"C'était Ginette", une biographie émouvante de la 1ère députée du Maine-et-Loire

Il fallut attendre les élections législatives de mars 1986 pour qu'une femme soit élue députée du Maine-et-Loire. C'était Ginette Leroux, tête de liste du Parti Socialiste, que la maladie emportera vingt-et-un mois plus tard. Deux journalistes angevins, Patrick Amara et Jean Goblet, retracent sa vie de femme engagée et active, catholique et socialiste, au fil des pages d'une émouvante biographie.

Jean Goblet


Elle avait 45 ans. Le 16 décembre 1987, souffrant d'un cancer Ginette Leroux s'est éteinte. Elle avait vu le jour à Angers dans le quartier populaire de la Doutre, le 24 juillet 1942. Ses deux biographes, Patrick Amara et Jean Goblet directeur départemental honoraire de La Nouvelle République, ont réussi, trente ans après son élection à l'Assemblée Nationale, à se mettre dans les pas de Ginette Leroux, avec précision, rigueur et empathie. Leur attachant récit documenté s'appuie sur de nombreux témoignages, et non des moindres.

Deux anciens ministres témoignent

Deux anciens ministres signent chacun une préface. Catherine Trautmann, proche politiquement et humainement de Ginette Leroux, évoque notamment leurs débuts difficiles de jeunes députées fraîchement élues, dans une Assemblée dominée par les hommes (577 députés dont seulement 34 femmes) : "Cette apprentissage politique fut une expérience heureuse et la source d'une profonde amitié. La personnalité de Ginette était rayonnante et généreuse. Elle travaillait intensément, ressentait avec une grande sensibilité, qu'elle transformait en humour et parfois en indignations, les situations les plus injustes et les plus choquantes."
Quant à Pierre Joxe, il insiste sur le vécu professionnel de Ginette Leroux : "Ginette n'était pas seulement une militante et une élue locale. Avant de devenir députée, elle avait exercé son métier d'assistante sociale. Elle ne ressemblait en rien à ces nombreux personnages politiques, qui de nos jours plus que jamais dans notre histoire, n'ont jamais eu d'autre activité, jamais eu d'autre gagne-pain, jamais eu d'autre profession que politique..."
Assistante sociale, à Trélazé où elle devient maire-adjoint aux cotés du maire communiste Jean Bertholet, c'était pour elle une authentique vocation naturelle. Et même plus, comme le souligne Jean Goblet : "L'assistance sociale était pour elle plus qu'un métier, plus qu'une vocation, tout simplement la façon de vivre qu'elle avait choisie." Députée, Ginette Leroux ne changera rien dans son comportement.

L'une des inspiratrices du RMI

Sait-on qu'elle fut l'une des inspiratrices du RMI, Revenu Minimum d'Insertion ? Venu à Trélazé le 6 mai 2005, poser la première pierre du Centre Social Ginette Leroux, l'ancien Premier ministre Michel Rocard se souvenait : "Elle était une femme fabuleuse. Elle est de celles qui ont inventé le RMI, une révolution dans l'exercice de la solidarité, que nous avions mis un an et demi à penser et à oser." Cette biographie de Ginette Leroux, Jean Goblet la présente ainsi : "Ce livre n'est pas un livre d'historiens. C'est le témoignage d'une femme ordinaire qui n'était pas ordinaire et au destin hors du commun." Pourquoi ce titre familier, "C'était Ginette" ? "A Trélazé la rouge, Trélazé la bleue, personne ne l'appelait Madame Leroux. Trélazéens d'en haut, Trélazéens d'en bas avaient oublié son patronyme. Pour tous, C'était Ginette. Un prénom chargé d'estime et d'un pesant d'affection."

"On ne remplace pas une telle personnalité"

Les élections législatives du 16 mars 1986 se sont déroulées, pour une fois sous la Ve République, intégralement au scrutin proportionnel par département et sur un seul tour. Au décès de Ginette Leroux, le suivant sur la liste était l'élu socialiste saumurois Jacques Percereau qui devint alors député. Il déclarait à l'époque à La Nouvelle République : "Je suis K.O debout. Je suis appelé à remplacer Ginette Leroux. Mais on ne remplace pas une telle personnalité : son charisme rayonnait sur tous ceux qui l'approchaient." Le destin sera également cruel avec Jacques Percereau qui décèdera sept ans après Ginette Leroux, victime d'une noyade aux Sables-d'Olonne.

"C'était Ginette", de Patrick Amara et Jean Goblet, aux Editions du Petit Pavé, 157 pages,16 euros. www.petitpave.fr
Jean Goblet dédicacera la biographie de Ginette Leroux à Noyant, salle du COSEC, rue des Sports, le dimanche 11 septembre de 10h à 18h, lors de la Journée artistique et littéraire noyantaise.




Article du 03 septembre 2016 I Catégorie : Vie de la cité

 


1 commentaire :


Commentaire de bernadette fourré-jousselin 03/09/2016 18:59:42

MERCI à VOUS de ne pas l'oublier ainsi que Jacques Percereau, il sera difficile à l'avenir de leur ressembler



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI