Le Kiosque Info
pub
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte



Agriculture : Le Saumurois a du talent... mais il faut le transmettre !

« Le Saumurois est un territoire agricole à forte valeur ajoutée » affirme Guy Bertin, président de Saumur Agglo. Avec 600 entreprises de production et 2 000 actifs (750 chefs d’entreprise et 1 250 Équivalent Temps Plein salariés), l’agriculture et les filières végétales sont effectivement un des premiers secteurs économiques du territoire saumurois. Le problème, c'est qu'il faut transmettre ce potentiel, anticiper les retraites, et permettre à des « jeunes » de s'y installer. Pour tenter d'y remédier, Saumur Agglo et la Chambre d'Agriculture du Maine-et-Loire ont signé une convention nommée « Dispositif local pour l'installation et la transmission en agriculture », allant de 2016 à 2018.


Qui veut reprendre les exploitations agricoles locales ?


Maraîchage et arboriculture au nord du Saumurois, viticulture au sud, productions de semences et horticulture... « Les productions végétales spécialisées qui caractérisent l’agriculture localement sont des activités à forte valeur ajoutée qui créent de nombreux emplois non délocalisables » déclare François Beaupère, le président de la Chambre d'Agriculture du Maine-et-Loire. Ce mercredi 14 septembre, à 17h30, le rendez-vous était donné chez Pascal Deschenais (58 ans), un maraîcher implanté sur Allonnes, qui part à la retraite dans 2 ans. Dans les prochaines années, justement, les départs en retraite vont s’amplifier sur le territoire et de nombreuses entreprises seront potentiellement à reprendre...

Pascal Deschenais cherche toujours un repreneur

Installé depuis 1983 à Allonnes, au 206 de la route des Bruleries, Pascal Deschenais fait partie de ses agriculteurs qui vont bientôt tirer leur révérence. Son exploitation a de quoi attirer un éventuel repreneur : 30 hectares de surface (la totalité en propriété), 18 hectares autour du corps de ferme, 10 hectares en maraîchage et 20 hectares en céréales mais aussi 20 tunnels, représentant 6 000 m². Ses spécialités ? « Je cultive des radis, des navets, des fraises, des petits pois ou encore des haricots verts récoltés à la main, » précise-t-il. Et d'ajouter : « Je commercialise par la vente en direct à des grossistes mais aussi à des expéditeurs au MIN (ndlr : Marché d'Intérêt National) de Vivy ». D'autres atouts ? « Un parcellaire regroupé, 17 hectares irrigués, une qualité des terres pour diversification (semences, asperges, viticulture, etc…), des infrastructures à proximité du MIN, des autoroutes, des sociétés de transport, etc…, la possibilité de développer la vente directe, marchés sur Tours et Angers notamment, et une maison d’habitation intégrée dans le projet de transmission... ». Des intérêts ? « J'ai eu 3 ou 4 visites, pour le moment, mais rien de très concret » regrette Pascal Deschenais, qui souhaite transmettre son entreprise à l'horizon 2018/2019. Et il pour cela, il pourra s'appuyer sur le dispositif de Saumur Agglo et la Chambre d'Agriculture.

« Accueillir des porteurs de projet » et « convaincre les chefs d’entreprise »

Saumur Agglo souhaite renforcer le positionnement économique de son territoire sur ces filières emblématiques et initie dans ce sens un programme d’action pour favoriser l’installation et la transmission en agriculture. « L’objectif est de renforcer et de communiquer sur l’attractivité économique du territoire afin d’accueillir des porteurs de projet, convaincre les chefs d’entreprise de transmettre leur exploitation pour maintenir et développer la valeur ajoutée, les emplois et le dynamisme rural du territoire, » souhaite Jérôme Harrault, vice-président de Saumur Agglo en charge du végétal, de l’agriculture, de la viticulture et de l’artisanat, et maire d'Allonnes. Et Guy Bertin d'ajouter : « Au titre de sa compétence développement économique et considérant le poids et l’importance de l’activité agricole sur son territoire, l’Agglo a la volonté de conforter et de développer ces activités, créatrices de richesse et d’emplois ». C’est dans cette perspective que Saumur Agglo a initié la création du « Dispositif local pour l'installation et la transmission en agriculture », mis en place avec le partenariat de la Chambre d’Agriculture de Maine-et-Loire. François Beaupère était d'ailleurs sur place (à gauche photo ci-contre), à côté de Jérôme Harrault, Pascal Deschenais et Guy Bertin (de gauche à droite).

Des actions et plusieurs événements ont lieu dès cette année

Au programme : un groupe de travail « Mesures locales pour l’installation et la transmission », dont le but est de mobiliser tous les acteurs de l’installation et la transmission en agriculture pour fédérer les énergies. Un support répertoriant toutes les aides et services va être créé. Il sera à la disposition des chefs d’exploitation qui souhaitent transmettre et à disposition des porteurs de projet qui souhaitent s’installer sur le territoire. Par ailleurs, un groupe de travail spécifiquement dédié au foncier va être installé afin d’optimiser les solutions au maintien du foncier agricole des entreprises. Mais aussi un rendez-vous individuels gratuits avec un conseiller spécialisé, où des rencontres seront organisées pour accompagner les chefs d’entreprise qui se posent la question de la transmission dans leur réflexion, leur démarche et dans la recherche d’un repreneur. Ou encore des visites de fermes à reprendre, dont l’objectif est d’inviter les porteurs de projets, cherchant à s’installer en Saumurois, dans le domaine du végétal spécialisé. Elles doivent leur permettre de découvrir les atouts économiques et résidentiels du territoire et les entreprises à reprendre. Enfin, un « dispositif réussite » sera mis en place pour épauler les futurs chefs d’exploitation et les jeunes agriculteurs dans la construction de leur projet et leurs premières années d’activité, un système local de partenariat est en cours de réflexion.

Allonnes directement concerné par la question de transmission

Des rendez-vous de sensibilisation et des visites de fermes à reprendre auront lieu spécifiquement sur le canton d’Allonnes, afin de répondre aux besoins soulevés lors d’une action de « repérage transmission » menée par la Chambre d’agriculture en 2015. Sur les 108 entreprises professionnelles que compte le canton, 62 % (91 chefs d’entreprise) sont directement concernées par la transmission dans les 10 ans à venir et 30 % n’ont pas encore de successeur. Pendant que les rendez-vous de sensibilisation à la transmission auront lieu au fil des besoins, les groupes de travail seront réunis régulièrement. Un premier temps fort se déroulera le 18 novembre 2016 avec la visite de la première ferme à reprendre à Allonnes. L’ambition du programme s’inscrit dans la durée pour contribuer à l’attractivité économique et accompagner le renouvellement des générations en agriculture. Dans les années à venir, d’autres visites de fermes à reprendre se préparent et des événements de mise en relation « Farm-dating » entre cédants et repreneurs sont également en réflexion.


Article du 15 septembre 2016 I Catégorie : Vie de la cité

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !

page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quel est le nom du site où vous vous trouvez ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI