Le Kiosque Info
pub
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte



HIT 2016 à Saumur : Une pépinière de talents et d'idées...Mais encore du chemin à faire

Ce jeudi 19 mai, en marge du Concours Complet International de Saumur, se tenait la première édition des HIT, Horse International Talks à Verrie, visant à faire de Saumur, la capitale du cheval ET de l'innovation (notre article de présentation du 25/03/2016). Une grosse soixantaine de personnes était présente et pour cette première édition inédite au monde dans le domaine équestre, 10 talks (témoignages) de haute facture, tous plus riches les uns que les autres...Et à la marge quelques améliorations à apporter. Récit de la journée.

Jean-Marc Piednoir, inventeur de la 1ère caméra embarquée


Environnement, architecture, design, numérique, économie collaborative, communauté, réseaux … Les HIT de Saumur ont brossé tous les aspects pour faire en sorte que la filière équestre passe de la tradition à l'innovation. Et ce ne sont pas moins de 60 personnes, professionnels de la filière mais aussi financiers, avocats, experts comptables, vétérinaires, fonds d'investissement, éleveurs, fabricants ou encore cavaliers et même représentants de la fédération française sans oubliés les quelques rares édiles locaux, financeurs de l'événement qui étaient présents à cette première édition des Horse International Talks. 4 heures durant, sous forme parfois d'un show-room, 10 témoins, de créateurs de startup à experts, se sont succédé sur la scène de l'espace dédié surplombant la petite carrière de l'hippodrome de Verrie où se déroulait l'épreuve de dressage. Un leitmotiv : l'innovation ! Car comme l'a signifié le Président de Région Bruno Retailleau, venu honoré l'événement en coup de vent le temps d'une allocution au cours de l'après-midi : « C'est grâce à l'innovation que l'on peut rebondir. Les activités qui oublieront ce monde qui mêle l'internationalisation à l'innovation seront à ranger au musée. Et ce que nous faisons pour l'industrie, nous pouvons le faire dans la filière équestre (…) Et pour cela on doit partir d'un enracinement et il est ici. »

Un concentré d'intelligence

Mais reprenons le fil de l'après-midi... C'est Jean-Christophe Dupuy, le directeur du Comité Equestre, grand initiateur des HIT qui a ouvert cet après-midi ensoleillée : "Je ne sais pas si vous vous rendez- compte du concentré d'intelligence, d'énergie et d'inventivité qu'on a rassemblé ici (...) On va révolutionner le monde du cheval." Vidéo 1'04"




Le cheval, une vraie incubation

S'en est suivi, Frédéric Tarder Directeur de la publication de l'Eperon, 1er magazine de la filière en France et en Europe, partenaire logistique des HIT qui s'est félicité de ce partenariat : " Si on est à Saumur aujourd'hui c'est parce que le cheval c'est une vraie incubation."(...) "Maintenant, avant de passer la main, posez-vous juste une question : le cheval c'est une niche, nous évoluons dedans, est-ce que nous n'allons pas devenir une sphère dans laquelle nous allons vivre avec le cheval ?" Vidéo 1'48"



Aubade à l'innovation

Enfin place aux talks. Et en prélude, une aubade à l'innovation de Cyril de Sousa Cardoso, Co-Fondateur d’un fond d’investissement dédié aux startups du sport, juste pour mettre dans l'ambiance et nous rappeler, Lego en main, que "la relation, les réseaux sont la clé de l'innovation et que le Saumurois possède cette chance d'avoir cette relation." Vidéo 2'23"



Ecuresponsabilité

S'en sont suivi une dizaine de témoignages. En premier, la directrice du conseil des chevaux de Normandie, Lola Quitard, parlant du label Ecures, incitant à "des démarches vertueuses tant pour la maîtrise des flux, la préservation des ressources et de biodiversité que de la qualité des sols et de l'eau" et concluant son propos en appelant tous les acteurs de la filière à être "écuresponsable".

Parlons de décor...

Puis parole au secteur de l'architecture, avec Nicolas Jan-Ailleret du cabinet Architracks, nous présentant "l'écurie du futur" qui concilie rentabilité, qualité, bien-être et respect des êtres et de l'environnement. S'en est suivi le design, le designer étant aux dires de l'intervenant, Max Granet, « l'architecte du milieu de l'objet » et « sa force étant liée à la sémiologie », bref son rôle étant de moderniser la tradition, comme il lui a été donné de le faire pour les nouvelles selles des écuyers du Cadre Noir.

Le recours aux professionnels incontournable

Le 4ème témoignage fut pour le moins détonnant : « L'aristocrate » comme elle se qualifie elle-même, Anne de Sainte Marie, « une enfant de la balle » tombée dans le cheval dès sa naissance et issue de la famille propriétaire du haras de la Cense, leader de l’équitation éthologique et créateur de la méthode « la Cense » qui place "le bien être du cheval au cœur des préoccupations du cavalier et diffusant des valeurs d’hommes de chevaux", bref une philosophie de famille fondamentalement engagée dans l'innovation et qui passe par la reconnaissance des professionnels, à quelques niveaux qu'ils soient.

Enfin le numérique...

Place ensuite au numérique avec le témoignage de Benoît Blancher, fondateur d'Equisense pour qui cette technologie apporte "précision et fiabilité d'analyse via la construction d'une intelligence de données au service du cheval mais aussi source de partage et de valeur ajoutée pour tous les métiers intervenants, du vétérinaire au propriétaire en passant par le maréchal-ferrant et le cavalier." Selon lui un frein éthique cela étant : "de quel numérique voulons-nous pour la filière ? Car l'équitation connectée devra toujours aller dans le sens du cheval, la technologie ne devant pas être invasive", à savoir pas un obstacle entre le cheval et le cavalier. « La filière numérique dans l'équitation doit être un univers ouvert, une plateforme pour faire progresser la cavalier mais aussi le bien-être des chevaux. »

... Mais aussi l'économique...

En continuant dans le numérique et sans oublier l'aspect économique, Jean-Marc Piednoir, gérant de Camboxisis, inventeur de la première caméra embarquée sur le cavalier. Ce petit bijou de 38 gr est scotché sous la visière du cavalier et permet, en filmant tout le parcours, "une économie conséquente de caméras fixées sur chaque obstacle et donc des milliers de km de câbles enterrés et des dizaines de cameramen, avec qui plus et une retransmission en quasi instantané." Du pain béni pour le streaming ! L'ambition : "Développer une gamme low cost pour véhiculer des émotions et les faire partager largement."

… En passant par l'économie collaborative

Et l'économie collaborative s'est également invitée à ces HIT avec dadavroum.com. Florent Moussu, co-fondateur du site internet avec sa famille voulait juste répondre aux besoins de ses filles : "réduire les coûts de la pratique équestre ! Car quand on part en compétition, il faut du matériel, en commençant par un van pour transporter sa monture ! Et sur les 2 millions de cavaliers qui existent en France, 700 000 licenciés, seulement quelques milliers de vans qui ne servent que peu de temps ! Alors pourquoi ne pas mettre en relation des propriétaires de véhicules et des utilisateurs ?" De cette idée, est né dadavroum.com, le plus compliqué ayant été de trouve un assureur. Mais c'est fait. « Reste à la communauté des utilisateurs d'en faire son devenir », espère Florent Mossu.

La musique à l'oreille des chevaux...et du cavalier

Enfin, dernière thématique forte, celle de la communauté. Et c'est avec Horse Com que les témoignages se sont terminés. Le trentenaire normand Hugo Kajdas n'est pas un cavalier. Il est ingénieur en électronique, diplômé d'une école de commerce et musicien. Sa sœur est cavalière de Complet. Pour lui, « l'innovation est une histoire d'amour. » Et parce que sa jeune sœur ne parvenait pas "à être en véritable osmose avec son cheval", il a pensé s'appuyer sur la musique classique dans l'oreille du cheval, source de quiétude. Au départ donc juste un simple bonnet. Puis en allant plus loin, mettre le cavalier dans la même bulle en créant un casque audio. Au final, "un système de communication sans fil entre le cavalier et le cheval, les deux écoutant la même musique et vivant dans le même tempo." Ainsi, à partir de son smartphone, le cavalier et le cheval disposent de la même musique et la voix du cavalier parvient aussi aux oreilles de sa monture. Il se crée ainsi une bulle de travail favorisant la concentration de l'animal. « Une vraie nouveauté pour le développement de la pratique de l'équitation grâce à la musique mais aussi pour le bien-être du cheval.»

L'innovation, une question de rencontres

En conclusion Jean-Christophe Dupuy de le signifier : « L'innovation n'est jamais question de technique ou de technologie mais de rencontres. L'innovation ne se fait jamais seul ou sans relations et 'est bien cela le sens des HIT. C'est une communauté et c'est grâce à ces relations qu'on va tous construire ensemble et passer de l'état de projet à l'état d'action pour que le monde du cheval devienne meilleur. »

Témoignages à l'issue du show-room

Jean-Christophe Messina, Directeur du Cabinet Audalom : « Cette première est une totale réussite. Tous les ingrédients étaient présents : forte participation, interventions d'acteurs publics et privés illustar ouverture et l'évolution du monde équestre et enfin la communauté, mouvement en train de se créer grâce à Jean-Christophe Dupuy pour parler de la relation et que territoire soit mis en avant. Les HIT sont les ambassadeurs de la transformation du monde équestre, entre un monde hyper traditionnel et classique. Cela vient bouleverser les codes et surtout qu'on ose parler d'internationalisation à Saumur ! Ma seule crainte, c'est de savoir comment cela va perdurer, au regard notamment de l'individualisme du monde équestre. Aujourd'hui c'est un essai qu'il faut transformer. »

Eric Giraud, Président de la Chambre Syndicale du Commerce des Chevaux de France : « Un chose est essentielle, c'est que tous les utilisateurs de la filière aient accès aux circuits professionnels. Via cette journée, on se rend encore plus compte qu'il y a des développements fantastiques dans ce monde plein d'histoire qui aujourd'hui doit s'adapter aux modifications sociétales et devancer le progrès. Ici en Pays de la Loire, il y a un capital économique cheval formidable, reconnu de par le monde. Mais là où nous sommes encore pauvres, c'est dans le domaine de la communication et de la commercialisation. Cela étant aujourd'hui j'ai été ravi de côtoyer des jeunes culottés, qui osent. Il y a ici une voie royale. »

Frédéric Labrousse, responsable local du groupe d'expert-comptable CERFRANCE : « Que d'interventions enrichissantes avec un panel de jeunes créateurs. Une évidence ; la nécessité de mettre en relation et de créer des synergies. Sans réseaux, pas de développement possible. Il faut croire en l'avenir de cette filière ici comme nous y croyons ailleurs pour d'autres et créer des espaces pour les retrouver. Je suis content d'avoir rencontré quelqu'un ici issu du domaine de la domotique. »

André Bouvier, conseil en stratégie d'entreprise du secteur, cabinet Horse Developpement basé à Lyon : « Je suis venu tout exprès, ayant des clients dans le secteur. J'ai trouvé ces échanges assez pro, les témoins ayant beaucoup travaillés leurs interventions, et surtout sans l'apport de power points, avec beaucoup de vécu et une grande diversité de témoignages. La dynamique est intéressante et je ne vais pas manquer de sensibiliser un de mes clients, spécialisés dans les objets connectés, pour participer. Je vais me faire ambassadeur de ces HIT » Et pourtant, même s'il fut ravi, il déplore : « Moi qui ne suis pas du monde équestre ni de la région, je suis venu un peu en tant qu'éclaireur et j'avoue avoir eu quelques déboires. Après avoir eu bien du mal à trouver où cela se passait, j'ai regretté de ne pas avoir un 4x4 pour venir sur le site : je me suis enfourché sur une souche d'arbre sur le parking VIP ! Bref, si on veut faire une plateforme ouverte et accessible, il faut y mettre un peu plus de moyens en communication. »

Jean-Michel Marchand, Maire de la ville de Saumur, financeur du Comité Equestre : "C'est une excellente initiative que nous avons bien d'avoir été les premiers à prendre. Nous avons vu et entendu quelques projets et réalisations très intéressants et tout l'intérêt pour nous collectivités, c'est qu'au nombre des témoignages, il y avait certes des innovateurs mais aussi des financeurs. Au final l'essentiel pour nous, c'est bien de nous poser en tant qu'incubateur et ouvrir nos espaces à des gens qui ont des idées, leur donner les moyens de les développer, tout en regardant aussi ce que nous avons chez nous pour des gens qui ont des choses à proposer. Car dans ce qui a été présenté, si je prends l'exemple de cette caméra emportée, cela va bien au-delà du secteur équestre ou encore du sport." Et le Maire de conclure : "Je crois que le grand message de cet après-midi très riche, ce fut bien l'innovation. Et j'ai été particulièrement interpellé par le message du premier intervenant, un financeur (NDLR : Cyril de Sousa Cardoso, Co-Fondateur d’un fond d’investissement dédié aux startups du sport - Vidéo ci-dessus), qui a bien rappelé que l'innovation nait de de la mise en relation de choses déjà existantes. C'est en les rassemblant qu'on crée quelque chose de nouveau, bref on ne part pas de rien mais de ce qui existe. C'est cela l'intelligence de l'innovation et c'est la-dessus que nous aurons à plancher."

Plus d'infos, les interventions en vidéo,... http://www.horseit.fr


Article du 20 mai 2016 I Catégorie : Vie de la cité

 


2 commentaires :


Commentaire de a.girardeau 21/05/2016 08:06:15

Un pied noir aie aie aie ma parole mon frére.J'espere qu'on va pouvoir manger le couscous boulette.Un regal.



Commentaire de Benoît 21/05/2016 13:33:13

Un peu limite la remarque de monsieur Girardeau. Ça méritait d'être publiée ?


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI