Saumurois : Premières tendances de la saison touristique 2016

Menace terroriste, attentats, inondations de la fin du printemps, Brexit, climat instable, grèves, manifestations, pénurie de carburants, fin des classes tardive... on pouvait craindre le bilan de la saison touristique 2016. Selon les premières tendances en Saumurois, si la saison a eu du mal à démarrer, elle semble loin d'être des plus mauvaises, à l'inverse d'autres territoires comme annoncée au niveau national... Sauf peut-être pour l'hôtellerie de plein air.

Des animations qui séduisent


« On ne s'en sort pas trop mal », commente Catherine Piton, adjointe de direction de l'Office de Tourisme du Saumurois. Et de rajouter : « Si mai et juin ont été difficiles par rapport à la saison dernière, notamment du fait des conditions climatiques, des inondations ou encore de l'effet attentats, juillet a été beaucoup mieux et on est sur une excellente tendance pour ce mois d'août. Du fait de la sortie tardive de fin d'année scolaire (NDLR le 5 juillet), la saison n'a vraiment commencé que la semaine du 14 juillet. Et depuis, nos indicateurs, à savoir le capteur d'entrées, contacts sur notre site ou par téléphone, sont en hausse par rapport à la saison dernière. » Et quid de l'effet Brexit ? « Nous n'avons noté aucune baisse de la fréquentation de la clientèle anglaise par rapport à l'an dernier en juillet et plutôt une augmentation en août. » En ce qui concerne les demandes, « nous notons une forte augmentation au niveaux des activités nature avec le canoë et la baignade au hit-parade, sans oublier La Loire à Vélo et Vélo Francette qui ont un succès toujours accru. » Et au nombre des bonnes nouvelles cette année, beaucoup de demandes pour les animations et spectacles : « Nous avons la chance d'avoir une offre d'animations d'été particulièrement dense, ce qui plaît beaucoup. »

Le village vacances fait le plein

Pour Sylvain Labrugnas, directeur du village Belambra proche du golf de Saumur, c'est l'euphorie : « Nous sommes full depuis le 10 juillet ! » Mais cela étant de déplorer : « Notre taux d'occupation sur les vacances scolaires est de 90% avec deux semaines tronquées, la première et la dernière, tout cela juste du fait du calendrier scolaire avec des semaines allant du mercredi au mercredi plutôt que du samedi au samedi ! » Côté fréquentation, 98% de la clientèle est française et l'effet attentats « a été totalement transparent. Cela a peut-être même amené du mieux : le fait d'être proche et une petite ville peut expliquer ce fait. »

Hôtellerie : Des attentes déçues


Pour François Chovet, Président du Club des Hôteliers du Saumur et Directeur de l'Hôtel Le Londres à Saumur, « les mois de mai et juin qui étaient prometteurs du fait d'un stock de chambres accru par rapport à 2015 dans le Grand Saumurois, ont été décevants. A n'en pas douter du fait du contexte national et notamment des grèves de juin qui sont venues polluer le climat. Alors qu'on pensait faire beaucoup mieux qu'en 2015, avec notamment la montée en puissance d'Anjou Vélo Vintage, nous sommes passés d'un taux d'occupation global de 63,5% à 62,9% en Mai et de 72,6% à 70,1% en Juin. Et clairement, l'effet attentat a joué en hôtellerie haut de gamme : on a senti une baisse significative de la clientèle nord-américaine (Canada et USA), notamment via les tours opérateurs. Une baisse heureusement partiellement compensée par une clientèle française qui ne sait plus trop où aller en vacances et l'engouement croissant pour le vélo. Pour le reste de la clientèle, je dirais que notre territoire à un inconvénient, c'est qu'il n'a pas une aura suffisante pour attirer de grandes affluences mais dans le même temps, quand il y a une problématique au niveau national, nous sommes relativement épargnés. »

Baisse significative de la clientèle Nord-américaine

Des propos appuyés par François Hamelin, le nouveau propriétaire de l'hôtel château de luxe des Verrières en plein centre de Saumur : « Effectivement, nous qui accueillons des clientèles nord-américaines, avons été très impactés par les annulations, dès le lendemain des attentats de Bruxelles mais aussi de Nice. Ce qui fait qu'au final, c'est globalement 30% de moins et notre taux de remplissage ne dépasse guère les 60, 70%. Et puis il y a eu aussi les grèves. » Pour anecdote de relater : «Un voyagiste américain venu en avion puis en train jusqu'à Saumur en juin a dû repartir en taxi vers Charles de Gaule faute de train retour ! Cela ne fait pas sérieux ! »

Des espoirs pour septembre

Enfin pour ce qui est des mois de juillet et d'août, le Président des hôteliers saumurois se montre prudent : « Je n'ai pas encore de chiffres significatifs et c'est très difficile à estimer du fait de tendances très différentes d'un établissement à l'autre. Cela étant pour ce qui me concerne, je parlerais d'un bon mois de juillet et d'un mois d'août qui sera certainement meilleur qu'en 2015. » Pour ce qui est du mois de septembre, l'hôtelier, s'il reste prudent, il se montre confiant : «Cela se présente plutôt bien, car traditionnellement tout comme en juin, nous sommes sur une belle complémentarité entre la clientèle professionnelle et la clientèle touristique, grâce notamment à Festivini. Ce sont des mois très riches en termes d'animation. »

"Rien ne va" au camping de Montsoreau !


Mais ceux qui ne trouvent pas forcément que la saison n'est pas si mauvaise, ce sont bel et bien les hôteliers de plein air. « C'est une saison qui restera dans les mémoires, mais comme étant très mauvaise », déplore Clément de Carvalho, directeur du camping de Montsoreau. Et d'expliquer : « En mai, les grève et la pénurie de carburants nous a fait perdre près de 15% de clientèle, notamment néerlandaise. En Juin, du fait des crues, ce furent 3 semaines de pertes d'exploitation, puis il y a eu l'invasion des moustiques. Juillet ce fut le plus faible mois que je n'ai jamais fait, avec 10% de moins et surtout, après l'attentat de Nice beaucoup d'annulations de britanniques pourtant des habitués, parlant de « panique ». Août enfin, on est complet, bref aussi bien qu'en 2015 et pour septembre les réservations sont pour le moment en baisse comme depuis plusieurs années, mais on peut tabler sur des « dernière minute ». Bref, rien ne va ! »

Effet Brexit au camping de Saumur

Bernard Tave, directeur du camping Ile d'Offard de Saumur est moins sévère, se contentant de son 90% de taux d'occupation en Juillet et Août avec une durée moyenne de séjour d'une semaine. S'il ne semble pas avoir souffert de l'effet attentats ou encore des aléas climatiques, le camping comptant de nombreux mobil-homes, l'effet Brexit s'est fait quant à lui ressentir avec une baisse notoire de la clientèle britannique. Et de conclure : « Pour ce qui est de la fin de ce mois d'août, de nombreuses réservations de dernière minute avec une baisse des tarifs. Bref la fin de saison est sensiblement la même que l'année dernière en termes de réservations. La différence pour nous se fera au niveau du passage. »

Sites touristiques : manque de régularité


Du côté des sites touristiques, l'ambiance est mitigée. « Cette année n'a rien de comparable avec les précédentes, ce n'est pas régulier du tout» nous confie Catherine Poudret, pour les sites troglodytiques du Musée du Champignon et de Pierre et Lumière. « La saison a commencé tardivement, pas avant la 2ème quinzaine de juillet et nous notons un manque de régularité au niveau de la clientèle individuelle et un net recul de la clientèle groupe. De fait les autocaristes ont du mal à avoir des groupes au complet et ces défections de dernières minutes nous sont fort préjudiciables. Pourtant la météo nous est plutôt favorable : quand il pleut, les gens cherchent à se mettre à l'abri et quand il fait trop chaud, il cherche le frais ! Quoiqu'il en soit, on note une forte affluence des clientèles néerlandaise et allemande, plus qu'à l'habitude. »

L'abbaye de Fontevraud la tête haute

En revanche, l'Abbaye Royale de Fontevraud semble être passée à travers tous les méandres : « Nous avons un bilan plutôt satisfaisant avec une hausse de la fréquentation de 7% en Juin, 10% en Juillet et une même tendance pour Août, » se réjouit Olivier Chable, responsable de la communication. « Cela s'explique à n'en pas douter par un vrai enthousiasme autour des nouvelles animations proposées aux familles. » Et de rajouter : « Si une partie de la clientèle nord-américaine a boudé cette année, cela a été compensé par une forte augmentation d'autres clientèles, notamment belges et espagnoles.»

Caves : Fréquentation en baisse mais satisfaction


Du côté des grandes Caves de Saumur, si la fréquentation a semble-t-il été stable en Mai elle est en baisse les mois suivants : « Globalement chez nous, c'est en baisse sur juin, juillet et août, même si les anglais et hollandais étaient bien présents, » confie Gilles Foulon, directeur des Caves Veuve Amiot. Mais de rajouter : « Cela étant, une satisfaction, notre chiffre d'affaires au niveau des ventes directes est en hausse. »



Article du 23 aout 2016 I Catégorie : Vie de la cité

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la première lettre de cette question ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI