Le Kiosque Info
pub
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte



Pendant 4 mois, Agnès Thurnauer investit le Château de Montsoreau

Agnès Thurnauer, artiste Franco-Suisse de renommée internationale qui a eu l’honneur d’accrocher une galerie de portraits féminisés sur le mur d’entrée du Centre Pompidou pendant deux ans puis au SAM de Seattle et au CCBB de Rio de Janeiro, investit le Château de Montsoreau (relire notre article) du samedi 25 juin au mardi 25 octobre 2016. Son œuvre protéiforme la rend inclassable dans l’univers artistique contemporain et donne tout son sens à l’exercice rétrospectif. Présentation de cette artiste...



La réponse qu’Agnès Thurnauer apporte aujourd’hui est sous la forme d’une histoire, celle de la peinture, qu’elle travestit en féminisant ou en masculinisant les prénoms des plus grands héros de la peinture occidentale. Elle présente dans la plus grande salle du Château de Montsoreau une galerie de Portraits, faisant partie de la série de ceux déjà présentés au Centre Pompidou, offrant un panorama de l’histoire de la peinture allant de Nicole Poussin (tout spécialement réalisé pour l’exposition du 25 juin au 25 octobre) à Andy Warhol, en passant par Roberte Mapplethorpe.

Un nouveau complexe prénom/patronyme

Chacun de ces Portraits « Grandeur Nature », comme les appelle Agnès Thurnauer, est pour le spectateur une occasion de se remémorer, ou de rencontrer une œuvre d’art, et ce, au travers du nom de l’artiste en soulignant la signification et l’importance du patronyme. Ce nouveau complexe prénom/patronyme devient la forme de la peinture, et permet d’extraire la peinture de la notion de genre, de raconter une autre histoire de l’art : une histoire de l’art ou le créateur de l’œuvre n’est plus dans un rôle d’homme ou de femme, mais dans un rôle de peinture. Un rôle dans lequel il ou elle incarne cette peinture qui pourrait bien ne pas avoir de genre. Une façon de dire qu’en tout cas, cette histoire n’appartient pas aux seuls hommes...

Que la peinture soit surprise en train de peindre la peinture

Regarder le promeneur de Courbet en simple visite avec un bâton de Cadere dans sa main, imaginer qu'Artemisia Gentileschi puisse peindre le portrait que Mel Bochner avait peint de Eva Hesse, que la peinture soit surprise en train de peindre la peinture, que le flagrant délit soit celui de la mise en abyme. On peut aisément imaginer ces personnages de la peinture incarnés, imaginer que le voyageur va soudain rougir et lâcher le bâton... ou tout simplement nous regarder et nous le donner, comme un passeur, afin que nous puissions également savoir ce que cela fait de tenir la peinture dans ses mains.

Infos pratiques : « Une histoire de la peinture » par Agnès Thurnauer, du samedi 25 juin au mardi 25 octobre 2016. Le Château est ouvert tous les jours de 10h jusqu'à 19h. En savoir plus sur le site internet : www.chateau-montsoreau.com.


Article du 23 juin 2016 I Catégorie : Culture

 


3 commentaires :

24/06/2016 09:35:30 Commentaire de brugiere

charabia, inconsistance, nullité. une artiste mondialement connue ( soit disant) mais par qui? étale ses croutes. C'est l'apanage du socialisme ambiant que de couvrir les murs de ses oeuvres nullissimes. Ce que je n'admets pas , c'est de salir notre patrimoine , notre identité, notre grande civilisation française ( comme au château d Oisons, comme au centre Pompidou, comme à Montsoreau) avec des croûtes qui ne méritent pas un regard. C'est laid.


24/06/2016 17:06:38 Commentaire de @ brugiere

pourriez-vous s'il vous plait nous éclairer sur ce qui est digne d'être regardé vous qui semblez avoir le monopole du bon goût? Ou bien admettez que vous n'avez pas une culture artisitique si développée que celà et laissez les autres libre d'apprécier (ou non) ce qu'on leur propose...


24/10/2016 17:15:20 Commentaire de Rebelle

Vous semblez monsieur être un grand connaisseur,vous possédez surement une culture artistique que monsieur Brugiere ne semble pas avoir d'après votre expression ,permettez lui d'avoir son opinion .Peut être aime t'il comme moi la peinture du XIX et XX iem siecle Peut être aime t'il à s'imaginer entrer dans un tableau d'une grande profondeur dans le paysage peint ou sur une nature morte l'envi de saisir un fruit ,une fleur ,une oeuvre vous prend ,vous saisi.Il est difficile de retrouver dans l'art contemporain en France ces élans de coeur ,les galeries en général nous imposent un art du vite fait un art de rapport immédiat ,un art qui passera ,mais ne restera pas dans l'histoire avec un grand H.... Pour retrouver cet art que j'aime, je suis obligé de regarder vers la russie ou les peintres ont encore cette merveilleuse technique du détail ,de la clarté ;de la luminosité...J'ai rencontré sur Saumur à la galerie hémisphère une artiste qui réalise de merveilleuses toiles ou pastel digne des maitres anciens (,ses maitres) cette peintre à un blog qui m'enchante et me permet de voir et d'acquérir quelques oeuvres pour mon plus grand plaisir


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur du cheval blanc d'Henri IV après qu'on l'ait peint en vert ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI