Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte


Législatives. 4e circonscription du Maine-et-Loire, une terre modérée en ballotage ?

Les élections se succèdent et les résultats, sur le Sud-Saumurois, se ressemblent tous. Si en 2012 l’élection de Michel Piron avait été finalement assez simple avec près de 45% des voix dès le premier tour, la montée du Front National pourrait faire basculer l’élection du nouveau député dans la 4e circonscription du Maine-et-Loire. Une circonscription aux enjeux importants, donc... en attendant toujours le candidat d'En Marche...ou une investiture...



Les élections présidentielles n’ont pas encore donné leur verdict final que les élections législatives se préparent d’ores et déjà sur le terrain. Si les électeurs seront appelés à voter de nouveau les 11 et 18 juin pour désigner leurs députés, à Saumur, les discussions tournent beaucoup autour de la 4e circonscription du Maine-et-Loire (Sud-Saumurois). Et pour cause, Michel Piron, ancré dans la vie locale, cède sa place. Entre les divisions à droite, le mystère du candidat En Marche et l’inconnue quant à la recomposition de la vie politique à gauche après la débâcle du champion des primaires PS, on y voit pas très clair.

Un nouveau député sur le Sud Saumurois

Michel Piron ne se représentera pas. A 74 ans, il prend sa retraite. C’est donc un nouveau député que les électeurs de Saumur-Sud, du Montreuillais, du Douessin, du Gennois… vont élire mi-juin. Cette circonscription, traditionnellement modérée (les députés ont longtemps étaient UDF ou PRG et aujourd’hui UDI), est donc un enjeu important pour toutes les formations politiques. Une véritable inconnue pour beaucoup de spécialistes, notamment avant les résultats du deuxième tour de l’élection présidentielle…

A droite, c’est la guerre ouverte.

Ces élections présidentielles sont décidément pleines de surprises. Les conséquences des éliminations de Benoît Hamon et François Fillon, tous deux issus des « partis traditionnels » au pouvoir depuis 36 ans, fait peur à celui qui, jusque là, n’était que suppléant de M. Piron et dès lors son dauphin, Eric Touron. D’une part parce que les élections législatives sont souvent la confirmation d’un choix présidentiel, ce qui impliquerait une potentielle défaite des idées de la droite. D’autre part, parce que cette défaite pourrait accentuer des divisions déjà fortes sur le Saumurois entre l’UDI et LR qui souhaitent la victoire de F. Fillon sans véritablement s’accorder sur son programme. Partager un gâteau plus petit, ça veut dire des parts plus petites pour tout le monde. Le partage pourrait donc finalement être perdant-perdant, la qualification au second tour des législatives étant conditionnée à l’obtention d’au moins 20% des suffrages (soit 12,5% des inscrits avec un taux de participation de 60%). A droite, c’est donc la guerre ouverte, Eric Touron (UDI investi LR) et Charles-Henri Jamin (PCD soutenu par les LR locaux emmenés par Diane De Luze) ayant tous les deux ouvert leurs permanences électorales. Le candidat Debout La France, Patrick Daviaud, pourrait lui aussi perturber l’élection, son candidat, Nicolas Dupont-Aignan, ayant réalisé un score historique sur la 4e circonscription du Maine-et-Loire (près de 6%).

A gauche, c’est tout le monde dans les tranchées.

A gauche, ce n’est guère mieux. Tout le monde dans les tranchées ! Meriem Baba est investie par le Parti Socialiste et le PRG depuis décembre, mais mise à part une réunion publique organisée jeudi 13 avril dernier aux Hauts Quartiers, la candidate semble avoir déjà abandonné l’idée de peser dans cette législative et de s’afficher aux couleurs du PS/PRG. Au point que les instances nationales pourraient, après les présidentielles, rabattre les cartes des investitures, notamment suite à la défection de l’ancien Premier ministre, Manuel Valls qui a annoncé avoir décidé de voter Emmanuel Macron dès le premier tour. Là les négociations seront certainement de la partie avec En Marche. A l’extrême gauche, France Moreau portera les couleurs de la France Insoumise et pourrait là encore limiter les chances de qualification au second tour de la candidate socialiste.

En Marche se fait attendre, le FN est en embuscade

C’est la grande inconnue de ce scrutin. Emmanuel Macron va-t-il réussir, en cas de victoire, à constituer une majorité parlementaire ? En cas de défaite, qu’adviendra-t-il de son mouvement En Marche ? Si l’élection présidentielle permettra d’évacuer l’une ou l’autre des questions, le mystère reste entier. Reste encore, pour le mouvement, à désigner un candidat. Animateur du comité En Marche sur le grand Saumurois, Simon Holley pourrait y aller pour capitaliser sur les voix centristes de François Bayrou en 2012, sur les sociaux-démocrates que Manuel Valls a, le temps de la primaire, voulu incarner… En Marche pourra en tout cas compter sur un Front National fort, qui divisera les voix d’une droite déjà divisée qui pourrait, par ce jeu dangereux, ne pas atteindre les 12,5% des inscrits et dès lors, ne pas accéder au second tour… Tout dépendra aussi des négociations possibles avec le PS/PRG...

Difficile de connaître les tendances


Le Front National a fait une percée indéniable lors des deux dernières élections locales (départementales et régionales) et apparaît en tête du premier tour dans la plupart des villages du Sud-Saumurois. Si son score est plus faible que prévu, c’est surtout dans les plus grandes villes que le FN a du mal à s’implanter, Marine Le Pen n’atteignant dimanche dernier que la troisième place en nombre de voix sur la 4e circonscription. Dans les villes de plus de 1 000 habitants et d’autant plus à Saumur, Doué, Gennes, Montreuil ou encore Brissac, les tendances sont moins nettes, le FN ne restant bien souvent que la 3e force dans ces villes derrière LR et En Marche. S’il s’agissait de transposer aux législatives les résultats du premier tour, le PS ne serait néanmoins pas qualifié pour le second tour, n’atteignant pas les 12,5% des inscrits, et pourrait carrément ne pas être remboursé des frais de campagne s’ils n’atteignent pas 5%. Le mystère En Marche est en partie levé suite aux scores importants d’Emmanuel Macron, mais nous devrions nous diriger vers une triangulaire FN-LR-EM, comme la circonscription n’en a connu qu’en 1997, année où Jean-Michel Marchand était élu député. En bref, on ne sait rien et tout reste possible...

A suivre avec attention...


Article du 02 mai 2017 I Catégorie : Politique

 


9 commentaires :

02/05/2017 19:04:05 Commentaire de Ils sont combien ?

le FN n'a-t-il pas deux candidats ? Monsieur Jamin appelle à voter FN lui aussi ? Voir trois candidats FN si on ajoute la candidate insoumise. Vivement un ordre des journalistes comme le souhaite le FN, les articles de presse seront plus claires.


02/05/2017 22:26:45 Commentaire de soyez précis

pour Mr Jamin il serait plus honnêtes de dire soutenu par quelques LR locaux . Et vu sa position pour les présidentielles Mme de Luze et Mr Apchin continueront ils à le soutenir .


03/05/2017 07:06:34 Commentaire de réponse

Je pense monsieur "ils sont combien? " que je peux répondre à cette question. Votre QI ne doit pas dépasser le chiffre de 3 voir 4 si vous pensez que les insoumis sont FN...vous êtes pathétique !


03/05/2017 09:01:09 Commentaire de Lolo de Pocé

Mais tant mieux que les choses ne soient pas déjà écrites et que les bulletins de vote déposés par les citoyens puissent encore rebattre le jeu et faire réfléchir ceux qui comme M. TOURON se voyait déjà à l'assemblée nationale. Le choix du député est le vote probablement le plus important avec celui du maire et peut véritablement changer les choses


03/05/2017 14:03:02 Commentaire de Marcheurs

Pour côtoyer et suivre Simon Holley qui anime du haut de ses 24 ans le comité local d'En Marche, je serai fier de voter pour un jeune qui en veut, lui qui agrégé d'économie, a décidé de prendre une année de congé pour travailler dans les entreprises du Saumurois et être à l'écoute de tous. Chapeau !


03/05/2017 14:14:39 Commentaire de Léopold

Et le Parti de Campagne ? François Cotrel, Élise Blanchard et consorts reviendront-ils se présenter ? Ça serait une bonne nouvelle ! Pour mémoire, il avait réalisé 8,14 % des voix lors du premier tour des départementales de 2015.


03/05/2017 18:17:09 Commentaire de Précision Mr Touron ?

Selon la fin de l’article, il pourrait y avoir triangulaire. Soit. Et la position de Mr Touron s'il n'est pas dans le trio ? Prêt à faire perdre son camp ? Mr Jamin, lui, a été clair dès le départ.


05/05/2017 15:19:27 Commentaire de Paul

On se plaint que les politiciens ne soient pas proches des préoccupations des français. Et que voit-on? Mr Touron adoubé par Paris. Un UDI proche du PS, professionnel de la politique et cumular. Hors de question de donner (des députés girouettes) carte blanche à E. Macron si il est élu président. Donc pour moi ce sera CH Jamin. Il a une profession libérale et donc a, sans aucun doute, le sens et la valeur du travail. Le fait qu'il soit soutenu par la vrai droite locale me rassure.


07/05/2017 08:57:48 Commentaire de Superdeg

Comment s'appelle un second tour d'élection lorsqu'il y a quatre candidats? (20,5% PS, 21% LR, 20% FN, 21% Maconiste par exemple)


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur du cheval blanc d'Henri IV après qu'on l'ait peint en vert ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI