Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte


Le Saumurois, champion départemental de l'artisanat ! Entretien

1042. C'est le nombre d'entreprises artisanales sur l'Agglo de Saumur. Et, selon les derniers chiffres de l'observatoire de l'entrepreunariat parut en ce mois d'octobre, c'est plus que sur l'agglo de Cholet ou celle d'Angers. Elles sont aussi pérennes : 80% d'entre elles ont plus de 10 ans. Mais aujourd'hui, . Pour Frédéric Gondat, directeur de l'antenne saumuroise de la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Saumur : le problème aujourd'hui c'est la transmission".



"En ce mois d'octobre, nous avons passé le cap des 1 000 entreprises artisanales sur le périmètre de Saumur Agglo avec le nombre de 1 042. C'est, en termes de densité, plus fort que sur le Choletais et même que sur Angers Loire Métropole. En Saumurois, ce sont 167 entreprises pour 10 000 habitants contre 141 sur Angers Loire Métropole", relate Frédéric Gondat, directeur de l'antenne saumuroise de la Chambre des Métiers et l'Artisanat. Entendez par entreprise artisanale, toute entreprise ayant pour activité la production, la transformation, la réparation et le service mais aussi ayant moins de 11 salariés au moment de son immatriculation. Cela veut dire que cela va de la TPE ou PME jusqu'à la SA. "Par exemple Falienor (NDLR aujourd'hui Premier Tech Horticulture), Justeau ou encore Martineau sont inscrits chez nous, mais cela étant, 80% ont moins de 10 salariés", explique Frédéric Gondat. Et de rajouter : "Mais outre ce bon chiffre, ce qui est le plus satisfaisant, c'est la pérennité : plus de 80% de ces entreprises ont plus de 10 ans (NDLR contre 73% sur l'agglo choletaise et 66% sur l'agglo angevine)."

Haut niveau de qualification

Des performances qui s'expliquent selon Frédéric Gondat : "Nous avons ici un très haut niveau de qualification avec de très nombreux maîtres-artisans et donc des entreprises solides, avec moins de turn-over, notamment dans les secteurs du patrimoine et de la gastronomie. Par ailleurs, il y a un tissu artisanal très diversifié, ce qui est une force : les artisans peuvent trouver de partenaires et prestataires en proximité. Il y a une réelle dynamique de réseau entre des petites structures qui ont besoin d'entre-aide, même si celui-ci n'est pas formalisé." Une ombre au tableau, la formation : "Mise à part les Compagnons du Devoir dans le secteur du patrimoine, pas de formations correspondant en proximité. Certes il y des formations d'excellence, telle en bijouterie, mais il n'y a pas de débouchés sur le local. Heureusement que des artisans locaux sont devenus formateurs."

25 % des chefs d'entreprises à la retraite dans les 3 ans à venir

Le problème qui se pose aujourd'hui, en Saumurois comme partout en France, c'est la transmission : "25% des chefs d'entreprise vont partir à la retraite dans les 3 ans à venir et il n'y a pas forcément de repreneurs ! On peut craindre que de belles entreprises intéressent des groupes extérieurs au territoire. Et si au début, 1 agence peut être maintenue un certain temps, petit à petit pour des raisons d'optimisation, l'agence ferme." Et de citer pour exemple : "C'est le cas des Toitures Petit au Coudray Macouard. Une belle entreprise, reprise par un groupe et aujourd'hui, il n'y a plus qu'une girouetterie ! Il ne faudrait pas que ce schéma se reproduise trop souvent, car cela signifie une perte de qualification mais aussi d'emplois !" Bref, une période sensible pour maintenir les entreprises, les savoir-faire et les capacités d'emploi. "Ce sont des enjeux patrimoniaux mais aussi sociaux importants du territoire et tous les secteurs sont concernés. Et en plus, les créateurs d'entreprises ne sont pas forcément des repreneurs. S'il y a quelques années ils étaient au nombre de 2 sur 5, aujourd'hui ils ne représentent plus que 10% ! C'est un phénomène de générations transversales, ce sont les enfants du papy-boom des années 60."

Un accompagnement précoce

Pour tenter d'apporter une réponse à cette crise, les chambres consulaires sont mobilisées. Frédéric Gondat : "En ce qui nous concerne, nous intervenons sur la préparation de l'entreprise à la transmission. Nous avons des conseillers mobiles qui interviennent 5 ans avant la date annoncée de la transmission. Nous faisons en sorte que l'entreprise soit bien habillée afin que le repreneur potentiel soit avisé de tout le potentiel de l'entreprise. Par exemple, on regarde si l'entrepreneur peut séparer l'exploitation de la partie immobilière, via une SCI pour le propriétaire et éviter ainsi au repreneur de se mettre trop d'emprunts sur le dos. Bref, nous intervenons en termes de facilitateurs, en accompagnant aussi le repreneur auprès des partenaires de l'entreprise, banques, notaires, avocats, collectivités,... " Autres actions, des stages, des formations ou encore "comme nous le faisons depuis 3 ans avec les MCTE (NDLR Maisons de la Création et de la Transmission d'Entreprises) des rendez-vous pour la création-transmission d'entreprises." (NDLR cette année avait lieu la Semaine de la Création Transmission d'Entreprises du 16 au 21 octobre, avec des RDV en Saumurois – Relire notre article).

Une agglo dynamique

Et Frédéric Gondat de conclure : "S'il est important de conserver une dynamique commerciale et artisanale dans les centres-villes, les entreprises qui y sont implantées ont aussi besoin d'espaces en périphérie, notamment au regard des nouvelles normes. Et sur ce point, il faut bien reconnaître que nous pouvons compter sur une belle dynamique de Saumur Agglo : nous disposons d'un espace économique attractif qui crée et va encore créer du potentiel."


Article du 26 octobre 2016 I Catégorie : Vie de la cité

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !

page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quel est le nom du site où vous vous trouvez ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI