Navigation sur Loire : la future étoile du tourisme local ? Ils en sont convaincus.

Après avoir été oubliée des décennies, la Loire est redevenue tendance. le phénomène est culturel. Il s'est enraciné dans le patrimoine avec l'histoire de ses toues traditionnelles. Et le plaisir nature, le calme et la sérénité qui se dégage d'une balade en Loire correspondent à l'air du temps : la recherche de bien être et de plénitude... Denis Rétiveau et Bernard Henri font la Loire chacun à leurs manières. Leurs bateaux et leurs clientèles ne sont pas les mêmes, mais ils en sont persuadés, la Loire est la future étoile du tourisme en Saumurois...

Bernard Henri et Denis Rétiveau


Il y a des engouements touristiques, parfois, qui marquent le temps. Les plus âgés d'entre vous s'en souviennent. Dans les années 80, l'association Carrefour Anjou Touraine Poitou décidait de dynamiser les troglodytes. Avec Madame Joly à Rou Marson, un livre de cuisine historique ressortait des oubliettes et un petit pain chaud à garnir était réinventé : la fouée... La mode était lancée, les fours à pain, les troglos rénovés et l'histoire réécrite. Les restaurants en cave, depuis, se sont multipliés comme des petits pains et nourrissent le tourisme local...

Au tour de la Loire ?

Quand "Vent de travers" et ses amis rénovaient la Pascale Carole dans les années 1990, ce n'est pas certain qu'ils aient imaginé que la Loire devienne aussi populaire. Les toues cabanées, ces bateaux à fonds plats disparus avec le commerce fluvial au début du XXe siècle reprenait, alors, le fil de l'eau. Petit à petit, on les a vu repeupler les berges du fleuve sauvage. "Chaque année, on en compte une dizaine de plus entre Montsoreau et le Thoureil", explique Denis Rétiveau qui propose des balades intimistes sur ses toues "l'Etoile qui rit" et "la rêveuse". La Loire, lui, le vigneron, il l'a rencontré il y a une dizaine d'années avec un de ses proches. Il s'est acheté un premier bateau, puis un second, un troisième, etc, etc. Jusqu'à, aujourd'hui, où il propose des parcours en Loire pour des petits groupes. Il ne peut pas en vivre mais il justifie cet investissement pour sa passion comme un complément à son autre métier, vigneron : "Une toue coûte au moins 50 000 euros, il y a les visites de sécurité très cher, l'entretien aussi est assez coûteux. Ce n'est pas rentable comme activité principale. C'est plus, pour moi, un moyen de faire la promotion de mes vins". Et cela marche, on voit Denis Rétiveau et ses vins du Domaine des Champs Fleuris, un peu partout dans la presse. "Cette année, j'ai du avoir une trentaine de publications dans les journaux un peu partout dans le monde. La dernière visite en date a été pour Détour en France, pour un article qui sera publié en mars. Grâce à ces articles, j'ai des retours. Un tour opérateur belge, par exemple, m'a contacté pour qu'on puisse établir un partenariat pour ses clients "hauts de gamme". Cela devrait se faire. Remarquez, les balades et repas que nous proposons sur la Loire en partenariat avec le restaurant Diane de Méridor, c'est quand même pas super", conclut le vigneron sous influence de la Loire. Et les retours ne sont pas que pour lui, la dizaine de semi pros qui proposent des services sur l'eau dans le grand Saumurois ne se plaignent pas.

Le Saumur Loire a le vent en poupe

Bernard Henri, ancien militaire de carrière a lui aussi été touché par la grâce de la Loire. Le pari était un peu fou quand il a racheté il y a cinq le bateau Saumur Loire à la ville de Saumur qui n'arrivait pas à le rentabiliser. La collectivité qui avait construit ce bateau pour développer son image avait alors décidé de le confier à un privé. Bernard Henri y croyait, il y croit encore plus aujourd'hui : "Malgré, le mois de juin où nous avons perdu 40% de notre chiffre à cause des crues, nous devrions réaliser une année identique à celle de l'année passée qui était très bonne. Nous serons autour de 15 000 passagers cette saison. Le week-end du 15 août, sur 3 jours, nous avons transporté 750 personnes." Pas mal, mais Bernard Henri ne compte pas s’arrêter là. Il va présenter ces jours ci son entreprise aux normes ISO. Pour le marinier, la démarche a été naturelle : "Pour nous, cela a été un moyen de poser notre réflexion et d'avancer. Nous avons mis des process en place qui fonctionnent. Par exemple, l'ouverture de notre boutique a fait partie de cette réflexion. Désormais, l'expérience de Loire commence rue Bonnemère pour nos visiteurs.".

La ville coupée de la Loire

L'ouverture de la boutique de Bernard Henri a été un moyen de se rendre visible. Partout en France, les croisiéristes proposent des billetteries à côté de leurs bateaux. Pas à Saumur, l'espace n'est pas visible. Pour le capitaine du Saumur Loire, l'urbanisme à Saumur a oublié la Loire pendant des décennies : "Faites attention la prochaine fois que vous irez place de la République. Vous remarquerez que vous ne voyez pas qu'il y a la Loire et son bateau à 50 mètre de l'hôtel de ville. Dans les réflexions d'aménagement futurs, il faudrait que cela soit pris en compte.".

Des raisons de croire au développement

Et Bernard Henri d'aller un peu plus loin sur le sujet du développement du tourisme. "Vous conviendrez que le Château, tel qu'il est actuellement n'est pas une grande force d'attraction pour le tourisme. La Loire, elle, est devenue un atout fort." Bernard Henri y croit et voit même dans l'avenir une forte croissance pour son entreprise : "En ce qui nous concerne, nous avons un potentiel de 50 000 personnes telles que nous sommes là. C'est tout à fait possible d'arriver à ce niveau. Pour s'en convaincre, il suffit de regarder ce qui se passe au Bioparc de Doué la Fontaine. Ils attirent 200 000 personnes autour le thème de la nature. Nous en Loire, nous avons la faune, la flore, des paysages uniques et la sérénité".

A l'écouter, la Loire pourrait avoir un pouvoir d'attractivité pour la ville plus important que son château. Pourquoi pas... Mais Bernard Henri, fourmille. Il ne veut pas non plus s'arrêter au périmètre de la ville. Son idée consiste à permettre aux visiteurs de suivre le fleuve. La solution : "Interconnecter les différents bateaux de croisière sur la Loire. L’utilisateur pourrait ainsi faire à sa guise "la Loire à vélo", du "vélo en troglo" et de la "Loire en bateau" au cours de son périple..."

En voilà une bonne idée.


Article du 03 septembre 2016 I Catégorie : Vie de la cité

 


7 commentaires :


Commentaire de Marchands du Temple 04/09/2016 21:25:52

Je cite: " Et le plaisir nature, le calme et la sérénité qui se dégage d'une balade en Loire correspondent à l'air du temps : la recherche de bien être et de plénitude..." On pense sérieusement que le tourisme de masse est compatible avec ça ??? Messieurs les marchands du temple vous vous fichez de nous! Vous vendriez votre mère... voila bien la seule tendance de l'époque: vendre a tout prix n'importe quoi n'importe comment directement ou indirectement en se faisant passer pour un bienfaiteur de l'Humanité. C'est seulement ça qui vous intéresse! Et même si ça ne rapporte pas, "c'est le challenge" qui vous motive. Mais vous ne vendrez pas la Loire si facilement et - 40 % de CA en juin a cause de la crue, comptez pas sur moi pour chialer: - et d'1 "un ancien militaire de carrière" a déjà une retraite - et de 2 faut être ballot pour tabler sur un chiffre avec l'aléa risque naturels.(ou malin... car on devient alors un sinistré et qui c'est qui va payer dans ce cas devinez? et si ça obtempère pas, gare a la grève... comme des vulgaires cheminots) Tout ça est choquant, il n'y a que vous que ça gêne que Saumur soit une belle endormie, c'est peut être ce qui fait son charme, mais ça vous permet de vous présenter comme des gens providentiels. Pas pour moi et si ça vous gêne tant, allez voir ailleurs et même + loin encore on se débrouillera très bien sans vous comme pour bien d'autres choses.



Commentaire de Paul Briton 04/09/2016 22:04:25

Tiens, un jaloux qui veut garder la loire pour lui



Commentaire de Oups ! 05/09/2016 17:33:05

C'est très bien d'avoir la Loire en atout. Cependant comment naviguer en ce moment... entre les bancs de sable... je demande à voir ! Et à quand une guinguette digne de ce nom au bord de la Loire...



Commentaire de Bernard 05/09/2016 17:41:10

@Commentaire de Marchands du Temple: Pourquoi cette haine dans vos propos; Bernard Henri qui reprends au risque de ce planter un bateau avec lequel la ville perdait de l'argent, perte que devait compenser le contribuable Saumurois devrait vous satisfaire en temps que contribuable. A moins que vous soyer un aigris qui c'est planté sur une reprise de commerce ou d'entreprise.



Commentaire de LASALLE 05/09/2016 21:52:25

Très bonne initiative pour ma part! Je suis convaincu que c'est l'avenir du tourisme à Saumur plutôt que des festivals toujours plus nombreux et flous qui brouillent l'image que l'on se fait du Saumurois à l'extérieur!



Commentaire de Vincent poc 06/09/2016 07:09:20

Bravo mon Bernard! ! Bravo mon denis !! Et merde aux grincheux !!!!



Commentaire de Bernard Henry 07/09/2016 09:53:28

Merci Vincent. Sympa ! En complément de ce reportage de Saumur Kiosque, je voudrais signaler que les organismes de formation locaux en tourisme sont eux aussi convaincus et qu'ils n'ont pas attendu pour chercher à prendre en compte les besoins futurs du tourisme fluvial afin d'y adapter leurs formations et leur élèves. Je voudrais citer ceux avec lesquels la Compagnie entretient déjà des contacts : le CFP les Vergers à Gennnes, la section BTS tourisme de Duplessis Mornay et l'ESTHUA (Angers et Saumur).



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI