Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte


Après le Brexit, c'est le « brouillard complet » pour les vignerons saumurois

Le 24 juin dernier, l'Europe entière se réveillait choquée du fait des résultats du référendum sur le Brexit. Finalement les anglais ont répondu favorablement à une sortie de l'Union Européenne. Même si beaucoup d'entre eux regrettent déjà leur choix, les conséquences économiques se font déjà ressentir, y compris dans le monde du vin. Les vignerons saumurois eux aussi sont touchés, comme le montrent les réponses que nous ont apportés Ackerman, le Domaine Bobinet et le Domaine Filliatreau, qui exportent une partie de leur production vers l'Angleterre.


C'était jeudi 23 juin. Les britanniques ont répondu vouloir quitter à 51,89% l'Union Européenne. Les conséquences économiques ont été ressentis immédiatement, avec la chute de la Livre Sterling, désormais moins forte que l'Euro. Etant donné que la France et le Royaume-Uni sont des partenaires commerciaux très importants, l'Angleterre étant le 5ème plus gros clients de la France, les conséquences économiques pour notre pays pourraient devenir rapidement très importantes. Et cela, y compris dans le secteur viticole, secteur essentiel pour l'économie saumuroise. Et cela car le Royaume-Uni est le deuxième importateur de vin français au monde en valeur (après les Etats-Unis) et le second en volume (après l'Allemagne). Déjà que les vins saumurois subissaient la concurrence des vins australiens et chiliens, moins chers, les conséquences pourraient être dramatiques pour notre économie locale.

Le « brouillard complet » pour les vignerons saumurois

Les caves Ackerman, grand exportateur de vins pétillants en direction du Royaume-Uni, déclarent : « Nous sommes inquiets pour l'avenir. Nous avons déjà reçu de nombreux mails alarmants de nos clients d'Outre Manche. On a déjà des problèmes à court terme, avec le taux de change qui est désormais bien moins favorable à l'importation pour les anglais. On est inquiet sur l'avenir avec des barrières douanières qui pourraient réapparaître. De plus, ils pourraient choisir de diminuer voire même de stopper les importations! ».
Au Domaine Bobinet à Dampierre, même inquiétude. Emmeline Calvez se dit « très très inquiète car les anglais sont de très bons clients. Avec cette monnaie qui se dévalue, le pouvoir d'achat des britanniques va baisser, ils achèteront sûrement moins de vin étranger. De plus, nous étions en train d'augmenter les volumes, notre prévisionnel avec eux augmentait... Désormais, tout cela devient caduque. ».
Fredrik Filliatreau, vigneron du Domaine Filliatreau, se dit lui « dans l'expectative. Je me pose des questions. Que vont devenir les échanges ? Les taxes vont-elles augmenter ? Et donc les ventes baisser ? Actuellement on est dans le brouillard complet. De plus, avec le chute de la Livre, le vin devient plus cher, et cela n'est pas bon pour nos ventes. Désormais, on a peur de la tension entre la France et le Royaume-Uni, et que les anglais se vexent. Cela pourrait réduire à néant nos partenariats commerciaux avec eux. »

« Je suis personnellement furieux », les mots de Jason Yapp, importateur anglais

Jason Yapp, importateur de vins français au Royaume-Uni, travaillant notamment avec le Domaine Filliatreau, se dit « personnellement choqué par ce référendum. C'est très triste, personnellement je suis furieux. Le problème immédiat c'est que la livre est faible, et que donc tout est plus cher. En outre, l'instabilité n'est jamais bonne pour le business. On le voit actuellement, ici, tout le monde est plus prudent. Les gens se rendent moins dans les bars ou les restaurants... » Néanmoins, il se veut rassurant pour l'avenir : « Nous travaillons avec des producteurs français depuis les années 70, c'est à dire avant l'accession du Royaume-Uni dans l'Union Européenne. Nous souhaitons à tout prix poursuivre cette relation commerciale. Pour le court terme, rien ne va changer dans notre processus d'information. Il faut attendre de voir comment le Brexit va se dérouler, mais nous importons déjà des vins depuis des pays hors de l'Union Européenne sans difficulté importante. Nous avons un partenariat avec un vigneron australien depuis 25 ans ! »


Article du 30 juin 2016 I Catégorie : Vie de la cité

 


2 commentaires :


Commentaire de Zarak l'Apatride 30/06/2016 18:51:22

Quelle connerie! Comme si ça allait changer quelque chose!! On fait du commerce avec l'Angleterre depuis toujours (ou la guerre, c'est à voir), ce n'est pas le brexit qui va remettre en cause les intérêts financiers des uns et des autres!!!



Commentaire de Lolo de Pocé 01/07/2016 09:16:45

ce choix des Anglais ne changera rien, notre vin est de qualité et se vendra de la même façon Brexit ou pas. Ce choix de quitter l'UE est celui des Anglais, et bien qu'ils assument jusqu'au bout après tout.


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur du cheval blanc d'Henri IV après qu'on l'ait peint en vert ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI