Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte


Chinon : Écœuré par la Sacem, le Café Français stoppe les concerts

Lieu historique de Chinon (Indre-et-Loire), le Café Français est devenu une institution au fil des décennies. Un endroit incontournable où les prestations live résonnent depuis 1982 mais qui, depuis le samedi 10 décembre 2016, a arrêté les concerts à contrecœur. Jean-François Roche et sa femme, Séverine, les patrons du Café Français, en ont décidé ainsi, lassés de payer des droits Sacem en hausse. Si la scène va disparaître, le bar, quant à lui, reste bien ouvert. Une page se tourne cependant.


Séverine et Jean-François, les patrons du Café Français


Le Café Français de Chinon est une institution depuis plusieurs générations. Il fut une maison close (fin 19ème), un hôtel-restaurant, un garage à vélos et motos, et, depuis 1982, « il est le lieu culturel privé le plus connu du département » n'hésitent pas à rappeler les patrons du lieu, Jean-François et Séverine Roche. Le Café Français est d'ailleurs le plus vieux café-concert de la région Centre-Val-de-Loire encore en activité.

30 000 euros pour insonoriser le bar

Dans son cadre convivial et chaleureux, il accueille régulièrement des artistes locaux, mais aussi de réputation nationale, voire internationale. Les prix y sont raisonnables et l'ambiance toujours bonne. L'organisation des concerts, elle, s'est améliorée au fil du temps... « Ces dernières années, il a pourtant investi près de 30 000 euros pour insonoriser le bar et continuer les concerts sans gêner le voisinage » rapporte France Bleu Touraine. Mais aujourd'hui, le patron estime qu'il n'a plus les moyens de payer les frais de la Sacem (Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique), qui gère la collecte et la répartition des droits d'auteur...

Les droits passeraient de 2 000 à 4 000 euros par an

D'après les calculs de Jean-François Roche, les droits Sacem vont doubler, en passant de 2 000 à 4 000 euros par an. Contactée par France Bleu Touraine, la Sacem se dit très surprise d'apprendre les difficultés du Café Français dans la presse et estime remplir sa mission de soutien à la création et à la diffusion musicale : « La Sacem a pour mission de soutenir la création. Nous soutenons dans la région plus de 31 projets à hauteur de 90 000 euros et notamment des salles comme Temps Machine et Petit Faucheux, ou des festivals comme Jazz en Touraine, Terres du Son, Aucard de Tours, Cosmopolite ou Kampagn’Arts ».


Article du 13 décembre 2016 I Catégorie : Vie de la cité

 


17 commentaires :

13/12/2016 11:39:06 Commentaire de Superdeg

La SACEM de vrais raquetteurs!


13/12/2016 15:28:42 Commentaire de 2000 à 4000 € ?

D'accord avec les propriétaires. Ce n'est plus une augmentation mais de l'abus avéré!


13/12/2016 17:52:59 Commentaire de Pas simple

Et oui, pas simple tout ça. Non la Sacem ne raquette pas mais sa distribution est peut-être à revoir... Les 2 ont raison et les temps ont changé. La situation économique a évolué et pas forcément dans le bon sens pour tout le monde. Il est fort regrettable en tous les cas de voir disparaitre la programmation musicale du Café Français de Chinon. Encore un des derniers rayons de soleil de cette charmante petite ville qui s’évanouit....quelle tristesse....


13/12/2016 17:58:10 Commentaire de Confusion des genres

Le soutien de la Sacem à "Temps Machine et Petit Faucheux, ou des festivals comme Jazz en Touraine, Terres du Son, Aucard de Tours, Cosmopolite ou Kampagn’Arts" c'est très bien! Mais la formule du Café Français n'a rien à voir avec ces opérations culturelles ou politiques de la ville croisent souvent les intérêts: quel dommage. Le résultat est là: c'est un commerçant fixe qui participe à l'animation musicale et culturelle au quotidien qui arrête. C'est vraiment triste. Aucun argument ne peut justifier cette mauvaise nouvelle....


13/12/2016 18:05:50 Commentaire de lalba

Encore un impôt de plus.... quand on voit les dépenses internes de la sacem... où la redistribution...... C'est une honte ! La culture recule peux a peux..... Nous irons bientot en concert dans les centres commerciaux.....là ou ce trouve aujourd'hui une partie de la culture française.... AIe Aie Aie il est grand temps de réagir !! #Changeons


13/12/2016 18:13:52 Commentaire de Fleur

Quelle bande de Vampire! C'est déjà pas facile de décrocher des contrats pour jouer avec cette crise que ce gouverneMent nous a créé mais s'ils doublent les taxes pour les concerts ça va encore faire une nouvelle razia chez les musiciens et plus d'animations dans les cafés qui procurent de l'animation dans les villes. Décidément ils continuent de faire mourir la France inéluctablement.


13/12/2016 19:19:14 Commentaire de BOISSIN

SACEM : Racket en col blanc


13/12/2016 20:14:04 Commentaire de CONTRIBUABLE

Et encore un commerce qui freine son activité pour que des richissimes musiciens, interprètes puissent en avoir encore plus. Allez y messieurs de la SACEM il y a encore un peu de foin. Mais la disette arrive car lorsqu'il n'y aura plus de recettes pour abus de recettes vous ferez comment ?? Chômage pour vous aussi ? Mais lorsqu'il n'y aura plus d'argent pour le chômage pour avoir trop abusé, comment ferez vous ?


13/12/2016 20:16:04 Commentaire de honte

Quelle honte. La SACEM ne se repend même pas ?? Lorsque l'on sait que les "ARTISTES" ou "INTERMITTENTS" qui vivent des fonds de la SACEM alternent entre chômage et royalties de la SACEM. Même pas honte ???


13/12/2016 20:36:35 Commentaire de Mermoz

La SACEM, et c'est connu, raquette les petits au profit des gros, j'ai bien connu un inspecteur de cette institution et il en et est parti, écœuré de la malhonnêteté de cette institution. Une honte.


13/12/2016 23:27:46 Commentaire de sus au rackett

une institution mafieuse qui a dévié de ses attributions d'origine si bien que .les petits bals de campagne ont disparu, les bars comme le votre également , mais la sacem n'ose pas intervenir dans" les banlieues" qui ne paient pas, et utiliser les mêmes méthodes alors les comités des fêtes ,les organisateurs de spectacles doivent résister.il faut casser cet état de droit, droit au nom duquel la dictature de la sacem s'infiltre pour se faire du fric . j'ai organisé des soirées dansantes et des bals dans ma campagnes avec moins de 100 entrées à 5 € et j'étais racketté de 200 € par la sacem c'est pire que l'état utilisons les mêmes méthodes que les banlieues il n'y a que les lâches qui se déculottent.il faut en avoir dans le pantalon pour se battre.Même si vous risquez plus qu'un voleur, un violeur,un assassin cet état de droit n'est en réalité qu'une dictature.


14/12/2016 06:47:52 Commentaire de la voie de France

la sacem ma pas a touche d'argent vue que s'est des groupe créateur dont pas de droit a l’auteur il sont la pour rémunérait les auteur quand on utilise leur musique


14/12/2016 07:21:54 Commentaire de lionnel

organisme privé soutenu par l'état.


14/12/2016 08:29:23 Commentaire de la jacquerie

L'administration!!!!!et Française en +!!!! quelle M.....vivement le changement


14/12/2016 09:36:25 Commentaire de Moulins d'Anjou

J'ai démissionné de la SACEM parce qu'il aurait fallu que je dise où je chantais mes chansons pour toucher mes droits d'auteur. Amis musiciens, n'adhérez plus à le société SACEM, et présentez-vous dans les endroits publics comme étant libres de droits. Chers organisateurs, animez vos terrasses et vos salles avec des musiciens libres de droits. Pour chaque facture de la SACEM, demandez des certificats de dépôt des œuvres concernées.


14/12/2016 11:08:14 Commentaire de ras la casquette

Sacem, ordre des médecins, ordre des pharmaciens, des experts comptables..... sensés protéger les adhérents de leur corporation ne sont en réalité que des racketteurs dans un état dit de droit qui est complice du système


14/12/2016 12:40:14 Commentaire de Vérités et contre-vérités

A lire les commentaires ci-dessus, on s'aperçoit qu'il y a pas mal d'amalgames et d'erreurs... Tout d'abord, les intermittents ne touchent pas un sou de la SACEM. Les auteurs, oui, mais ils sont une infime partie des intermittents. Et la SACEM ne verse pas des indemnités mais des droits d'auteurs. De plus, la contribution des diffuseurs à la SACEM n'est pas un impôt : ça ne passe pas du tout par Bercy ! Là où se trouve le scandale, c'est d'abord dans le fait que le mieux servi par la SACEM est... la SACEM ! Son siège social est un véritable palais qui représente un capital exorbitant. Charité bien ordonnée commençant pas soi-même, ses administrateurs s'octroient des salaires qui feraient pâlir des ministres... Enfin, la distribution des "restes" (confortables, quand même !) se fait selon une méthode archaïque qui, dans le but de simplifier l'administration des répartitions, distribue des redevances les plus élevées et ignore les sommes modestes. En clair, l'obscur chanteur du café-chanson permet à la SACEM de toucher des droits qui iront, par exemple, à Johny Halliday ! Tout est à revoir dans la SACEM mais elle n'est pas la seule organisation tournant à l'officine douteuse : la SACD souffre des mêmes dérives, en particulier en ce qui concerne l'effarant patrimoine immobilier que les salaires mirobolants des administrateurs. Pour les "petits" compositeurs, reste, en effet, la solution de ne pas adhérer à la SACEM. Mais, là, c'est une alternative que je ne connais pas.


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI