Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte


Menace sur le versement du RSA par le département : La gauche dit stop à la désinformation

Ce jeudi 15 septembre, le Président du Conseil Général, Christian Gilet, lançait une campagne de communication, à l'appui de l'Association des Départements de France (ADF), menaçant le gouvernement de ne plus verser le RSA aux personnes en grande difficulté, au regard des baisses de dotations de l'Etat (relire ici). Pour l'opposition de gauche, par la voix de Grégory Blanc, Président du groupe, c'est, sur fond de campagne pour les prochaines Présidentielles, de la "désinformation" et de la "démagogie" de la part des départements, rappelons-le majoritairement de droite. Son communiqué illustré de schémas


"Stop à la désinformation, stop à la démagogie des départements

Qui dirige le Département de Maine-et-Loire ? La question se pose tant les annonces populistes de la majorité départementale hier par voie de presse ressemblait à un copier-coller des éléments de langage de l’ADF.

La majorité de droite de l’ADF utilise les moyens de l’association pour orchestrer une campagne politicienne à l’approche de l’élection présidentielle. Christian Gillet qui, en juin dernier encore, annonçait « nos grands équilibres financiers sont préservés et que notre situation, bien qu’appelant toujours à la plus extrême vigilance, est saine » explique aujourd’hui qu’il ne peut plus verser le RSA aux personnes en grande difficulté… Si la situation est si critique, que s’est-il passé ?

Nous dénonçons avec force cette manoeuvre honteuse, projetant dans le stress et l’inquiétude des hommes et des femmes le plus souvent déjà en souffrance.

Cette communication est également mensongère : le nombre de personnes au RSA est désormais stabilisé et alors qu’il faudrait renforcer notre action par l’insertion, les crédits sont en baisse… cherchez l’erreur !

Christian Gillet veut faire croire que le Département du Maine-et-Loire a les mêmes difficultés sociales que le Nord, le Pas de calais, la Seine-Saint Denis, le Gard… qui peut croire cela ?
Surtout, alors que le niveau de dépenses sociales est l’un des plus faibles, nous sommes parmi les départements de loin les mieux compensés par l’Etat pour les allocations sociales. Le problème financier est structurel et il se situe ailleurs, comme nous l’indiquons depuis des années : le poids du passé est là, grevant notre épargne et notre capacité d’autofinancement, nous empêchant d’investir. Oui, la dette et les décisions fiscales des années 1990-2000 (taxe professionnelle,…) impactent lourdement nos budgets.

Quant au reste à charge pour les départements des allocations individuelles de solidarité, notre groupe n’a jamais cessé, lui, de le dénoncer depuis 2004, quels que soient les gouvernements. A ce sujet, il est bon de rappeler certaines vérités sur les actions du gouvernement actuel vis-à-vis des départements :
• A partir de 2013, les mesures dites Ayrault (notamment de transfert d’une part Etat au Département sur les droits de mutation) ont permis au département de Maine-et-Loire de percevoir près de 16M€ cette année encore.
• Pendant un an, les départements ont négocié avec le gouvernement pour pouvoir mettre fin à la hausse du poids du RSA dans leurs budgets sans compensation par l’État. Le Premier ministre Manuel Valls entendait, pour la première fois en 12 ans, corriger totalement cette erreur en proposant de faire reposer à nouveau le RSA sur la solidarité nationale plutôt que sur les finances locales. Par posture politique, une majorité de départements de droite a refusé tout compromis.
La majorité départementale de Christian Gillet, en soutenant cette posture, fragilise l’avenir des départements.

Aujourd’hui, l’exécutif départemental cherche à justifier sa prochaine hausse d’impôt. Il y a près de 2 ans, j’indiquais qu’une augmentation des taux de près de 20% serait nécessaire pour stabiliser financièrement la collectivité. On nous disait que c’était faux. Après celle de +5,8% cette année 2016, nous en prenons pourtant bien le chemin…

Notre groupe, lui, défend la proposition d’aboutir à une allocation de solidarité unique et universelle fusionnant les minimas sociaux et permettant de lutter contre le non-recours aux droits faisant écho au rapport de Christophe Sirugue.

Notre système est devenu, au fil des ans, illisible. Il serait judicieux de travailler à la mise en place de solutions, de poursuivre la clarification des compétences plutôt que de jeter l’anathème sur les plus fragiles."







Grégory BLANC
Président du groupe de gauche
Conseil départemental de Maine-et-Loire


Article du 17 septembre 2016 I Catégorie : Politique

 


4 commentaires :

18/09/2016 10:00:43 Commentaire de Superdeg

Et ça c'est des paroles de Zélu pur sang!


20/09/2016 10:40:59 Commentaire de CONTRIBUABLE

Très bel exposé mais combien démagogique.........La taxe professionnelle existe toujours même si désormais elle porte le nom de CFE Monsieur. A l'heure où le Conseil Général coupe les fonds pour la réinsertion professionnelle au profit d'aide à ceux qui ne travaillent pas ! Ne serait ce pas le contraire de ce qu'il faudrait faire ?? Aider ceux qui veulent travailler ?


21/09/2016 06:46:08 Commentaire de dominique monnier

Je félicite le président Gillet d\\\'alerter la population sur les difficultés financières des départements et notamment à cause de la non compensation du RSA par l\\\'Etat. Les journalistes transforment avec beaucoup de parti pris sa conférence de presse en chantage, future augmentation d\\\'impôts, baisse des subventions, donne la parole au responsable du groupe de gauche, Grégory Blanc, qui indique qu\\\'il s\\\'agit de la com avant la présidentielle et qu\\\'on stigmatise les pauvres. Incroyable mais vrai pourrait on dire. Pourquoi transformer des vérités qui ne sont pas nouvelles et qui s\\\'agravent! Pourquoi toujours ignorer la réalité du manque de parole et des engagements de l\\\'Etat pour les transformer en politique politicienne au regard des électeurs. Le président du Conseil Départemental n\\\'a fait que dire la vérité et je m\\\'étonne que cela ne soit pas arrivé avant. Lorsque j\\\'étais élu au Conseil Général j\\\'avais déjà alerté sur mon blog les 15 février et 5 octobre 2015 sur le danger de cette situation que je citais à l\\\'époque : « En premier lieu les titres du Courrier de l\\\'Ouest ne correspondent à rien » « Dans le journal on peut lire \\\"Sauve qui peut\\\" et \\\"les vieux grognards\\\" » « Les conseillers généraux n\\\'ont pas peur et ne grognent que vis à vis de l\\\'Etat qui ne remplit pas ses obligations\\\" « Ces retraités n\\\'ont rien à voir avec une collectivité en crise » « La crise est au niveau du gouvernement qui pour la première fois provoque des élections de conseillers « départementaux qui ne connaitront leur compétence qu\\\'après leur élection » « Seule la compétence sociale est sure de lui être attribuée, cette fameuse compétence qu\\\'aucune autre collectivité ne « réclame » « Et pour cause, elle n\\\'est pas compensée!!!! » « L\\\'état a failli à sa parole de 80 millions d\\\'euros de non compensation dans les aides sociales (APA, RSA, PCH) pour »l\\\'année 2014 » « Mais si cela continue de cette façon, les départements ne pourront plus payer les allocations dès la moitié de « l\\\'année 2015 » « C\\\'est alors que tout le monde manifestera mais personne ne pourra dire qu\\\'il n\\\'avait pas été alerté par les « conseillers généraux actuels » Le département a pu se féliciter de rentrées financières inespérées avec les droits de mutation 2016, mais en une seule décision gouvernementale les efforts consentis peuvent être anéantis sur une décision d\\\'augmentation des prélèvements sociaux Et bien nous y sommes et Monsieur Blanc ferait bien de rester modeste avec ses annonces de manipulations Il annonce que le Maine et Loire est un des départements les mieux compensés de France. Bien évidemment il n\\\'assistait pas au bureaux exécutifs lorsque j\\\'étais vice président mais d\\\'un lundi à l\\\'autre, nous ne savions pas ce que le président allait nous annoncer comme mauvaise nouvelle avant chaque réunion. En effet lorsque ses amis du gouvernement annonçaient une augmentation du RSA, il ne s\\\'occupait pas alors des conséquences importantes sur le budget du département . Chaque responsable devait ensuite faire des coupes sombres dans son budget pendant que lui réclamait encore et encore.... Affirmer aujourd\\\'hui que des leviers n\\\'ont pas été activés pour récupérer des fonds d\\\'Etat et stigmatiser les pauvres frise l\\\'inconséquence Dominique Monnier


21/09/2016 07:44:52 Commentaire de !!!!!!!!!

Vive le socialisme!!!!!


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quel est le nom du site où vous vous trouvez ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI