Le Kiosque Info
pub
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte



Saumur : Le « combat des blindés » au cœur des Tripartites entre Allemands, Britanniques et Français

Dans le cadre de la montée en puissance de la défense européenne, les accords de Saint-Malo du 4 décembre 1998 ont favorisé l’émergence d’une coopération entre les Armées de Terre Allemande, Britannique et Française. Depuis septembre 2003, chacune des trois nations reçoit chaque année les deux autres pour mener des réflexions communes autour de la cavalerie, c’est-à-dire le combat des blindés. En novembre 2016, c'était donc au tour de la France et de l'École de Cavalerie de Saumur...


G à d : Les généraux Britanniques, Français et Allemands


En 2014, ce sont les Allemands qui invitaient la France et la Grande-Bretagne dans leur école de cavalerie à Münster (nord de l’Allemagne). En 2015, les Britanniques ont reçu la France et l’Allemagne au Head Quarter Armoured Corps, l’équivalent de l’école de cavalerie qui se situe au camp de Bovington (sud de l’Angleterre). C’est donc tout naturellement que l’école de cavalerie a été chargée d’organiser les Tripartites 2016 à Saumur. Cette année, le thème retenu était « la formation des cadres dans les unités blindées ».

Être vigilant face au fort activisme Russe

Ce mercredi 9 novembre 2016, le général Alexandre d'Andoque de Sériège, commandant l’école de cavalerie, a conclu ces Tripartites 2016 et procédé aux échanges protocolaires avec ses camarades Allemands et Britanniques. Alexandre d'Andoque de Sériège, que nous vous présentions le 8 septembre dernier (relire notre article), nous explique le principe de ces Tripartites : « L'objectif est de réunir trois pays partenaires dans le domaine de la défense, avec des coopérations développées au niveau des États-Majors, de la réflexion sur les engagements, les équipements, les formations, etc... Même si nous n'avons pas forcément la même organisation et les mêmes périmètres de responsabilité, nous avons beaucoup de sujets en commun, comme celui de former nos futurs cadres pour qu'ils soient prêts à être engagés dans les opérations militaires extérieures. Les Opex ne sont plus les mêmes que celles que nous avons connu ces 15 dernières années. Ce n'est plus l'Afghanistan ou les Balkans. Aujourd'hui, c'est le Levant, la bande Sahélo-Saharienne, mais également les mesures de réassurance de l'OTAN contre l'Est, notamment face à un activisme et une présence Russe forte... ».

Les Allemands plus « théoriciens » que les Britanniques

Lors des conclusions rendues ce mercredi 9 novembre 2016 aux Écoles Militaires de Saumur (photo ci-contre), le général Français a rappelé à son homologue Anglo-saxon la capacité de l'Armée de Terre Britannique à répéter les exercices de terrain pour être rapidement opérationnelle. « La formation des officiers Britanniques est très pratique et peu académique. Une formation au leadership particulièrement rapide » résume Alexandre d'Andoque de Sériège. Du côté de l'Allemagne, la formation académique prend une part beaucoup plus conséquente... « Les officiers Allemands sont formés sur 1 an et demi. L'Allemagne réalise un effort très important dans ce domaine-là. En France, nous sommes entre l'Allemagne et la Grande-Bretagne au niveau du timing, puisque nous formons nos officiers en 11 mois. En France, un sous-officier peut devenir officier sans formation supplémentaire ».

Allemagne, Grande-Bretagne ou France, chacun son enjeu

Pendant 1 jour et demi, chaque pays avait son enjeu... Pour la France et Saumur, il s'agit de gérer l'augmentation importante des effectifs à former. Pour l'Allemagne, l'enjeu est d'anticiper l'arrivée en service d'un nouveau matériel blindé, le « Puma », un véhicule de combat d'infanterie. Les Britanniques, quant à eux, préparent la venue d'un nouvel équipement, l'« Ajax », un véhicule blindé sur roues de 20-25 tonnes. Le général Alexandre d'Andoque de Sériège était accompagné par les généraux Britannique Jason Williams et Allemand Hans-Jörg Voll (première photo). Après des échanges et des présentations aux Écoles Militaires de Saumur, les généraux et toute leur équipe (photo ci-contre) se sont rendus sur le terrain, au camp militaire de Fontevraud, afin d'évaluer les compétences opérationnelles des nouveaux lieutenants (connaissances tactiques, maniement du blindé, pratique topographique, réglages de tir d'artillerie, menaces nucléaires chimiques, etc...). Ils ont également été voir de manière pratique le déroulement de la formation de l'École de Cavalerie avec notamment le système de simulation de combat « SIMOPS » (relire notre article).

Nota Bene : L'édition 2017 des Tripartites se déroulera à Cologne, en Allemagne, toujours en novembre...


Article du 09 novembre 2016 I Catégorie : Vie de la cité

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !

page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quel est le nom du site où vous vous trouvez ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI