Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte


L'Abbaye Royale de Fontevraud enfin accessible pour tous et par tous les temps !

Il aura fallu 7 mois de travaux et 510 000 €, financés à 75% par la région des Pays de la Loire, pour rendre l'Abbaye de Fontevraud enfin accessible même en talons aiguille ! Cette première tranche du grand chantier des extérieurs du site royal en appelle d'autres ajustements d'ici à 2020, notamment en termes de circulation verticale et de parkings. Ci-dessous une galerie photos avant-après à découvrir !

Des allées enfin accessibles pour tous et par tous les temps


Après des années de gros chantiers sur la restauration et la mise aux normes des bâtiments, le temps était enfin venu de s'attaquer aux extérieurs, voirie, cheminement et réseaux. C'est ce chantier, entamé il y a à peine 1 an, qui vient d'être terminé : fini les chemins rocailleux pour visiter le site, vous pouvez désormais vous y rendre en talons aiguilles ! "C'est une vraie plus-value pour la notoriété du site notamment en termes d'accueil de tous les publics. Autant que le bâti, cela contribue à la pérennité du monument", se réjouit Régine Catin, Maire de Fontevraud et depuis 2015, Conseillère régionale des Pays de la Loire (au centre sur la photo ci-dessous). Et David Martin, le directeur général du site de confirmer : "Depuis près de 10 ans, la fréquentation du site est en progression régulière de 5 à 6%. Cette année, au 30 juin, nous sommes déjà à + 7% par rapport à juin 2015 !"

Rien avant la fin des interventions lourdes sur le bâti

Alors pourquoi avoir tant attendu pour s'attaquer aux extérieurs ? David Martin, qui est encore directeur su site jusqu'en septembre prochain (notre article), explique : "Depuis les années 70, l'essentiel des efforts sous l'angle des travaux ont porté sur le bâti. Et les espaces extérieurs en ont pâti, résultat de cette focalisation, certes légitime mais ils ont été martyrisés. Et aucun investissements n'avaient été à juste titre prévus, les chantiers devant permettre l'accès de véhicules lourds. Cela aurait été insensé tant que les travaux sur le bâti n'étaient pas terminés. Mais on avait bien évidemment cela en tête. Dès lors, sitôt les interventions lourdes achevées, on pouvait s'attaquer à améliorer les espaces extérieurs."

Un pari technique et environnemental

Ainsi, en 2014, un groupe de travail a été mis en place, avec des représentants de l’État via la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles), la région et de professionnels, afin d'élaborer le schéma directeur d'élaboration des espaces extérieurs et des jardins avec une logique historique, esthétique, d'accessibilité sans oublier d'exploitation. "Et décision a été actée de lancer la première tranche, à savoir refaire la voirie et la circulation horizontale, véritable colonne vertébrale du site, en même temps que tous les réseaux d'eau, d'assainissement et d'électricité mais aussi les espaces verts, jardins et potagers. Ce fut un effort colossal, car il ne s'agissait pas de faire de la cosmétique ou du pansement", explique David Martin (à droite sur la photo ci-contre). "On a fait dans le hard, le structurel, le durable." "Un chantier difficile" le confirmé Manuel Thébault de l'agence Urbaterra, le maître d'œuvre (à droite sur la photo ci-contre). Et d'expliquer : "Nous sommes dans un environnement très sensible, notamment en sous-terrain, avec parfois des surprises comme des débuts de souterrains monastiques, de caves... Bref, pour nous, ce fut un enjeu de performance environnemental et technique." Diminuer l'emprise de la voirie tout en l'améliorant pour redonner la place au bâti et à l'environnement, c'était le pari. Il est gagné, même s'il reste encore des ajustements à faire mais à la marge.

510 000 € de budget

Un chantier qui en aura coûté 510 000 €, financé à 75 % par la région, gestionnaire du lieu, dans la cadre des investissements pluriannuels du contrat de plan, et à 25% d'auto-financement de la SOPRAF, l'organisme qui gère l'Abbaye. Le gros de la dépense, ce sont 320 000 € pour les travaux de terrassement et de réseaux, puis 150 000 € de béton, pavés et autres caniveaux et 35 000 € pour l'aménagement des espaces verts. Et avant que d'aucun ne critique le coût de cet investissement, David Martin de modérer : "C'est en fait assez peu pour un investissement d'une durée de vie de 20 ans minimum. Cela représente 25 000 € par an seulement ou encore un ratio de 115 à 120 € le m²." Qui plus est, la SOPRAF n'étant pas tenue à la même rigidité juridique que les collectivités en termes de moins-disants, elle n'a fait appel pour ces travaux qu'à des entreprises de Maine et Loire : TPPL (Saumur) pour le terrassement, ATP (Brossay) pour les revêtements et Robert Paysage (Écouflant) pour les espaces verts.

Ajustements, nouveaux aménagements et nouveau parking

Le chantier des extérieurs ne s'arrêtera pas là : D'autres tranches avaient été inscrites dans le schéma directeur, à savoir des ajustements au niveau de la voirie secondaire, de nouveaux aménagements des espaces paysagers avec notamment des fontaines, la continuation de la mise en accessibilité, notamment verticale à l'horizon 2020 (avec des ascenseurs) ou encore l'aménagement des 6 hectares du Parc du Logis Bourdon, actuel parking le plus proche de l'Abbaye, avec maintien de 150 places, espaces paysagers et accès direct au monument.
Par ailleurs, à l'extérieur de l'Abbaye, c'est enfin un projet auquel tient particulièrement Régine Catin : un nouveau parking, celui des Perdrielles, situé au niveau de la rocade de la commune. "C'est inscrit dans notre PLU depuis 2011", justifie la nouvelle Conseillère régionale. Et de se réjouir : "Il a été inscrit au nouveau contrat de plan de la région et programmé pour 2017. Avec 150 places et 30 places pour les camping-cars, il deviendra le P1 de l'Abbaye." L'objectif étant que "la commune puisse avoir un minimum de 500 places au global, que les touristes puissent laisser leurs véhicules à l'extérieur et que cela contribue à une réappropriation du village monastique qu'est Fontevraud, le tout en marchant. Bref, faire en sorte que la visite commence avant les portes de l'Abbaye !"

Quelques chiffres :

LINEAIRE DE RESEAUX :
Canalisation Eau Usée remplacée : 60 ml
Canalisation Eau Usée Chemisé : 180 ml
Canalisation Eau Pluviale créé : 700 ml
Fourreaux électriques : 3000 ml

SURFACES :
Béton : 2700 m²
Pavés : 100 m²
Caniveaux pavés : 1000 ml
Gazon : 3750 m²
Plantation : 480 m²

PERSONNES SUR LE CHANTIER :
LOT 1 (Terrassement - TPPL Saumur): 6 à 12
LOT 2 (Béton, pavés, caniveaux - ATP Brossay): 4 à 8
LOT 3 (Espaves verts - Robert Paysage Ecouflant): 3 à 8

Avant-Après, en images



































Article du 16 juillet 2016 I Catégorie : Vie de la cité

 


1 commentaire :


Commentaire de Bernard W 17/07/2016 10:41:37

Fontevraud est la fleur du patrimoine des Pays de la Loire, voire du patrimoine national. Plus qu'un monument historique, c'est un centre culturel avec toute la vie que cela induit. En ces temps de doute sur la valeur de la vie humaine, sur la valeur de la culture, en ces temps de etour à la barbarie, il est important -plus que jamais- de faire d'un tel territoire un lieu de réflexion, d'intelligence, bref, de culture, meilleure arme contre l'obscurantisme. Le Saumurois peut-être fier d'avoir un tel outil dans son environnement.


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur d'une cerise bleue ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI