Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte



Edito de Michel Choupauvert. Ouverture du cinéma. Des changements attendus et étudiés

C'est fait, Saumur devient une grande ville. La perle de l'Anjou va avoir son multiplex en périphérie. Tout beau, tout neuf... Un vrai changement pour la consommation des loisirs commerciaux pour les habitants. C'est à Saint-Lambert qu'on va s'amuser désormais. C'est ce que montre une étude du Centre National de la Cinématographie que le Kiosque vous a déjà diffusé, mais qui mérite d'être resservie pour mieux comprendre ce qui va se passer.



Bon, ne nous trompons pas, un cinéma multiplexe à Saumur, il y en avait déjà un. Il faisait 6 salles et 943 places. Là, il passe simplement à 9 salles et 1 460 places. Pour cela, il va quitter le centre-ville pour la zone commerciale nord. Cela sera un peu plus grand et de meilleure qualité. En 2013, il avait accueilli 171 000 personnes et plus de 200 000 en 2014 et 2015, porté par de belles sorties cinématographiques. Son objectif est de passer la barre des 300 000.

Comment est-ce possible, c'est ce qu'explique une étude du Centre National de la Cinématographie sur les multiplexes de périphérie dont voici des extraits :
"- Le public est plus jeune, tout en comportant une proportion plus importante d'actifs, ceci parce que les plus de 50 ans sont peu nombreux. La proportion de personnes ayant un niveau d'instruction supérieur est aussi plus faible.
- Les spectateurs utilisent très souvent un véhicule personnel pour se rendre au multiplexe, ils y vont rarement en transport en commun ou à pied. Par conséquent les personnes seules sont moins nombreuses.
- La durée moyenne du trajet est de 20 minutes. Celle-ci varie peu en fonction des multiplexes et des types de publics.
- Deux types d'arguments jouent fortement en faveur du multiplexe au moment du choix : tout d’abord la qualité des salles (son, écran, fauteuil), puis la commodité d'accès et de stationnement. L'offre de films et les horaires des séances n'interviennent qu'en troisième lieu. Le prix ne parait pas être un facteur déterminant, il est en général considéré comme normal.
- Si la pratique de la réservation ou la possession d'une carte de fidélité restent exceptionnelles (en tout cas à la date de l'enquête), le choix du film sur place concerne trois spectateurs sur dix.
- Dans deux tiers des cas, le spectateur ne se contente pas de voir le film, il consomme (boisson, confiserie, restaurant...) à l’intérieur du multiplexe ou dans les environs, il visite d'autres lieux (centre commercial, d'autres attractions), il joue à des jeux vidéos...
- Le rythme de fréquentation des spectateurs des multiplexes a progressé d'environ 20 %. Ainsi, les spectateurs interrogés vont en moyenne 17 fois par an au cinéma actuellement, contre 14 fois antérieurement à l’ouverture du multiplexe qu’ils fréquentent. De plus, cette progression, pour un multiplexe donné, est d'autant plus forte que la fréquentation avant l'ouverture du multiplexe était faible (certainement à cause d'une insuffisance d'offre).
- Les multiplexes exercent un fort pouvoir d’attraction avec leurs offres de films et de services annexes.
- Les multiplexes de centre-ville accueillent davantage de spectateurs seuls, venant le plus souvent en transport en commun ou à pied. Et pourtant, la durée moyenne du trajet est la même, de l'ordre de 20 minutes. Dans ces multiplexes, le spectateur vient le plus souvent uniquement pour voir un film. La pratique d'activités annexes est moins fréquente et la réservation est exceptionnelle. Mais la principale différence entre ces deux catégories de multiplexes concerne l'impact sur le rythme de fréquentation du cinéma en général et sur celui des autres salles. Pour les spectateurs des établissements de centre-ville, le rythme de fréquentation du cinéma a peu progressé (moins de 10 %), et l'impact sur la fréquentation des autres salles est plus limité (moins de salles abandonnées). Le choix de films et les horaires sont les principales raisons de la venue dans un multiplexe.
- À l'opposé, pour les spectateurs des établissements de périphérie, le rythme de fréquentation du cinéma a progressé de plus de 30 % et même, dans un cas, de plus de 50 %. Il est vrai que le rythme de fréquentation du cinéma avant l'ouverture du multiplexe était faible. Probablement parce que l'offre d'alors était insuffisante en densité et surtout en qualité (la qualité des salles est l'argument majeur avancé en faveur des multiplexes). En conséquence, ces multiplexes ont capté la quasi-totalité des entrées effectuées par leur public, qui ont souvent délaissé une salle fréquentée auparavant."

Voilà ce que j'en retire

- Qu'un multiplexe est une destination de loisirs en lui même, et que le fait d'aller voir un film n'est la motivation que pour 30% des utilisateurs
- Que la vente de prozac risque d'augmenter pour les personnes seules habitantes du centre-ville.
- Que les enseignes de loisirs vont se développer sur la zone nord de Saumur. Pour exemple, le caviste V&B accueille déjà plus de monde à l'apéro le vendredi soir que tous les bars du centre-ville réunis.
- Que je n'aimerais pas être propriétaire du bar à billard à la porte du cinéma qui fait office actuellement d'annexe de loisir au multiplexe.
- Que le paysage des cafés et restaurants du centre ne devrait pas être foncièrement bouleversé. Celui-ci est taillé pour la saison touristique plus que pour recevoir les Saumurois.
- Qu'au regard de l'extension de la zone de chalandise à 20 min en voiture, quand un multiplexe se situe en périphérie, je n'aimerais pas, non plus, être propriétaire d'un cinéma à Bourgueil...
- Qu'il ne sera plus possible de dire à ses adolescents "tu rentres à pied après le ciné ? " quand on habite Bagneux ou Saint-Hilaire.

Michel Choupauvert


Article du 01 mai 2017 I Catégorie : Vie de la cité

 


5 commentaires :

29/04/2017 15:43:51 Commentaire de Edifiant!

"- Le public est plus jeune... ceci parce que les plus de 50 ans sont peu nombreux.La proportion de personnes ayant un niveau d'instruction supérieur est aussi plus faible.." -- Et bien,cela va faire plaisir à certains et le cinéma va devenir un lieu pour encore influencer nos jeunes-- "Que la vente de prozac risque d'augmenter pour les personnes seules habitantes du centre-ville" -- Au moins le pharmacien ne disparaîtra pas-- Et il serait en effet intéressant de connaître l'avis et les répercussions néfastes sur le bar à billard à la porte du cinéma.-- Et le soir cela va être la zone dans cette zone isolée. Cela ne va pas être simple pour gérer pour la sécurité.


01/05/2017 10:44:57 Commentaire de Alcofribas

Tout cela ne sent pas beaucoup la cinéphilie, juste un abaissement du niveau général, seulement des bruits de tiroir caisse. A propos de bruits ras le bol des masticateurs et autres bavards grignoteurs incapables de maintenir leur attention plus de 2 minutes. A quand des confiseries emballées dans des contenants silencieux ? Allez donc aux séances de l'après midi, mettez vous en fond de salle, beaucoup de têtes argentées dans le public; alors que recherche-t-on vraiment à offrir quand on persiste dans le tout bagnole, on sépare le monde commercial et la vie, on managérise le loisir. Pourquoi ne pas avoir laissé une paire de salles art & essai en centre ville et installé les machines à blockbusters dans les espaces pop-corn consuméristes ? Finalement un bon livre, tiens !! Hier au soir vu "Lost city of Z" à Bourgueil ! Alcoftibas le Ligérien.


01/05/2017 12:05:37 Commentaire de En réponse à Alcofribas

Il n'est certes pas imaginable de conserver une salle d'Art et essai -et encore moins deux !- en centre ville mais, quand on priorise la qualité du film sur celle des pop-corns, il reste Plein Ecran qui propose des films de qualité deux fois par mois. Et qui ne pourra survivre que pas ses adhérents. A vous de jouer, donc ! ;o)


01/05/2017 12:41:44 Commentaire de Laurence

Et les salles abandonnées du bord de Loire ? Que deviendront-elles ? Je rêve d'un ciné club style "400 coups" où les films respectent la vraie voix des vrais acteurs en V.O. bien sûr...à moins que ce ne soit trop de travail de LIRE les sous-titres ... Qu'est-ce qu'on serait bon en anglais dans ce pays si les mentalités changeaient, enfin... en langues étrangères, quoi, si l'on pouvait s'ouvrir à d'autres cultures tout en adorant nos cultures francophones et sans considérer que c'est "bon pour les intello" ( dixit les collégiens ) pourquoi pas pour les autres ? Pourquoi ils n'auraient pas droit à ça aussi ? Je rève ...


01/05/2017 15:38:24 Commentaire de Voyer

L'ancien "Palace" présentait quand même un "petit" défaut : une seule salle était accessible, et il était quasi impossible, sauf à se déplacer, de savoir ce qui était programmé dans cette salle. Je suppose que le "Grand Palace", tout neuf, va être conforme à la loi, ce qui m'évitera d'aller au cinéma à Tours, ou à Angers ! J'ai cherché le site Internet de ce nouveau complexe, mais je ne l'ai pas trouvé. La rédaction de Saumur kiosque a-t-elle un tuyau à ce sujet ?


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur du cheval blanc d'Henri IV après qu'on l'ait peint en vert ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI