage en force!!!! tout est déjà acté et nos élus ont baissé leurs culottes devant le gouvernement!!! Sans aucune concertation ni réunion d'information avec la population avoisinante. On ne parle plus de gens en cours de déradicalisation mais de repentis donc des gens déjà endoctrinés, fichés et et vous croyez que les immams salafistes vont les abandonner comme çà.... Honte à nos élus locaux qui pour sauver 35 emplois prennent en otages 300 personnes qui habitent autour de ce centre


09/05/2016 21:06:10 Commentaire de L'oiseau

Je suis très choqué par la beauté du lieu . Comparé au logement de nombreuses familles qui essayent d'avoir une vie descente dans des taudis. Il aurait mieux valu des mobilshomes !


09/05/2016 22:13:15 Commentaire de un quidam

Je ne le sent pas. Depuis quelque temps je sent un malaise concernant les musulmans, ce genre de centre sent la goute d'eau qui va faire débordé le vase des racistes, ma première pensé a été que le risque de revenir aux ratonnade comme avant grandit, j'espère que cela n'arrivera pas.....


10/05/2016 07:48:59 Commentaire de MDR

que de geignement, cela montre le nombrilisme de la société actuelle (le surtout pas chez moi !)


10/05/2016 11:32:48 Commentaire de Martin

Très bonne initiative... Bonne chance à celles et ceux qui vont prendre en charge ce centre.


10/05/2016 13:00:21 Commentaire de Et il habite où?

Et il habite où MDR prompt à juger les autres si facilement?


11/05/2016 12:27:43 Commentaire de Rebelle

Un bien fait ,ils seront "dèradicalisés" aux rillauds et vin de chinon


14/05/2016 20:46:01 Commentaire de guède

et rebelle : si ca suffit pas y a un autre genre de centre à Savigny en Veron !!!


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la première lettre de cette question ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI