Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte


Artcheval : La galerie du Kiosque avec le photographe Laurent Vilbert

Artcheval, le festival de la création contemporaine autour du cheval, découvre année après année des talents, des sensibilités, des regards. À tout cela, s’ajoute des rencontres. Celle de Laurent Vilbert fait partie de celles qui comptent. Par son regard, d’abord, élégant et délicat, et par sa gentillesse et son altruisme. Depuis ce vendredi et pendant une semaine, le Kiosque dévoile le talent de ce photographe. Actuellement présent au Salon du Cheval d'El Jadida, il dévoilera quotidiennement un de ses clichés, dans le cadre de cette exposition virtuelle « Destination Maroc : Une image par jour »...


Le poney Khumba, nouveau venu dans la cavalerie de Sadek


Les photos de Laurent sont à son image : légères, positives et amoureuses de ses sujets. Chez lui, le quotidien n’est jamais anecdotique, il est le reflet d’un humanisme humble et optimiste. Artcheval est cette année très fier de vous présenter un photographe qui est aussi un humain hors normes. Le Off d'Artcheval, c'est le moment qu'a choisi Laurent Vilbert pour présenter pour la première fois au public ses images équestres réalisées ces dernières années au Maroc. En effet, une ou deux fois l'an, il part rejoindre Sadek et ses chevaux pour la suite de leur déambulation insolite dans des lieux historiques, culturels, sociaux, forts de ce pays.

L'amitié, le moteur de ce projet Marocain

Sadek est un artiste équestre de tout premier plan dont l'assiette naturelle et la main légère contribuent à rassurer et apaiser le cheval, l’incitant alors à donner le meilleur de lui-même. Son élégance et son équitation impeccable contribuent aussi très fortement à créer le caractère unique et très particulier de ces photographies grand format. Ensemble, ils ont marché dans les ruines romaines de Volubilis, descendu les marches de la Citerne Portugaise d'El Jadida, galopé dans l'immensité de la plage des Nations à Rabat, parcouru les souks de Marrakech. Indéniablement, l'amitié est le moteur de ce projet mais la quête d'un certain absolu également, une volonté certaine et partagée de chercher quelque part à tutoyer la perfection.

« Dans l'intimité du boxe pas de frime, ni de familiarité excessive »

Le jour même du lancement d'Artcheval, ils ont décidé de reprendre la route, direction plein sud, droit vers le Désert. Et chaque jour, nous recevrons d'eux une image de cette nouvelle aventure marocaine. À coup sûr, il y sera question de belle équitation, de confiance et de respect mutuels, d'endroits magiques aussi. Et si nécessaire, la plume de Laurent saura trouver les mots pour nous en dire davantage encore. Sa plume, la voici, pour cette première image (voir ci-dessous) : « Voici la première image de cette nouvelle aventure marocaine. Il est 22h et dernière visite dans les boxes du Salon du Cheval d'El Jadida avant la nuit. Le poney Khumba est un nouvel arrivant dans la cavalerie de Sadek et ses progrès sont spectaculaires. Il aime notamment les cabrés mais cabriole aussi surtout pour faire plaisir à ceux qui les lui demandent. Dans l'intimité du boxe pas de frime, ni de familiarité excessive mais un respect mutuel manifeste... ».






Qui est Laurent Vilbert ? Sa présentation en quelques lignes...

Laurent Vilbert : « La découverte de la photo se fera pour moi à l'âge de 16 ans sur les routes interminables du centre du Canada, où je voyage seul pendant quelques mois. Intéressé par le reportage, je me forme lors de quelques stages avec des personnalités fortes du photojournalisme : Guy Le Querrec (Magnum), Michel Delluc (Viva), Marie Paule Negre (Rush). Dans les années 1980, je fréquente un temps des photographes de l'agence Magnum en participant à l'organisation des Rencontres Internationales du Photojournalisme à la Maison de la Culture d'Amiens : Sebastiao Salgado, Patrick Zachmann, Jean Gaumy. J'apprends d'eux la nécessité de se faire d'abord admettre, pour tourner ensuite autour de son sujet, attendant instant décisif et belle lumière. Un moment tenté d'en faire mon métier, je choisis finalement de garder ma totale liberté de manœuvre photographique. Auteur-photographe, je choisis donc mes sujets et les traite en prenant le temps qu'il faut, hors des contraintes économiques habituelles. Des expositions présentent régulièrement mon travail. Depuis 2009, je me consacre principalement à la photographie équestre, que ce soit lors de spectacles, de compétitions ou chez des éleveurs et des cavaliers. Amoureux de l'élégance et de la générosité des chevaux ibériques, je me déplace beaucoup au Portugal, en Espagne, en Belgique et au Maroc... ».


Article du 14 octobre 2016 I Catégorie : Vie de la cité

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !

page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quel est le nom du site où vous vous trouvez ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI