Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte



Saumur : Un boîtage pour protéger l'hippomobile du Château-Musée

Les élèves de classe terminale Bac Pro Technicien Constructeur Bois du lycée Sadi-Carnot de Saumur travaillent actuellement à la réalisation d’un boîtage de protection pour la voiture hippomobile, appartenant au Château-Musée de la Ville. Si la livraison de ce boîtage (en bois) n'est prévue qu'à la fin du mois de janvier 2017, ils ont présenté l'avancement du projet à Jackie Goulet, actuel 1er adjoint et futur maire de la Ville de Saumur, ce lundi 16 janvier, dans l'atelier bois du lycée Sadi-Carnot (rue Marceau)...



La Ville de Saumur possède dans ses collections une voiture hippomobile. Ce coupé-dormeuse construit dans les années 1840-1845 par la société Binder, l’une des plus réputées de Paris, a été donné à la Société des amis du Musée du cheval en 1946. Appartenant à la collection « cheval » dévolue en 1957 à la Ville de Saumur, cet objet fut placé dans un premier temps en dépôt au Musée de la vieille Poste à Limeray (Indre-et-Loire), puis en 1971 au Musée de la poste à Amboise. À la fermeture de ce dernier en 2006, la Ville de Saumur a récupéré la voiture hippomobile.

Un projet élaboré depuis novembre 2015...

Nathalie Giffard de la Jaille, restauratrice spécialisée, a conçu le projet d’un boîtage de protection avec des matériaux respectant l’intégrité de la voiture hippomobile (photo ci-contre) et permettant d’assurer des conditions climatique et environnementale de conservation convenables. Par le biais de la Direction de moyens techniques de la Ville, une collaboration entre le service Château-Musée et le lycée Sadi-Carnot (section Génie Industriel Bois) a été rendue possible. Depuis le mois de novembre 2015, l’équipe enseignante et les élèves ont participé activement à l’élaboration du projet final. Outre les aspects techniques dans la mise en œuvre et l’utilisation de matériaux particuliers, il s’agissait également pour ces lycéens d’être sensibilisés à la conservation préventive des objets de collections et de voir leur enseignement valorisé à l’extérieur.

Stabilité de la température et perspirance (1) garanties

Ce boîtage doit remplir un triple objectif : isoler de la poussière, prévenir des chocs accidentels et tempérer les variations climatiques. Un soin particulier a donc été apporté dans le choix des matériaux et des techniques utilisés. Une ossature bois entièrement démontable a été retenue. Un contreventement extérieur a été conçu pour prévenir des chocs. Un isolant situé dans l’épaisseur de l’ossature assurera la stabilité de la température intérieure et un frein vapeur posé sur l’intérieur des parois garantira une perspirance de l’ouvrage. Les 9 élèves ont bénéficié d'un accompagnement technique, scientifique et pratique par la conservation du Château-Musée, le secteur Bâtiments de la Ville et la Direction technique du lycée. Messieurs Guitteny et Fouquet, professeurs dans la section Bac Pro Technicien Constructeur Bois du lycée (réalisation de maisons ossature bois et de charpentes), ont quant à eux apporté leur expérience dans la réalisation des plans d’exécution. Mais ce sont bien les élèves de classe terminale Bac Pro Technicien Constructeur Bois de Sadi-Carnot qui ont procédé à la fabrication du boîtage !

Les aspects techniques de cette réalisation :

- Temps de réalisation : environ 100 heures par élève avec jusqu’à 9 élèves travaillant simultanément sur le projet
- Fournitures : Bois pin « Douglas » 4,3 m3
- Panneaux OSB : 200 m2
- Isolation : fibre de bois 100 mm épaisseur : 135 m2
- Utilisation de clavettes de type ricons permettant l’assemblage des éléments entre eux et des démontages/remontages successifs
- Poids total de la réalisation : environ 4,3 tonnes
- Temps de montage estimé : 3 jours
- Dimension hors tout et poids de la voiture : Longueur : 4m70 / Largeur : 1m80 / Poids estimé : 1 tonne

(1) La perspirance concerne plus les matériaux que les bâtiments. C'est la possibilité d'un matériau à laisser transiter la vapeur d'eau. Plus un matériau est perspirant et, en principe, moins on aura de risque que la vapeur d'eau contenu à l'intérieur, se transforme en eau liquide dans les parois en voulant s'échapper à l'extérieur. C'est se qu'on appelle le point de rosée.


Article du 17 janvier 2017 I Catégorie : Vie de la cité

 


1 commentaire :

18/01/2017 19:29:01 Commentaire de Un ancien de Jean Bertin

Alors ça y est! Jean Bertin est passé à la trappe. Il n'y a plus que Sadi Carnot qui compte! Avant (et c'est pas très loin), le lycée s’appelait Sadi Carnot-Jean Bertin en référence à la partie professionnelle de ce lycée polyvalent. Problème de celui qui donne les infos ou de celui qui écrit?


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI